Archives pour la catégorie conseils communautaires

L’ULEM vous invite à assister à un conseil communautaire.

C’est à mourir de rire d’autant plus que les élus de droite étant 32 et les élus de gauche 33 , tout le monde, (même les pires adversaires d’hier) «  s’embrasse sur la bouche », comme l’affirme notre maire avec son humour habituel.

C’est le grand bonheur. La gauche plus expérimentée, mieux organisée, continue à gérer l’ensemble comme elle le désire et la droite composée d’amateurs tendance bisous nours, ou de politiciens qui ne pensent qu’aux titres sans en assumer les responsabilités  parle, parle et parle encore,  tout en se contentant des miettes que les socialos ont bien voulu lui confier.

Il suffit de consulter la liste des absences au conseil pour comprendre que les élus de droite,  notamment ceux de marne la gangrène,  manquent singulièrement de motivations

L’ULEM est déçue  profondément et  encourage les 2 élus d’Emerainville, si rien de cela ne change,  à se retirer de ce bourbier et à exercer leur mandat en « free lance ».

Mais pour en revenir à la drôlerie.

Jeudi 30 juin 2016, lors du conseil communautaire, chaque ancienne communauté d’agglomération devait faire voter son dernier bilan  (2015) par l’ensemble des élus de la nouvelle agglomération.

Coup de théâtre, jamais vu dans l’histoire, les comptes de « marne la gangrène » étaient tellement faux que même les conseillers, qui les présentaient refusèrent de voter pour.

Imaginez un président de société présentant le bilan de son entreprise à ses actionnaires, en déclarant qu’il est faux mais  qu’il n’y est pour rien, qu’il est nul en la matière, que la faute incombe à son service comptable, qu’il désire une révision complète par un cabinet extérieur…….

Nous pensons qu’il serait illico viré sans indemnité.

Certes les élus de 2014 ne sont pas responsables de la quasi-totalité des erreurs de gestion toutes commises de 2010 à 2013 par la gestion socialiste, mais la moindre des choses eut été de présenter un bilan sincère tenant compte de toutes ces erreurs, et de ne pas faire comme si tout allait bien

Les comptes ont été rejetés dans la bonne humeur, après une intervention du vice-président aux finances, et du vice-président au contrôle interne qui tous les deux déclarèrent que le déficit mentionné sur les documents proposés devait être multiplié par 10 ou 12 et serait payé naturellement par la nouvelle communauté d’agglomération.

Contribuables d’Emerainville à votre bon cœur et si vous passez à Chelles sachez qu’une partie de la ville aura été financée par votre argent.

Moins grave mais comique quand même l’approbation des modifications juridiques concernant l’établissement public.(EPA MARNE)

Monsieur RICART, maire de LOGNES, ancien président du SAN, déclara que si le texte apportait un certain nombre d’améliorations, il comportait aussi une répartition nouvelle dans la gouvernance et que désormais, les élus aujourd’hui majoritaires dans l’établissement, deviendront minoritaires et seront remplacés par des fonctionnaires.

En d’autres termes les élus locaux dans les communes desquels l’EPA sévit  n’auront plus aucune prise sur les décisions les concernant pourtant directement.

Après un tel discours, nous pouvions nous attendre à un avis défavorable du conseil.

Mais que croyez-vous qu’il arriva ?  RICART et la gauche approuvèrent le texte, et la droite qui sans doute sommeillait encore ou n’avait rien compris,  aussi.

Seul, notre maire émis un avis défavorable, justifiant son choix par la teneur du  discours de l’élu socialiste lequel interrogé sur son vote,  répondit qu’il votait pour, par discipline de parti.

C’est, nous qui sommes, mal partis avec des élus pareils.

Le duo d’amour, ne justifie pas le vote à l’unanimité de n’importe quoi.

Les élus se doivent d’être motivés et  présents aux réunions

Ils ont l’obligation de s’organiser démocratiquement et de se réunir fréquemment pour analyser les différents problèmes.

Actuellement tout est à faire ou à refaire.

 

 

 

L’Intercommunalité Paris-Marne la Vallée

Notre nouvelle intercommunalité,  créée en dépit du bon sens et à une vitesse record, par les socialistes,  est désormais composée politiquement de 32 élus de droite et  de 33 élus de gauche.  Les deux blocs ont été obligés de s’entendre sur un pacte de gouvernance et de partager les pouvoirs.  Les  élus  d’Emerainville sont au nombre de 2 (3 dans l’ancienne marne la vallée) et notre maire a été nommé vice-président chargé du contrôle interne et de l’évaluation des politiques publiques

Jeudi 31 mars 2016, le conseil communautaire s’est réuni pour le vote du budget 2016, budget qui reprenait en les modifiant considérablement pour certains,  les budgets établis par les 3 anciennes intercommunalités.

Tout le monde désormais s’adorant et s’embrassant sur la  bouche,  le budget global présenté fut adopté à l’unanimité.

Il n’en demeure pas moins que si le contrat de gouvernance  a été respecté, des fissures sont apparues dans les deux blocs.

A gauche les communistes ont vivement critiqué les  diminutions des dotations gouvernementales qui laissent exsangues la trésorerie des communes et des communautés et les délais accordés par notre gouvernement pour mettre au point les fusions.

C’est fou ce que les communistes ont peu de mémoire.

Sans parler du pacte Staline Ribbentrop qui remonte lui, à la nuit des temps, et est en partie responsable des heures sombres de notre histoire, il nous  semble que nos camarades  ont donné leur voix pour élire la bande à HOLLANDE !!!!!!!

Aujourd’hui, Ils sont évidemment, même si leurs critiques sont justifiées, responsables de toutes les erreurs de nos socios-traites.

Le groupe socialiste ne répondit  pas aux attaques des cocos. Il déclara que si actuellement l’amour réciproque était de rigueur, il conseillait cependant  une surveillance accrue des  opposants de la droite honnie,  qui comme chacun sait ne sont pas des humanistes, n’aiment pas le peuple ni leur pays et mangent leurs enfants.

Il tenta d’imputer la situation financière difficile de « marne les gondoires »  aux élus de droite de 2014 en passant sous silence la gestion désastreuse de l’ancien maire socialiste,  véritable responsable de ce début de naufrage.

En un mot l’homme de droite peut être sympathique, compétent, rigoureux, intègre mais  il est quand même conseillé de le pendre.

A droite, les élus n’ont pas de différent sur la doctrine libérale et sur les mesures économiques à prendre, mais ils sont  désorganisés, et il se prépare une future querelle des chefs,  passion habituelle des LR et autres centristes.

Nous pensons que pour être à la hauteur des fonctions, il leur faudra travailler plus (11 pouvoirs au moins sur 32 élus pour un conseil d’une importance capitale), il leur faudra organiser des réunions de travail, et repenser complètement leur  direction, assurée actuellement  par une seule personne qui s’est auto proclamée, « chef de tout. »

Compte tenu du caractère bien trempé de certains membres du groupe, nous pouvons parier que ce mode de fonctionnement durera moins que les impôts ou conduira inéluctablement à la scission.

Contrairement aux experts qui connaissent de plus en plus de choses sur un sujet de moins en moins grand, il semble que les élus communautaires (gauche, et  droite réunies) aient plus gros yeux que gros ventre.  Certains grisés sans doute par le pouvoir pensent qu’ils peuvent être maire d’une grande ville, vice-président de la communauté d’agglomération, membres du conseil général ou de la région et président de ceci et de cela.

Trop c’est trop et ils connaissent de moins en moins de choses sur un sujet de plus en plus grand

Nous sommes habitués à ce phénomène pour la gauche, mais il est regrettable que la droite « nouvelle » possède les mêmes tares.

Les fonctions multiples entrainent non seulement une méconnaissance des dossiers mais aussi un  important absentéisme.

L’ULEM est une association, regroupant des libéraux qui luttent pour une économie ouverte et une réduction des fonctions de l’Etat. Son travail essentiel  a consisté à la formation de candidats aux municipales, mais elle  va s’intéresser désormais de près au fonctionnement de la communauté d’agglomération, « PARIS- VALLE DE LA MARNE »et dénoncera tout ce qui n’ira pas  dans le bon sens  de la part des élus de droite ou de gauche.

QU ON SE LE DISE.

Installation de la nouvelle communauté d’agglomération

C’était attendrissant ,  le mercredi 20 janvier 2016, à l’intercommunalité,  qui au 31 décembre 2015 était totalement gauchiste, de voir la gauche voter pour la droite et la droite voter pour la gauche.

 Les dernières élections municipales, ont provoqué un véritable séisme dans les villes de gauche, et dans  la nouvelle interco Paris-Vallée de la Marne, gauche et droite se retrouvent  quasiment à égalité.

 32 délégués unis de droite (à une exception près),  33 délégués de gauche dans laquelle les communistes et les verts sont prêts à faire dissidence à tout moment

 Pour rendre le truc gouvernable, il fallait donc que les deux courants de pensée politique acceptent de travailler ensemble.

 Un accord de gouvernance a été conclu et nous avons assisté  le 20 janvier à un duo d’amour, tous les délégués s’embrassant sur la bouche.

 La droite ne présenta pas de candidat pour la présidence et la  gauche, accepta que la droite détienne un nombre de vice-présidents  égal  au sien.

 Terminé,  les socialistes méprisants ne laissant que des miettes de pouvoir à leur opposition.  

 Mercredi soir, nécessité et raison obligent, les  élus se  partageaient  joyeusement les pouvoirs.

 L’interco va telle être enfin considérée comme une collectivité de projets sans se préoccuper des intérêts des partis politiques ?

 « Ma pourvou qué ça doure !».

 Il reste cependant plusieurs questions que l’ULEM se pose :

 1er la position de Benarab théoriquement élu de droite, de Torcy. 

 Cet élu qui n’a jamais brillé par sa force de proposition, sa force  de travail, trahira-t-il une nouvelle fois ses idées pour obtenir une bride de pouvoir qu’il recherche vainement depuis sa déculotté aux municipales ?

C’est bizarre mais personne à droite,  à part quelques bisous nounours,  ne semble lui faire confiance.

 2ème les délégations qui ont été données  aux vice-présidents ont-elles été données, en fonction des connaissances de chaque  vice-président ou en fonction de critères politiques ?

 De nombreuses questions peuvent se poser dans ce domaine.

A suivre  …..

Conseil communautaire du 26 mars 2015

L’ULEM a décidé de faire un compte rendu des conseils communautaires qui se déroulent à TORCY.

Le temps est aux transferts de compétence (communes- interco), les mairies deviendront dans une dizaine d’années (peut-être moins) des mairies d’arrondissement sans pouvoir.

Mais pour reprendre les compétences, encore faut-il être en mesure de les exercer correctement.

Il ne faut pas voir les yeux plus  grands que le ventre

Depuis leur transfert à la CA, l’entretien des rues bordant les zones artisanales et industrielles laissent sérieusement à désirer quant à leur entretien.

La majorité des élus communautaires sont de gauche.  Ils promettent beaucoup, s’agitent, font du vent, veulent s’occuper de tout mais ne font pas grand-chose.

Ce sont des marchands de mots.

Le 26 03 2015, le conseil communautaire était réuni avec un ordre du jour de 37 points

Le nombre de résolutions montre,  rien qu’en lui-même,  l’impossibilité de débattre sérieusement, sauf à y passer la nuit.

Au programme notamment :

L’adoption des budgets (le principal, celui de l’eau, celui de l’assainissement, celui du  restaurant communautaire)

Sur le budget principal la note d’introduction indique notamment :

« Marqué par des contraintes financières très défavorables (contexte économique et social de crise, forte baisse des concours de l’état, …… »)

Le paradis socialiste n’est plus un rêve. Les élus de gauche sous l’ère SARKO niaient la crise économique mais touchés par la grâce ces mêmes élus la reconnaissent désormais.

Pour les recettes et comme  dans tous les budgets de  l’ère BOUBOULE 1er, les dotations de l’Etat, sont en baisse (7,78 %), ainsi que les impôts perçus des entreprises qui ne gagnent plus un sou. L’impôt tue l’impôt

Subventionner, pour se donner bonne conscience,  des associations censées  aider les entreprises, ne sert à rien et coute à la collectivité. Il serait sans doute bénéfique de foutre la paix à nos entrepreneurs, de  ne pas jouer les mouches du coche, et de créer des conditions favorables au développement de leur société.

De plus,  pour aider quelqu’un dans n’importe quel domaine, il faut connaitre ce domaine, et la connaissance des entreprises par des socialistes ou des communistes est une exception rarissime. Quant  aux membres du personnel de ces associations, aucun d’entre eux n’a créé sa propre entreprise. Ils sont  incapables de donner des conseils autres que théoriques (voir les conseillers de pôle emploi par exemple)

Pour les dépenses, une baisse de 3,64 % est prévue. Elle tient compte d’une augmentation des salaires compte tenu du recrutement de 15 contrats d’avenir pour faire plaisir à notre gouvernement qui a imposé  des quotas de ces contrats à toutes les collectivités de son obédience, afin de faire reculer artificiellement le chomage..

Il n’a évidemment, jamais été question de revenir sur les augmentations des rémunérations que les dirigeants de l’agglomération se sont généreusement octroyés, il y a peu.

Dans le crédo socialiste actuel la phrase importante est la suivante :

Charité bien ordonnée commence par soi-même et les efforts sont pour  les autres.

Dans le détail du budget tout est critiquable, les chiffres, leurs variations d’une année sur l’autre, les politiques qui transparaissent dans de nombreux domaines, comme la culture, l’environnement, le personnel, l’urbanisme……

La politique associative est à revoir dans son ensemble

La ferme du buisson coûte une fortune aux contribuables du val Maubuée qui fréquentent  très peu ce gouffre à fric.

Le coût de la culture devrait être modulé selon l’activité économique et la situation financière du pays

Dans le domaine de l’entreprise et du chômage, les activités de toutes les associations subventionnées sont sensiblement les mêmes et les redondances sont la règle.

Quant aux résultats obtenus ils ne sont jamais communiqués aux élus communautaires.

L’utilité  de telles associations semble être la réduction du chômage (par les embauches de leur personnel), le placement  des copains et pour finir la gesticulation.

A -Pour les entreprises :

GREENOV                                                                  5 000 €

Objet : développer la filière économique de la rénovation durable en stimulant la capacité d’innovation des PME (des mots, des mots, des mots)

Pôle de compétitivité ADVANTY                                 25 000 €

Objet : assurer la maturité des projets entrant dans la dynamique du pole (qui dans les membres de l’association a créé des projets)

Marne la vallée Descartes développement     230 000 €

Objet : contribuer au développement économique local et réfléchir sur la stratégie de développement du territoire en vue de l’émergence d’un cluster (c’est beau mais cela ne représente rien)

Incubateur marne la vallée Descartes                        120 000 €

Objet : mener des actions de sensibilisation à l’entrepreneuriat et au « sourcing » ( ??? nous sommes dans un langage esotérique ….)

Initiative nord seine et marne                                       25 886 €

Objet : accueillir les candidats créateurs (sans doute en leur  faisant visiter les camps de Roms ou de gitans, implantés sur marne la vallée !!!!!)

Pépinières d’entreprises innovantes de la CCI    25 000 €

Objet : conseiller pour créer des entreprises (par des employés qui n’en ont jamais créés naturellement).

Tout cet argent est dépensé sans aucun résultat

B -Pour l’emploi

Maison intercommunale d’insertion                          240 000 €

Pour les publics éloignés du marché de l’emploi (la CAVM fait concurrence à Pole emploi et rapproche l’emploi du domicile des chômeurs)

Maison de l’emploi et de la formation du Nord Ouest seine et marne                                                                                                                 25 000 €

On attend avec impatience la maison de l’emploi pour le Nord du nord de la seine et marne, puis de la partie sud du nord de la …..

Mission locale pour l’emploi                                      259 000 € :

Objet : insertion des jeunes, et leur permettre de créer leur entreprise. (Qui leur donne des conseils ?)

Les socialistes ont la manie sans doute par complexe de s’occuper de ce qu’ils ne connaissent pas, c’est-à-dire du monde de l’entreprise et par conséquence du monde du travail ou plutôt depuis qu’ils sont au pouvoir du monde du chômage. Ils créent n’importe quoi, maquillent leur nullité sous un langage incompréhensible, avec utilisation de mots anglo-saxons par snobisme et sans doute pour protéger notre belle langue,   font des doublons et n’obtiennent aucun résultat en dépensant des sommes folles.

.

Les charges financières s’élèvent à 12 467 223 € et un emprunt de 77.418 018,44 € a été renégocié. Son taux passe de 7,12 % d’intérêts à 3,35 %

Qui a accepté un taux de 7,12 % ?

Pour quelle raison la négociation n’a-t-elle pas été faite plus tôt ?

Pour financer  les investissements, les emprunts nouveaux s’élèvent à 16 506 773,80 €. Ces emprunts serviront à réaliser divers travaux dont

-la construction de l’entreprise innovante (encore un bide futur)

-la construction du cinéma de la ferme du buisson (voir les subventions de fonctionnement attribuées à cette ferme)

-des travaux au centre d’art et de culture de la ferme du buisson

C – Sur le détail des sommes figurant au BP

Il faut noter l’utilisation importante des rubriques diverses, qui ne représentent pas des dépenses nommément désignées.

Il faudra aussi vérifier le bon  fonctionnement de la cantine dont le cout de l’énergie est passé de 45 200 à 73 000 € et les achats d’alimentation de 603 000 à 473 455€

Les collaborateurs de la communauté d’agglomération mangent certainement, moins et restent plus longtemps à table.

Bizarre non,  mais l’affaire coute aux contribuables 1 111 138 €

D-Maintenant sur le plan ambiance :

Pour la droite : Après l’abandon de l’opposition, pour un plat de lentilles par un  élu de Croissy Beaubourg (il est désormais vice-président appointé), l’unique  élu de TORCY sans doute dans le besoin ou en recherche de titres pour contenter son égo,  tente de prendre le même chemin pour obtenir une place au bureau. (Les membres de sa liste aux élections municipale de TORCY, ont-ils été consultés ? Nous en doutons.)

Pour la gauche : les frères ennemis (socialistes, communistes, verts) s’observent chacun cherchant la faute de l’autre.

Il est temps que la nouvelle communauté d’agglomération vienne remplacer tout ce panier de crabes.