Un conseil municipal fort intéressant

À chaque mandature, il existe des tensions entre les conseillers municipaux majoritaires ou non et, « Émerainville au cœur » n’a pas échappé à la règle sur les quatre mandats précédents.
Cette année, les élections municipales approchent,  quatre élus sur 23 semblent mécontents du travail qu’ils ont pourtant accompli au sein de la commune.
Un seul cependant d’entre eux à décider de quitter la majorité tout en désirant conserver son mandat de maire-adjoint pour sans doute appliquer la politique qu’il rejette désormais.
Est-ce bien raisonnable ?
Nouveau cadre LR, il n’a sans doute pas écouté son futur président qui réclame l’union et la mise en sommeil des egos et des ambitions personnels. Le coup médiatique, était largement prémédité, puisque dans la salle, étaient présent « le Parisien », et même une délégation « En Marche ».
M. le Maire répondit à la démission du groupe majoritaire par une courte intervention par laquelle :
– il remerciait l’élu pour le bon travail accompli sous sa direction,
– il ne comprenait pas les motivations de la démission, (ou ne voulait pas la comprendre),
– il contestait les prétextes donnés car s’apercevoir au bout de deux mandats (12 ans) et à 6 mois de nouvelles élections, que l’on ne  peut  pas donner librement son avis sur les affaires débattues n’est pas crédible.
Il serait bon, pour la clarté de l’affaire, que l’élu sortant publie une liste des décisions municipales qui n’ont pas été examinées, débattues, votées par lui-même.
 – M. le maire, dans ces conditions, considère que vouloir poursuivre son mandat de maire adjoint et donc continuer la politique de la majorité, est un non-sens.
– Il serait bon qu’il chiffre le préjudice (moral, environnemental, financier) causé à la commune.
Le Conseil municipal commença devant un public pour une fois très nombreux.
De ce conseil, très technique par ailleurs, toutes les décisions furent votées à l’unanimité de la majorité, à une seule exception près concernant la dénomination du bois de Malnoue baptisé bois de Footel, délibération pour laquelle il manqua une voix à la majorité, un de ses membres n’aimant pas cette appellation.
Un échange un peu vif s’instaura en fin de séance, entre M. Huleux et le maire concernant l’attitude du groupe des verts dans le déroulement des procès qui sont intentés à la commune, à son personnel et à ses élus. M. le Maire compara le groupe des verts aux anciens Romains qui sous Néron venaient assister aux combats de gladiateurs, pour se repaître de sang des vaincus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *