Compte-rendu du Conseil municipal du 18 octobre 2018

Dans les rangs socialistes toujours la même Bérézina. Seul, sur quatre élus, Monsieur IMPELLIZZIERI est présent et nous recherchons toujours Madame TALBI, qui avec Madame FAVORY peaufinent toujours et encore leur record d’absentéisme.
Bien loin de ces deux vedettes Monsieur Morel tente désespérément de recoller au score.

L’ordre du jour portait principalement sur les points suivants ;

  • autorisation au Maire de signer diverses conventions (open data-télé transmission au préfet des principaux actes administratifs).

Délibérations votées à l’unanimité

  • adoption du plan communautaire de prévention primaire de la radicalisation.

Le texte de ce plan est un catalogue de bonnes intentions qui ne pouvait pas ne pas être adopté mais il ne résout en rien les problèmes réels d’autant que la définition  même de la radicalisation n’est pas clairement définie et semble sortir du stylo de Monsieur HULEUX.

Ainsi il s’agit d’un concept composite à large spectre,  à géométrie variable, chargé d’imprécision sémantique.

Elle est aussi la conséquence de cheminement personnel mais il n’existe pas d’explication systématique à ces parcours. Certes des liaisons et des corrélations entre caractéristiques socio-économiques existent mais pas de causalité déterminante ni évidente avec la radicalité des parcours.

Elle est aussi le résultat d’un processus évolutif et non d’un basculement soudain.

Enfin il n’est pas simple de savoir différencier ce qui relève de la radicalisation, d’une révolte d’adolescents ou d’une pratique rigoriste d’une religion.

Que ceux qui ont compris lèvent le doigt !!!!!

Combattre une chose sans la connaitre est-ce possible ????

Nous eûmes naturellement droit aux réflexions habituelles sur le vivre ensemble (question éminemment philosophique et dans laquelle nos élus nationaux  se complaisent, incapables qu’ils sont de prendre les bonnes mesures) et sur les comités de quartiers, l’alpha et l’oméga de la pensée socialiste en matière de prévention de la délinquance.

Notre socialiste aborda ensuite mais indirectement le problème religieux et reprocha à la Mairie la crèche de Noël qui selon lui serait en contradiction avec les principes de la laïcité.

Il est étonnant que lorsque le problème religieux est abordé, nos politiques (et Jérôme en fait partie) dénoncent la religion chrétienne mais jamais la musulmane. Trouille d’éventuelle fatwa ? Envie de se mortifier ? Complexe de culpabilisation.

Monsieur le Maire répondit que la crèche était dressée en Mairie d’Emerainville depuis des années, que notre culture est chrétienne et les laïcards se doivent de la respecter, sans demander le changement de prénoms de nos enfants, des noms de plus de 50 % de nos villes qui portent le nom d’un saint, la destruction des calvaires, des croix, des statues du Christ ou de la vierge sur nos routes, de nos cathédrales, églises, abbayes etc.

Nos enfants pourront sans doute demain s’appeler meguane, chaterton, palmolive, mais tous ces changements refusés majoritairement  par la population seront difficiles à réaliser même si la pratique religieuse disparaît progressivement.

Ces réflexions, ces demandes, de l’opposition,  sont tellement connues que l’Ulem pourrait avant les débats écrire les réflexions de Jérôme  sur les principales résolutions proposées.

Attention quand on ne se renouvelle pas, la lassitude apparaît chez l’électeur au bénéfice des partis extrêmes.

  • Avenant au contrat de la restauration scolaire

Cet avenant permit au groupe unipersonnel (socialiste ???) de nous resservir les mêmes arguments sur le prix des cantines comparés  aux coûts du service communication, honoraires, etc.

Tout sera gratis si la majorité change demain à Emerainville, mais pour l’instant et après d’âpres négociations le prix des repas restera identique en 2019.

Pas de promesse mais des actes chez nos élus.

  • Modernisation de l’éclairage communal

Dans un délai de 3 ans des luminaires LED serons installés dans nos rues. Cette décision (une décision inverse avait été prise il y a quelques années) fait suite au progrès survenu dans la qualité et la fiabilité de ces nouveaux matériels disponibles.

Nos élus n’étant  pas des doctrinaires, avancent mais prudemment.

  • Transfert d’activité de la société MICRONOR qui possède déjà un site sur Emerainville et qui désire compléter son activité émerainvilloise.

Un avis défavorable pris à l’unanimité fut donné compte tenu des risques pour la population  (utilisation de produits cyanurés dans les bains).

Il ne s’agit malheureusement que d’un avis qui risque de ne pas être entendu. Peut-être  conviendra-t-il de montrer les dents et d’avoir l’appui d’associations sérieuses,  s’occupant de l’environnement et qui ne sont pas politisées.

  • Débat sur les orientations du règlement local de publicité

Ce débat non obligatoire a permis de constater que notre unique socialiste était plutôt pour une publicité « tapageuse » et ce dans l’intérêt des entreprises sans tenir compte de la pollution visuelle.il rejoindra bientôt « En marche » après avoir abandonné Hamon.

Les convictions politiques sont on le sait souvent à géométrie variable

Dont acte.

Monsieur le maire pour sa part a fait un bilan positif des actions menées depuis 1995 pour lutter contre la publicité anarchique dans les villes et regretté qu’aucun élu des oppositions n’ait assisté aux réunions préparatoires.

Monsieur IMPELLIZZIERI protesta comme toujours affirmant qu’il n’avait pas été convoqué alors qu’aucune invitation n’avait été faite l’information se trouvant :

Sur Le Lien, sur les panneaux d’affichages, sur le site internet de la Mairie, sur les lettres d’information….

Il faut absolument pour être pris au sérieux,  s’intéresser à sa ville avant de discourir une fois par mois au conseil municipal.

La gauche, l’Emerainvillois notamment  est pleine  de contradiction. Elle est contre la baisse des impôts locaux (ou alors seulement pour la taxe foncière, mais pour la taxe d’habitation et est prête à vivre dans une ville ornée d’affiches publicitaires vantant les mérites de Coca Cola, du coiffeur du coin, etc.

Mais il est vrai que lorsque l’on ne dispose pas du pouvoir tout peut être dit et promis

  • Arrêté municipal sur la propreté et l’entretien des espaces publiques

Dans ce point du jour la majorité, sans obligation légale, a proposé l’examen de l’arrêté mentionné ci-dessus, arrêté qui ne fait que reprendre en les regroupant tous les textes légaux  applicables en la matière. Il fut adopté à l’unanimité.

Nous conseillons à tous les Emerainvillois d’en prendre connaissance

  • Réponses aux questions sur l’intercommunalité :

Monsieur le maire confirme que la situation financière  de PVM sera dès 2020 en grand péril, les économies nécessaires n’ayant été faites que très partiellement.

L’élément fondamental suivant, n’est jamais pris en compte  et  n’est pas dans le logiciel des politiciens communaux, intercommunaux, nationaux   de droite comme de gauche : la gestion  d’une commune, d’une intercommunalité ….  Ne peut pas, sous peine de courir à l’échec, prendre en compte des intérêts  politiques.

Les élus Emerainvillois chez PVM sont donc en opposition contre toute mesure qui favorise la ville de Pierre, Paul, Jacques qui sont en fait la négation  du principe même  de l’intercommunalité.

Le fait que notre Maire soit vice-président, chargé du contrôle interne dans cette instance ne change rien à sa position d’autant plus qu’il est dans l’incapacité d’exercer normalement sa mission.

L’unique survivant socialiste n’avait sans doute pas compris ce raisonnement pourtant tenu de nombreuses fois en sa présence. Pour la Ferme du Buisson, monsieur le Maire conseilla à l’élu socialiste de lire et relire les articles figurant sur le Facebook d’Emerainville au cœur de PVM, article qui explique la position des élus émerainvillois sur ce gouffre financier, dont les spectacles n’attirent pas les foules et qui, étant une scène nationale, devrait être financée par l’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *