Archives pour la catégorie Val Maubuée

Installation de la nouvelle communauté d’agglomération

C’était attendrissant ,  le mercredi 20 janvier 2016, à l’intercommunalité,  qui au 31 décembre 2015 était totalement gauchiste, de voir la gauche voter pour la droite et la droite voter pour la gauche.

 Les dernières élections municipales, ont provoqué un véritable séisme dans les villes de gauche, et dans  la nouvelle interco Paris-Vallée de la Marne, gauche et droite se retrouvent  quasiment à égalité.

 32 délégués unis de droite (à une exception près),  33 délégués de gauche dans laquelle les communistes et les verts sont prêts à faire dissidence à tout moment

 Pour rendre le truc gouvernable, il fallait donc que les deux courants de pensée politique acceptent de travailler ensemble.

 Un accord de gouvernance a été conclu et nous avons assisté  le 20 janvier à un duo d’amour, tous les délégués s’embrassant sur la bouche.

 La droite ne présenta pas de candidat pour la présidence et la  gauche, accepta que la droite détienne un nombre de vice-présidents  égal  au sien.

 Terminé,  les socialistes méprisants ne laissant que des miettes de pouvoir à leur opposition.  

 Mercredi soir, nécessité et raison obligent, les  élus se  partageaient  joyeusement les pouvoirs.

 L’interco va telle être enfin considérée comme une collectivité de projets sans se préoccuper des intérêts des partis politiques ?

 « Ma pourvou qué ça doure !».

 Il reste cependant plusieurs questions que l’ULEM se pose :

 1er la position de Benarab théoriquement élu de droite, de Torcy. 

 Cet élu qui n’a jamais brillé par sa force de proposition, sa force  de travail, trahira-t-il une nouvelle fois ses idées pour obtenir une bride de pouvoir qu’il recherche vainement depuis sa déculotté aux municipales ?

C’est bizarre mais personne à droite,  à part quelques bisous nounours,  ne semble lui faire confiance.

 2ème les délégations qui ont été données  aux vice-présidents ont-elles été données, en fonction des connaissances de chaque  vice-président ou en fonction de critères politiques ?

 De nombreuses questions peuvent se poser dans ce domaine.

A suivre  …..

Elue à la communauté d’agglomération .

En mars 2013, nous nous étions demandé si Julie Gobert avait le temps de dormir compte tenu du nombre et de l’importance de ses fonctions à la communauté d’agglomération, dans les associations subventionnées par la communauté d’agglomération, au conseil municipal  de Champs sur marne et enfin au parti socialiste dont elle est secrétaire de section.

Madame GOBERT nous avait répondu franchement qu’elle avait encore le temps d’occuper très bien ses nuits. Ce dont nous avions pris acte.

Dans le journal d’information des élus socialistes de Champs, notre Julie signe un éditorial qui commence comme suit :

« Être socialiste, c’est avoir conscience des difficultés économiques sans jamais perdre de vue nos ambitions fondamentales : la lutte contre les inégalités et le choix de la solidarité »

Chère GOBERT, avoir conscience des difficultés économiques est très simple et à la portée de chacun d’entre nous, socialiste ou pas. Il suffit de regarder autour de soi.

Mais nous vous faisons remarquer que les Français élisent des hommes politiques pour qu’ils résolvent les difficultés et non pas qu’ils en aient conscience seulement ou qu’ils les accentuent.

Quant à votre lutte contre les inégalités, nos représentants actuels ne donnent pas l’exemple de leur réduction. Pouvons-nous vous rappeler l’augmentation de 30 % de vos rémunérations d’élus communautaires, votée par les socialistes en pleine crise économique ?

N’avez-vous pas senti une légère augmentation des inégalités à ce moment ?

La lutte contre les inégalités doit se faire par le haut, vous la faites par le bas.

Demain par votre gestion du pays les français seront tous égaux mais dans la misère.

Quant à la solidarité,  la vôtre correspond à celle des débiteurs solidaires que nous sommes pour les dettes du SAN et de la France. Elle n’a absolument rien à voir avec la vraie solidarité qui est le lien fraternel qui devrait exister entre tous les êtres humains.

Pour le reste votre édito est d’un flou artistique, et comporte des affirmations stupides.

-Comment voulez-vous par exemple redynamiser l’économie française en « essayant de vous soustraire à notre endettement massif ».  Cela ne veut absolument rien dire.

-Prenez-vous,  les français pour des imbéciles en leur indiquant qu’ils vont avoir une baisse d’impôts en 2014 alors que ces mêmes impôts ont augmenté dans des proportions considérables

Nous vous conseillons de lire un ouvrage sur la fiscalité française et de remettre à jour vos connaissances en la matière. Un stage à l’INSEAD s’impose.

-Vous vous félicitez de la chasse aux évasions fiscales. Très bien mais où en est l’affaire CAHUSAC ?

Un seul article est à retenir dans votre Edito, celui dans lequel après avoir fait l’apologie de notre système social, vous  nous préparez à une baisse des prestations qui permettrait d’après vous et c’est contradictoire de lutter contre la pauvreté.

Nous espérons que cette baisse sera accompagnée d’une baisse des cotisations que vous reconnaissez vous-même comme élevées.

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 27 10 2014

Miracle …..  Les bancs de l’opposition socialiste, (opposition qui refuse dans sa majorité cette étiquette, à part le p’tit pour des raisons évidentes de carrière professionnelle) étaient tous occupés.

Quelle joie de voir ensemble, Jérôme, Madame TALBI (qui semblait moribonde hier soir), Madame FAVORY et le fringuant Monsieur MOREL revenu enfin de vacances mais qui était passé chez lui avant le conseil pour déposer ses valises et son épuisette à crevettes.

D’entrée de jeu, la bande à Jérôme refusa d’approuver le compte rendu du conseil municipal du 29 9 2014, au motif qu’il manquait une virgule par ci par là et que les propos de leur maître à penser n’avaient pas été  reproduits mot à mot.

Sur leur lancée, ils refusèrent également de voter pour l’implantation dans notre ville de nouvelles caméras de télé surveillance.

C’est toujours la même chose avec les socialistes, ils adorent dans le discours, la sécurité et la police municipale, mais votent contre toutes les délibérations qui  facilitent sa tache et participent à la sécurité des habitants.

GAETAN, expliqua le vote de son groupe par l’absence de ses élus dans les commissions municipales. Le Maire remarqua que lorsque les socialistes sont élus  ans les commissions, ils ne viennent pas, et que lorsqu’ils n’y sont pas élus, , ils refusent de voter car ils n’y sont pas.

Va comprendre GAETAN !!!!

Sans doute sommes-nous en pleine cohérence socialiste.

En fin de séance le conseil aborda la délibération la plus importante de la soirée, celle qui devait donner au préfet de région, l’avis de la commune sur le projet de schéma régional de coopération intercommunale d’Ile de France.

Le grand Jacques expliqua que la question était très complexe mais qu’il était quand même favorable au schéma proposé.

GAETAN-JEROME justifia son opposition au texte qui d’après lui n’était pas cohérent car les habitants qui allaient être réunis n’avaient aucun lien entre eux, ne se connaissaient pas personnellement, avaient peut être des mœurs et des accents différents …..

Monsieur Le Maire affirma que ces habitants parlaient tous français, et que rien ne permettait de différencier un habitant de Chelles, d’un habitant de Lognes lorsqu’ils n’étaient pas en costumes folkloriques naturellement.

De plus tous les arguments développés par le P’tit lui apparaissaient comme subjectifs et flous, or comme dit Martine ‘quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup’.

Monsieur KELYOR regretta le manque de concertation entre les collectivités intéressées  et le préfet, s’étonna que ce dernier étant aux ordres du gouvernement ait pu sortir un texte que tous les politiciens locaux de gauche refusent catégoriquement.

Il regretta aussi que l’avis demandé aux communes porta uniquement sur le territoire alors qu’il aurait été bon de prendre le problème dans sa globalité et examiner aussi :

Les interactions entre les différentes collectivités, (régions, départements, intercos, communes),

Les compétences  qui vont être données aux nouvelles intercommunalités, le nombre des nouveaux conseillers communautaires,

Leur mode d’élection ou de désignation.

Il se demanda comment il serait possible juridiquement de supprimer en 2016, des conseillers communautaires qui ont été élus, par le peuple en 2012 ?

Il nota que l’intercommunalité du Val Maubuée avait donné un avis défavorable au schéma mais qu’elle aurait acceptée comme le p’tit venait de le proposer au conseil, un territoire composé de la Brie Francilienne, du Val Maubué et de Marne et  Chantereine.

Cette proposition de territoire étant la seule qui permet éventuellement à la gauche de continuer à être majoritaire, le Maire considéra qu’il s’agissait d’une proposition politique et partisane qui ne méritait pas même une analyse.

Ayant cru comprendre que GAETAN était employé au SENAT, Monsieur le Maire lui demanda des explications sur diverses propositions sénatoriales, mais le ton de l’interrogation déplut au P’tit qui prit la mouche, bouda, refusa de parler et sortit de la salle rouge comme une écrevisse.

Il est à remarquer que le chômage ne sévit pas chez les politiques qui trouvent aisément des postes, bien rémunérés ne demandant pas trop de compétences, à l’Assemblée Nationale, au Sénat, en Mairie, à l’intercommunalité…..  pourvu qu’ils possèdent la carte du bon parti politique.

Dans quelques temps il va y avoir un sacré ménage.

Cependant pour rappeler le principe d’égalité dont nos amis de gauche se gargarisent régulièrement, il serait bon que notre socialiste nous fasse un discours sur l’égalité des chances d’obtenir un emploi en fonction de ses relations ou de ses opinions politiques.
Jérôme n’est il pas plus favorisé que DUPONT ou DURAND dans ce domaine. Est-il passé par pole emploi ?

Nous attendons des réponses qui ne viendront pas naturellement.

Paulo la cohérence

Nous connaissions DODO la SAUMURE, le pourvoyeur de DSK en chair fraîche,  nous avons désormais chez les socialistes locaux, PAULO le président de notre communauté d’agglomération et sa cohérence
Dans la dernière édition du valmaubuée mag, cette publication de propagande socialiste financée par l’argent des 80 000  habitants de l’agglomération (qui ne sont pas tous de gauche), notre bon MIGUEL,  exigeait de la cohérence avant tout.

Certes mais ou la trouver cette cohérence ?

Elle n’est pas gouvernementale et il suffit de constater les reculades, puis les avancées, les atermoiements, le manque de programme réel de notre joyeux Président, pour s’en convaincre aisément.

Et que dire de la dernière réforme en date, dans laquelle le Préfet de région, nommé par le gouvernement et qui a sans aucun doute travaillé avec les ministres intéressés, proposent au pouvoir politique une nouvelle  organisation territoriale que les élus de gauche refusent majoritairement !!!!!!!

Cohérence, cohérence quand tu nous tiens, mais Paulo est socialiste et il doit savoir tout cela mieux que nous.

Elle n’est pas au niveau de notre intercommunalité qui par exemple :

-augmente la rémunération de ses élus de 30 % alors qu’elle prêche l’austérité et constate la baisse du pouvoir d’achat de ses administrés.

-refuse  d’utiliser une maison de l’environnement toute construite à Emerainville pour en bâtir une autre  sur un tas de ruines, à Champs

-désire implanter des entreprises dans le val maubuée, sans s’occuper du problème de l’insécurité et des gens du voyage qui envahissent périodiquement les parkings, pénètrent dans les locaux et vandalisent le tout.

Tout cela est sans doute une forme spéciale de cohérence, cohérence de gauche naturellement.

PS :

Nous apercevons cependant une certaine cohérence dans le refus de la nouvelle intercommunalité par  la gauche du val maubuée.

Il s’agit de conserver son poste et ses avantages le plus longtemps possible avant que les nouvelles structures ne passent mathématiquement à droite.

Ca c’est de la cohérence intéressée.

Commissions de la communauté d’agglo

Dans les commissions municipales nous ne retrouvons aucun socialiste d’Emerainville.

Les idées fantastiques du p’ti et de ses amis politiques ne nous sont donc pas connues, et il nous est impossible d’en rire.

Par contre pour la franche rigolade, les commissions de l’intercommunalité dépassent  tous les films comiques connus.

Enfoncés, les Charlots, les Louis de Funès et autres Bourvil…

Nos socialos se déchainent et veulent créer (mais pour 2020, 2030) Qui, une maison de l’environnement, Qui, une maison de l’emploi, le tout…. sans avoir un sou.

De plus ils s’aperçoivent qu’Emerainville possède déjà tout cela.

La gauche socialiste  est composée en général de clowns gais, mais leurs amis communistes donnent dans le clown triste, hargneux, revanchard, mal dans sa peau car sans doute en voie de disparition.

La commission urbanisme,  a pour président le célèbre BOUTDUGLAND, un communiste de Champs, et l’ordre du jour de cette commission qui s’est réunie le 11 Juin 2014, était  le suivant :

-Déploiement de bornes électriques

-Garanties d’emprunt

-Point sur le PLH (plan local de l’habitat)

-Programme d’intervention sur les copropriétés

-Point d’Etape sur la politique de la ville

Avec un minimum d’humour et d’auto dérision, la séance aurait pu être agréable, mais l’humour chez les cosaques est rare.

1 – Implantation de bornes électriques  pour des véhicules qui pour l’instant sont loin d’être performants et fiables.
Emerainville aura 3 bornes sur 42 , Champs beaucoup plus et notamment pour les  roms qui comme chacun le sait roulent uniquement à l’électricité.

Rien n’est plus écologique qu’un rom. Il couche à la belle étoile, il n’utilise que des toilettes sèches, et il combat le capitalisme en niant le droit de propriété.

Pour les bornes, il parait que la communauté d’agglomération fait un pari sur l’avenir (mais avec  notre argent) car de nombreuses incertitudes persistent quant  à l’utilisation réelle de ce dispositif et surtout quant à sa rentabilité.

2- garantie d’emprunts  contactés par les HLM : sans commentaire

3- L’opération accession à la propriété pose le problème de la perte pour la commune de son pourcentage de logements sociaux. (chaque logement social vendu n’est plus considéré par l’Etat comme social) Un plan a été présenté aux personnes présentes, plan incompréhensible  et une note explicative devra être envoyée aux maires

4- un projet de Plan Local de l’Habitat  a été arrêté par la communauté le 26 Septembre 2013 et ce projet est retoqué par la DDT 77 car insuffisant sur la construction de logements neufs (et notamment les locatifs familiaux) 500 / an de prévus contre 700/ an demandés

De plus les moyens financiers et humains prévus par l’intercommunalité  pour atteindre les objectifs du PLH  manquent de précision. Il en est de même du calendrier de mise en œuvre.

Bref la communauté d’agglomération a encore fait un travail d’amateurs.

Question :

– Sur quel terrains construit on à Emerainville ?

– Comment fait-on pour respecter le PLU (plan local d’urbanisme) municipal ?

– A quand un PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal)

-Comment peut-on construire dans une commune contre l’avis même du conseil municipal ?

-pour quelles raisons le nombre de logements sociaux est-il décompté par commune et non par intercommunalité ?

5-  Interventions sur les copropriétés

Après un état des lieux, (le 125éme en ce qui concerne le clos….et on se demande ou passe notre pognon) réalisé par l’intercommunalité, l’ANAH a lancé un projet sur les programmes opérationnels de prévention et d’accompagnement en copropriété.

Pour répondre a ce projet, il faut

-Mettre en place un dispositif d’observation et de veille sur les copropriétés. Pour le clos il suffira de reprendre tous les PV dressés par la PM

-Mobiliser les acteurs : pour le clos ils sont suffisamment mobilisés autour de la drogue

-Réaliser un diagnostic flash  (après avoir fait les diagnostics en marchant , en chantant, en rigolant etc…)

-Former les syndics bénévoles (pour le clos, il s’agira d’une formation en sports de combats)

-Informer les propriétaires sur les questions d’entretien du patrimoine afin  qu’ils décident de ne plus vider leurs poubelles n’ importe où.

-Simplifier le millefeuille juridique par une réflexion et un travail sur les ASL

En Bref :

-Des actions faites mille fois

-Des actions »bidons»  qui ne tiennent pas compte de la réalité et qui n’ont pour but que de justifier l’existence d’une administration tentaculaire et inefficace.

-Un coût financier non négligeable et inutile

6-  Point sur la politique de la ville

Le nouveau contrat de ville est arrivé. Il déterminera des quartiers (200 environ) pour 700 communes  (2500 quartiers  auparavant pour 900 communes) qui présentent les dysfonctionnements urbains les plus importants. Ces quartiers seront les cœurs de cible de « l’Agence Nationale Rénovation Urbaine  2 »

Il nécessitera

-La mise en place d’une maison de projet qui permettra la « coconstruction » du projet dans le cadre naturellement du renouvellement urbain. (On dirait du HULEUX)

-Un conseil citoyen devra être mis en place dans chaque quartier prioritaire sur la base d’un diagnostic (en buvant celui là) des pratiques et des initiatives participatives ????????

C’est du grand art dans le foutage de gueule, dans le vocabulaire administratif, dans …..

Pour traduire tout ceci en français « qui se cause « :

L’Etat n’a plus d’argent pour financer une politique de la ville particulièrement dispendieuse et inefficace.

Il crée à la sauce socialiste, une usine à gaz qui ne sera pas non plus efficace mais qui aura le mérite de faire croire que nos « normaux » s’occupent des cités.

Des nouvelles de l’EPCC « La ferme du Buisson »

 

Dans sa séance du 14 mai 2012, le Conseil d’Administration de l’établissement public de coopération culturelle (EPCC), la Ferme du Buisson, avait élu à la présidence, une vice-présidente du SAN, Madame Annie DENIS, et ce malgré des réserves importantes faites par la directrice de la DRAC, qui précisa que la quasi totalité  des EPCC en France (mais au Val Maubuée sommes nous en France ?) était présidé par des non élus.

Cette manie de notre intercommunalité de ne pas respecter les règles de droit ou du moins leur esprit !

Grande défenderesse de la veuve et de l’orphelin (pour laquelle elle ne fait rigoureusement rien), elle est beaucoup moins brillante quand il s’agit de se comporter légalement.

Il est vrai que le concurrent, de Madame Denis,  ancien  Président de l’association la Ferme du Buisson (celle qui en faillite et a été remplacée par l’EPCC) n’avait comme titre de gloire (selon son curriculum vitae) que son passé de militant socialiste (en 1974 il aidait François Mitterrand dans sa campagne, il était délégué central CFDT du groupe Eurocom etc…)

Nous pensons qu’écrire cela dans une lettre de recherche d’emploi, démontre que ces données sont des critères importants pour l’intercommunalité dans le choix de ses collaborateurs. (ce qui est totalement illégal)

Madame DENIS ne devait assurer  cette présidence que pour une durée d’un an, pendant la période de mise en place.

Madame Anne Denis est toujours aujourd’hui présidente de l’EPCC (le représentant de l’Etat n’aurait-il aucun pouvoir dans cet établissement ?) 

Le 26 Juin 2012, le Conseil d’Administration affirme qu’un contrat d’objectifs et de moyens pour 4 saisons (septembre 2012- juin 2016), devra être établi  en juin/juillet 2013

A ce jour : RIEN

Le 18 Décembre 2012 le conseil d’administration de l’EPCC accepte de payer par transfert de charges les heures non réglées à son personnel par l’ancienne association « la ferme du buisson » (coût 167 442 ,44 €)

Il a fallu 6 mois pour que l’association puisse fournir ce chiffre, preuve sans doute d’une gestion en « bon père de famille » et nous pouvons nous demander sur quelle base s’est effectuée la reprise, association-EPCC.

Faire une reprise des comptes sans les connaître ! Seule notre Intercommunalité est capable de le faire, mais il est vrai qu’elle joue avec l’argent des contribuables.

Le 18 décembre 2012, le même CA permet au directeur de souscrire des emprunts à concurrence d’un plafond de 300 000 €

Belle preuve de confiance……..mais il s’agit de l’argent des contribuables.

La représentante de la DRAC se pose des questions sur la fiche de poste d’un attaché de coordination des expositions et des éditions du centre d’art

Nous nous en posons aussi.

Cette même représentante demande à ce que le budget 2013 intègre un gel de 6 % de la subvention de fonctionnement délivrée par la DRAC (les dépenses culturelles étant sanctuarisées contrairement aux dépenses militaires, contribuables du Val Maubuée : à vos poches)

Elle demande aussi un budget en équilibre !!!!!. Pour quelles raisons rappeler cette exigence légale ? Des budgets en déséquilibre auraient-ils été présentés ?

Impossible à croire quand on connait la « compétence » financières des dirigeants de l’EPCC !!!!!!

Cette « compétence » a d’ailleurs été relevée dans un rapport émanant de la direction générale de la création artistique sur le centre d’art contemporain de la ferme du buisson en date de février-avril 2012.

Conclusion :

« La lecture sur le plan budgétaire des comptes du centre d’art est impossible et il est donc difficile d’évaluer correctement la fonction réelle de ce centre »

Mais rien n’arrête la Ferme et tout continue comme auparavant.

Le 18 Décembre 2012, une première de séance de travail est proposée, sans fixer de date, pour présenter les grands axes du contrat d’objectif décidé en juin 2012 et qui devait être terminé en juin 2013 (6 mois d’inaction dans ce domaine)

Le 14 Juin 2013, la signature du  contrat d’objectif est fixé au dernier conseil d’administration de 2013

Le remplacement du président est reporté à l’approbation des comptes 2013 soit au printemps 2014

Le 4 décembre 2013,  après le vote d’une deuxième décision modificative du budget 2013, (bravo les prévisions) le budget 2014 est voté.

Etaient présents à la réunion 10 personnes sur 18, une élue de l’intercommunalité étant venue « uniquement pour faire le quorum » (sic).

D’ailleurs les élus du val Maubuée ne se battaient pas pour trouver une place. A part l’élue d’Emerainville et Madame DENIS (fatiguée et épuisée) les autres étaient aux abonnés absents.

Les recettes s’élèvent à 4 824 971,90 dont 4 181 976,02 de subventions et seulement 571 945,88 de recettes. (11 % du total)

Les principales subventions se décomposent comme suit :

 

DRAC                                                 1 150 500

DRAC CENTRE D ART                   110 000

CONSEIL GENERAL                                  544 606

SAN                                                    2 057 523

REGION                                               100 000.

Il est à noter aussi que le Val Maubuée (qui, comme chacun le sait est immensément riche) investit dans les locaux mis à disposition de l’ EPCC une somme de 8 000 000 €…. en 2014

Nous dépensons sans compter pour une culture élitiste qui ne fait pas recettes, n’apporte rien et donc n’intéresse en aucune manière le courant des mortels.

Quant aux débats qui ont suivi, nous avons appris que la DRAC n’était pas satisfaite car d’après elle,

– les comptes ne sont toujours pas lisibles, il n’existe toujours pas de comptabilité analytique (incompétence ou amour de la cachotterie)

– les subventions ne sont pas affectées à des actions (cinéma, centre d’art) toutes tombent dans un pot commun  qui ne permet pas de juger de leur efficacité

Tous ces reproches ont déjà été faits en 2012 (voir ci-dessus)

Le contrat de moyens et d’objectifs pour la période 2012-2016 n’est toujours pas signé et ne pourra (d’après la direction) être opérationnel qu’en septembre 2015

BRAVO

Une élue très occupée .

L’ULEM s’était interrogée sur la possibilité de certains élus de la communauté d’agglomération, à remplir correctement les multiples mandats dont ils étaient dotés.

Parmi eux, figurait Madame GOBERT qui est :

 

– vice-présidente de la CAVM, chargée de l’insertion  la formation professionnelle, et l’enseignement secondaire et universitaire

– Élue de la  ville de  Champs (PS), et membres des commissions municipales suivantes : 

1 -développement économique commercial et artisanal,

2 – aménagement urbanisme transport et circulation, 

3 – jeunes

– Présidente de l’association Alisep,

– Présidente de l’association MEP,

 

Nous concluions par cette phrase « Pour elle aussi les journées doivent être courtes ».

 

Quelle ne fut donc pas notre surprise en relevant sur un blog de Champs sur Marne, les réactions de Madame GOBERT, s’attaquant directement et personnellement à M. le Maire (dont vous pouvez prendre connaissance à : «http://champs-sur-marne.blogspot.fr/»

Nous pensons intéressant de vous communiquer la réponse d’Alain KELYOR :

Chère Madame,

J’ai lu avec intérêt votre lettre d’humeur (sur votre blog de Champs sur Marne), lettre d’humeur, faisant suite  à un article paru sur le site de l’ULEM

Permettez-moi tout d’abord de vous féliciter de la qualité de vos lectures,

Je suis très flatté que vous m’attribuiez la paternité de l’article incriminé,  mais il ne faut pas voir des Maires partout.

Lorsque je rédige un texte, je le signe.

Je cherche cependant  dans votre texte les réponses à la question, (Avez-vous le temps matériel de remplir vos nombreuses fonctions et responsabilités ?)  posée à tous les élus communautaires dans votre situation.

 Il est vrai que depuis quelque temps, c’est une mode socialiste de ne pas répondre directement aux questions posées.

Vous titrez « mes nuits sont plus  épanouissantes « (sic) que vos journées, cher maire ». Pourquoi me parler de vos nuits ? Un phantasme « strausskanien » ?

Vous m’accusez, aussi de « chercher querelle au SAN uniquement pour remplir ma vie d’un peu d’excitation ».

« Nuits épanouissantes »,…… « excitation », encore ce phantasme !!!!  Mais que puis-je répondre en restant galant homme ?

 Pour redevenir sérieux, il ne vous a pas échappé qu’une opposition était faite pour s’opposer et que les élus d’Emerainville contestaient la gestion du SAN d’une manière totalement démocratique.

Il ne vous pas échappé non plus que ces mêmes élus ont gagné le procès qu’ils ont intenté à l’intercommunalité et  qui portait sur les subventions versées aux associations.

Je pense que comme toute bonne élue vous devriez faire confiance à la justice de votre pays, vous interroger sur les fautes commises et le moyen d’y remédier dans l‘intérêt de tous même si dans le cas d’espèce vous refusez avec la majorité de l’intercommunalité d’appliquer le jugement.

Quant  au « fonctionnement efficace des associations » que vous abordez, permettez-moi de douter de cette efficacité du moins pour  certaines d’entre elles, dont notamment la principale qui coute à notre communauté plus de 2 000 000 d’€ par an et à la nation plus de 4 000 000 € sans compter les différents services rendus gratuitement.

La distribution des subventions est d’une opacité totale et les résultats obtenus avec l’argent des 6 communes sont ignorés complètement.

Mais revenons à l’ULEM  qui s’interroge sur votre emploi du temps en reprenant la liste impressionnante de vos mandats qui s’ajoutent  à votre  carrière professionnelle !

Bigre, quelle vitalité ! Mais où est le crime de lèse majesté ?

– Vous ne touchez pas de jetons de présence, écrivez-vous. Mais encore une fois qui vous a parlé d’argent ? (« cet argent qui corrompt, cet argent qui achète, cet argent qui écrase, cet argent qui tue » comme disait François MITTERRAND, et « cette finance qui sent mauvais, ces banquiers bandits », comme dit notre actuel président)

-on ne peut pas être élue à la CAVM sans être élue d’un conseil municipal m’affirmez-vous doctement. Sans doute, mais on peut être élue d’un conseil municipal sans être vice-présidente à la CAVM.

– on peut être aussi tout cela sans être présidente de l’ALISEP, de la MEP, etc…

Si le parti socialiste local n’a pas, au sein de l’intercommunalité, d’autres élus capables d’exercer une partie des mandats que vous « trustez » avec deux ou trois autres, je ne m’étonne plus alors de voir apparaitre un élu socialiste du 94 pour me disputer la mairie  aux prochaines municipales.

Quoiqu’il en soit, à mon tour de vous rappeler quelques vérités :

– vous trouvez ma commune charmante, moi aussi, et c’est grâce au travail de l’équipe que j’ai l’honneur d’animer depuis 1995.

Je n’en dirai pas autant de Champs sur Marne, sans vous en juger bien évidemment, seule  responsable  A propos veillez à prévoir des moyens de transport pour les petits campésiens de retour de voyage organisé par votre municipalité. Des enfants attendant sous la grêle jusqu’à 1 h du matin cela fait désordre.

Certes une monstrueuse erreur est toujours possible, mais à Emerainville nous avons un système d’astreintes qui fonctionne 24 h sur 24  (élus, technique, sécurité) qui fait que nous aurions « réparé » l’énorme bourde  en moins de temps qu’il faut pour l’écrire et nous pouvons dispenser des cours de fonctionnement aux élus qui le souhaitent.

– en qualité de vice-présidente de la CAVM, vous avez pour mission d’œuvrer pour l’intercommunalité, et pas uniquement pour votre commune d’origine et je ne me souviens pas vous avoir entendu parler de ma ville sinon pour la dénigrer (même si aujourd’hui vous la trouvez charmante.)

Quant à votre conclusion mentionnant « certaines odeurs de diffamation qui pourraient être toxiques », elle m’étonne.

La diffamation étant l’expression de mensonges destinés à nuire, je vous mets au défi d’en trouver le moindre soupçon dans le texte de l’ULEM.

J’ai donc été très déçu, chère Madame, de cette argumentation qui n’est pas digne d’une vice-présidente d’une communauté d’agglomération de plus de 80 000 habitants, d’une élue d’une grande ville, et d’une présidente d’associations importantes.

Votre texte, pourrait être écrit par  une gamine de 16 ans en pleine crise d’adolescence et  violemment frappée par la puberté (cette puberté qui fait bourgeonner, qui donne les cheveux gras, et qui rend agressive envers les grandes personnes ….)

Je suis persuadé que vous saurez faire mieux la prochaine fois,  notamment en respectant votre adversaire

Comme contrairement à vous, je  n’oublie pas la politesse (élément essentiel du savoir et du pouvoir vivre ensemble),  je vous prie de croire à mes cordiales salutations.

 

Alain KELYOR

La communauté d’agglomération et les associations.

Le 28 mars 2013, notre intercommunalité a voté (à l’unanimité des élus présents),  les subventions dont le montant suit aux associations ci-dessous :                           

 

Relai jeunes                                                                                                 21 500 €

Objet : Promouvoir le logement pour les jeunes

 

Phare                                                                                                                         18 370 €

Objet : Soutien et aides aux personnes socialement en grande difficultés

 

Club de prévention                                                                                          8 120 €

Objet : Prévention spécialisée

 

Pépinière d’entreprises innovantes                                                     25 000 €

Objet   : Conseil pour la création d’entreprise

 

Nord Seine et Marne initiatives                                                                    25 886 €

Objet : Accueillir les candidats créateurs d’entreprises

 

Pole compétitivité advancy                                                                                 25 000 €

Objet : Rassembler  tous les acteurs portant le projet de pole

compétitivité validé par l’état.

 

MLV Descartes développement                                                                 230 000 €

Objet : Moteur de l’attractivité économique du territoire de             Marne la Vallée

 

Incubateur Descartes                                                                                      120 000 €

Objet : Animer un incubateur , structure d’aide à l’émergence

et d’accompagnement de projets d’entreprises  innovantes. 

 

Mission d’éducation permanente                                                             83 500 €

Objet : Actions concertés en faveur des publics en grandes difficultés

 

EPCC Ferme du Buisson                                                                           2 057 523 €

Objet :Organiser la diffusion et la confrontation des formes

artistiques dans le domaine des spectacles vivants et s’affirmer

comme un lieu de production artistiques de référence nationale

 

Le 25 avril 2013, la communauté d’agglomération complétait  sa série de subventions et toujours à l’unanimité des présents :

 

Maison de  l’emploi et de la formation du N0 Seine et Marnais                25 000 €

Objet :  – Développer une stratégie territoriale partagée

– Participer à l’anticipation des mutations  économiques

– Contribuer au développement de l’emploi local

– Réduire les obstacles culturels et sociaux à l’accès à l’emploi

 

Mission Locale pour l’Emploi (MLE)                                                259 000 €

Objet : Mettre en œuvre des actions concertées  visant à l’insertion

 professionnelle et sociale des jeunes de moins de 25 ans

 

Association locale d’insertion sociale et professionnelle                     35 000 €

Objet : Mener à bien les politiques d’insertion sociale et

professionnelle des personnes ayant interrompu leur scolarité

 

Sans remettre en cause le bienfondé de la plupart de ces subventions, nous sommes contraints de nous interroger sur :

 

1 – les résultats obtenus par ces associations, les documents qui nous sont transmis étant particulièrement hermétiques voire troubles, opaques.

 

2 – le nombre d’associations créées pour le  « bonheur des entreprises »  (incubateur, MLF Descartes développement, advancity, nord seine et marne initiatives, pépinières d’entreprises).

 

Nous connaissons tous l’amour des socialistes et des communistes pour les entreprises privées, mais le nombre des associations pour les aider, nous étonne quand même.

 

3 – les cumuls de fonction de certains élus de la CAVM.

 

Ainsi, Monsieur ROSES est             :

– Vice-président de la CAVM, chargé du développement, de l’économie et de l’emploi

– Elu de la ville de Noisiel

– membre des commissions municipales : 1 – finances, 2 -travaux bâtiments espaces verts, 3 –  politique de la ville.

– Président de l’association « incubateur de Marne la Vallée »,

– Président de l’association Marne la Vallée développement,

 

Sans mettre en doute ses capacités de travail,  Il ne doit pas trop s’ennuyer la semaine et le non cumul des mandats ou des fonctions ne doit pas être pour lui.

 

Ainsi, Julie GOBERT est :

– Vice-présidente de la CAVM, chargée de l’insertion  la formation professionnelle et l’enseignement secondaire et universitaire

– Élue de la  ville de  Champs (PS),

– Membre des commissions municipales suivantes :  -1 -développement économique commercial et artisanal, 2-aménagement urbanisme transport et circulation,  3- jeunes

– Présidente de l’association Alisep,

– Présidente de l’association MEP,

 

Pour elle aussi les journées doivent être courtes.

 

 

Ainsi madame DENIS est

– vice présidente de la CAVM, chargée des affaires culturelles

– Élue de la ville de TORCY,

– Membre des commissions municipales : 1-culture, animation socio-culturelle ; 2-personnel administration  et communication.

– Présidente de l’EPCC la Ferme du Buisson (2 057 523 € de subvention ce n’est pas rien et cela doit nécessiter un travail considérable),

 

Le cumul est une manie chez nos élus communautaires.

A qui fera-t-on croire que ces élus peuvent remplir correctement leurs diverses fonctions ? 

En énonçant toutes ces responsabilités éminemment importantes, nous pouvons légitimement penser que les élus de la CAVM font de la figuration et que l’administration décide de tout au quotidien.

 

Pourtant, ce ne sont pas les élus communautaires  qui manquent et nous rappelons que :

 

          Monsieur ROSES  gère 350 000 € de subventions données par la CAVM (sans compter celles données par les autres organismes étatiques),

          Madame GOBERT gère 118 500 € (sans compter …..),

          Madame DENIS  gère 2 057 523 € plus 1 900 000 € (DRAC, REGION, EPA ) pour les autres organismes étatiques.

 

 

Nous rappelons  que par un arrêt du 31 juillet 2012 (n°11 PAO1487) la cour administrative d’appel annulait un certains nombres de ces subventions 2007, pour divers motifs  dont les plus importants sont les suivants :

– manque de compétence (à l’époque du SAN) pour accorder de subvenions dans le domaine intéressé

– impossibilité juridique de verser des subventions à la Ferme du Buisson (d’où la création depuis d’un EPCC)

– Illégalité de subventions versées à un syndicat (CGT du Val Maubuée)

 

Le SAN de l’époque a été condamné à demander le remboursement des subventions qu’il avait versées  illégalement, mais la cour précisait que les communes,  membres du syndicat pouvaient chercher des solutions leur permettant de prendre à leur charge tout ou partie des subventions  ainsi réclamées.

Il suffisait donc, pour respecter la loi et le jugement, de répartir entre les communes les subventions  correspondantes aux sommes que les associations devaient rembourser au SAN .

 

Mais c’était mal connaître les dirigeants du SAN qui, à l’instar de leurs collègues députés, sénateurs et ministres confondent élection et impunité, et ne se considèrent pas comme des justiciables ordinaires       

 

Nos gens « normaux » se croient  au-dessus des lois et ils ont préféré tenter de diaboliser la commune d’Emerainville qui avait eu, (après de nombreuses mises en garde),  l’impudence de demander l’application des textes, et d’imaginer « une sortie de crise » dans laquelle ils détournent la décision du tribunal.

 

Devant ce refus d’appliquer la loi et  les décisions de justice, la commune d’Emerainville a été contrainte d’entamer deux nouvelles actions judiciaires dont l’une spécifique à la Ferme du Buisson :

          La première pour demander l’annulation des protocoles transactionnels

          La deuxième pour annuler la délibération du SAN autorisant la création de l’EPCC « la Ferme du Buisson »

 

En effet, l’association Centre d’Art et de Culture de Marne la Vallée a donné lieu (suite au jugement du 31-07-2012) à un transfert d’activité et à une cession des tous ses éléments d’actif et de passif au profit d’un Etablissement Public de Coopération Culturelle dénommé « la Ferme du Buisson »

 

La création de cet EPCC avait donc  comme unique finalité d’échapper aux règles qui régissent la publicité et la mise en concurrence  et de faire obstacle à l’autorité de la chose jugée.

 

Pour la petite histoire,  l’association bien que bénéficiaire de subventions « royales » connaissait de graves crises financières dues à son manque de fréquentation, manque  de fréquentation du lui-même à la qualité et à la nature des programmes proposés.

 

Il faudra sans doute dès le changement de majorité revoir tout cela pour cesser de dilapider notre argent.

 

 

 

 

 

 

Analyse du budget 2013 de la Communauté d’Agglomération du Val Maubuée

Budget voté le 28 Mars 2013

La totalité des dépenses et des recettes de fonctionnement est de 89 238 392,11€ pour le budget principal et de 93 717 19, 80 € pour l’ensemble des budgets (budget principal, assainissement, budget restaurant communautaire)

Ce projet met en évidence une certaine monotonie.

Aucune grande action nouvelle de prévue, le budget ne possède aucune ambition, cela sent la fin de règne socialiste sur le Val Maubuée.

Les grands problèmes du moment pour les 6 villes du Val Maubuée, et notamment la sécurité ne sont pas même envisagés.

Les communes devront gérer seules leur propre organisation sécuritaire.

Pour les rythmes scolaires aucune participation de la communauté n’est prévue.

Pour le détail des dépenses, il convient de noter une grande propension à utiliser les comptes divers (« comptes fourretout » dans lesquels tout et n’importe quoi peut être inscrit). Ces comptes s’élèvent quand même à 837 090, € ce qui n’est pas négligeable.

Nous sommes en pleine gestion socialiste, le flou règne en maître.

Pour les recettes de fonctionnement, les recettes propres de la communauté ainsi que les dotations de l’Etat socialiste diminuent.

Les impôts payés par les habitants et les entreprises augmentent, les taxe foncière et d’habitation passant de 18 868 703 € en 2012 à 20 012 965, 00 € en 2013,  et la CVAE, (ancienne taxe professionnelle de 9 000 000 à 9 800 000 €)

Politique socialiste : Merci les contribuables

Pour les investissements  les dépenses réelles restent stables ce qui prouve encore une fois une gestion à la petite semaine qui ignore l’avenir.

Il faut noter quatre  éléments importants :

1 – L’endettement qui s’élève tous budgets confondus à 359 127 964,19 € ce qui, pour une population de 88 581 habitants (y compris, donc, les nouveaux-nés), donne 4 054,23 par habitants (auquel il convient d’ajouter l’endettement de chaque commune pour mesurer l’étendue de la catastrophe).

2 – Cette situation loin d’être brillante a permis quand même aux Président et Vices Présidents d’augmenter leurs indemnités de 30 %.

Politique socialiste oblige.

Certes, cette augmentation représente une goutte d’eau dans un océan d’erreurs,  mais cela est révélateur du mode de pensée de nos hommes de gauche qui n’ont honte de rien.

3 – L’embauche d’une quantité non négligeable (10) d’emplois d’avenir (pour faire plaisir au gouvernement actuel) augure mal de l’avenir car la CAVM devra prendre le personnel des communes lorsqu’elle prendra un certain nombre de compétences communales.

Compte tenu des économies d’échelle envisageables à la suite de ces transferts, il n’est pas responsable d’embaucher actuellement.

Nous sommes dans l’inconséquence socialiste

4 – la situation économique actuelle devrait obliger toute collectivité à chercher des économies et il n’est pas raisonnable d’accorder  une subvention 2 057 523 €  à la Ferme du Buisson et de lui attribuer en plus un certain nombre d’avantages en nature (non chiffrés) sous forme de prêts de locaux, mise à disposition de personnel.

Pédantisme socialiste ? …….

 

 

 

 

 

Les socialos locaux (et les autres) se foutent de nous

 

Mars 2013

Tous ces « pères la vertu » nous enfument avec leurs beaux discours, leur humanisme de façade, et leur pseudo défense des pauvres.

Ils ne pensent en réalité qu’à une seule chose : l’argent, le pognon, l’artiche, le fric, le flouze, les crières, les lovés, les tunes, le blé, les sous, l’oseille, les pépètes, le grisbi, la braise, les ronds, les patates, le pèze…..

Pour juger des décisions prises en janvier 2013, par le conseil communautaire de la nouvelle Communauté d’Agglomération de Marne la Vallée (anciennement le SAN), les mots nous manquent !

Dans sa résolution n° 3 et pour récompenser les attitudes conciliantes des élus de « droite, droite molle voire très molle et même complice » de Croissy Beaubourg, les conseillers nomment un représentant de cette cité comme quinzième Vice Président. Il sera le Vice Président des « moyens généraux ».

Oui, oui vous avez bien lu, « des moyens généraux ».

C’est quoi ça ???????

L’indemnité que percevra cet élu sera-t-elle justifiée par un travail ou les socialistes achètent- ils ainsi une certaine tranquillité ?

Mais il  y a pire :

Dans sa 4ème  résolution, le conseil augmente de près de 30 % les indemnités de son  Président et de ses Vices Présidents

Plusieurs hypocrites socialistes sont partis (comme par miracle) avant cette décision, certainement pour régler à 21h15 des affaires personnelles, mais peut-être aussi par honte.

D’autres hypocrites (les communistes) ont fait un beau discours et ont refusé de voter pour l’augmentation, sans pour autant  renoncer à se l’appliquer à eux-mêmes une fois acceptée par les autres.

D’ailleurs le discours fait au nom de leur groupe s’opposait à la mesure demandée mais l’excusait dans le futur.

« Notre pays vit à l’heure de l’austérité et notre population est la première mise à contribution, le point de l’indice du salaire des fonctionnaires est gelé depuis 3 ans …. Et le premier geste de notre communauté d’agglomération serait d’augmenter les indemnités des élus de près de 30 % ? Nous estimons que c’est un très mauvais signal que nous donnerions et le groupe communiste votera « contre » cette décision. »

La première partie du discours étant consacrée au refus, vient ensuite l’atténuation de la faute et l’élu communiste de poursuivre :

« J’ajoute qu’en communauté d’agglomération, après 2014, les indemnités seront certes au niveau que vous voulez voter, mais qu’il y aura environ  20 % de moins de membres du bureau et donc une enveloppe moindre. »

Autrement dit, vous n’avez pas tout à fait tort, merci pour l’augmentation.

L’augmentation des indemnités des élus communautaires ne creusera pas un gouffre dans les finances, comme le fait, par exemple,  le centre national culturel de la Ferme du Buisson, mais elle démontre le mépris dans lequel les dirigeants du gauche tiennent la « populace ». 

Ils nous ramènent avant 1789, dans  la France de l’ancien régime où des privilégiés vivaient heureux à coté d’un peuple qui crevait de faim.

Les nobles sont remplacés aujourd’hui par les politiciens, le tiers Etat par les hauts fonctionnaires et le peuple continue à nourrir tout ce beau monde.

La rémunération du Président de la Communauté d’Agglomération était déjà très correcte.

Etait-il urgent, dans une période de pénurie, de l’augmenter pour la porter à  4 181,51 € brut mensuel c’est-à-dire un peu moins de trois fois le SMIC mensuel ?

Dans un contexte économique déplorable, alors que notre gouvernement recherche parait-il des économies budgétaires avant d’augmenter nos impôts, dans un moment où les collectivités locales sont accusées de trop dépenser, que leurs dotations gouvernementales baisseront de 1,5 milliard d’€, pour 2014 et 2015 (la loi de programmation des finances publiques de décembre 2012, prévoyait seulement une baisse de moitié) cette mesure est tout simplement une faute, un mauvais signal,  mais aussi une honte.

Le mépris de cette gauche pour le peuple est inadmissible.

Nous osons espérer, à Emerainville, que les taxes perçues par la Communauté ne verront par leur taux augmenter.

Les élus Emerainvillois ont depuis longtemps pris leur distance avec cette intercommunalité pourrie par la politique politicienne.

Ils dénoncent toutes les combinaisons, les « magouilles », les non-respects du droit et ils gagnent tous leurs procès.

Il faut absolument battre la gauche dans les 6 villes du Val Maubuée pour nettoyer les écuries d’Augias et faire de l’intercommunalité une collectivité qui ne serve pas uniquement l’intérêt d’un parti politique et des élus socialistes.