Compte rendu de la réunion du SAN en date du 11 mars 2010

 

A l’ordre du jour 22 délibérations dont :

                        Le budget primitif

                        Le vote des subventions pour les associations

                        Le vote d’une motion sur la réforme de la taxe professionnelle

Comme toujours dans un hémicycle dans lequel les élus sont rangés par parti politique et non par appartenance à leur ville, tous les points à l’ordre du jour donnent lieu à une critique acerbe des décisions gouvernementales

Les communistes de Champs, par l’intermédiaire de Monsieur GUILLAUME déplorent l’augmentation du CAC 40, veulent instituer de nouveaux impôts sur les transactions financières, augmenter le taux de  l’impôt société etc.…..

Le groupe communiste est sans doute le seul à ne pas savoir que de telles décisions ne sont pas de la compétence du SAN.

Pour le reste, un siècle et demi après la naissance de leur théorie économique et 30 ans après que son application ait laissé la moitié de l’Europe en état de sous-développement, ils n’ont toujours rien compris.

En tout cas nous sommes bien loin d’une communauté de projets qui est la seule justification de l’existence de notre intercommunalité.

Les membres du  groupe socialiste pour leur  part, et sans doute par tactique politique, ne disent  rien, laissent  les communistes délirer et approuvent diplomatiquement  de temps en temps en hochant la tête.

Plus hypocrite qu’eux, tu meures.

Ils oublient sans doute qu’un de leurs leaders est président du FMI, organisme on ne peut plus capitaliste.     

A – Le Budget :

Nous avons voté « contre », les options retenues n’étant pas conformes à nos idées d’une saine gestion, et nous regrettons notamment :

          L’augmentation des frais de personnel

          Les charges financières de 14 700 815,05 € qui représentent le deuxième poste de charges après les salaires   

          L’opacité du budget : Les frais divers, donc non définis, représentent 10 % du montant des charges (hors salaires et frais financiers)

          Les remboursements d’emprunts qui ne peuvent se faire qu’en empruntant de nouveau.

          Le désendettement insignifiant

          La subvention au centre d’art et de culture (2 017 000 €) (à laquelle il convient d’ajouter la mise à disposition d’une structure et son entretien) qui  est inadmissible dans ces temps de pénurie.

Qui connait le CAC ? Quel spectacle a-t-il créé ? Ses précédents bilans faisaient ressortir une activité créative inexistante et un financement à plus de 90 % par des fonds publics pour à peine 1 % de recettes propres.

Tous ces reproches sont formulés chaque année sans que cela soit pris en compte par les élus des partis de gauche

Les élus d’Emerainville ont refusé d’expliquer leur vote au conseil indiquant que cela ne servait à rien, nos options étant connues et nos critiques,  identiques chaque année,  aussi.

Pour en savoir plus, Ils ont renvoyé les élus du SAN à la lecture de ce blog

 B – les subventions

Ayant voté « contre » le budget, il n’était pas possible de voter « pour » les subventions qui figuraient dans ledit document,  même si certaines étaient totalement justifiées.

Nous avons souri, lorsque les communistes de Champ ont découvert l’existence d’associations d’aide à la création d’entreprise que le SAN subventionne depuis une bonne dizaine d’années.

Nous avons souri de nouveau, lorsque les mêmes communistes ont exigé que lesdites associations communiquent leurs résultats.

Comme, dans le cadre de notre mandat et dans des délais raisonnables, il nous est extrêmement difficile d’obtenir les documents que nous demandons sur ces associations, nous espérons que depuis 10 ans les socialistes responsables du suivi ont exercé un tel contrôle.

Mais force est de constater qu’il y a des failles dans les communications entre les groupes de gauche et nous sommes en plein dans le règne de la chienlit.

Cela explique sans doute cette gestion à la petite semaine.

Cette  foire d’empoigne à 22heures 30 n’était pas nécessaire et faisait désordre.

Peut être que le groupe communiste et le groupe socialiste pourraient se rencontrer lors de l’établissement de l’ordre du jour du syndicat. Cela  nous éviterait  cette situation ridicule et nous permettrait d’aller nous coucher plus tôt

Nous savons suffisamment que les deux partis de gauche se haïssent cordialement mais il est inutile de nous le confirmer à ces heures tardives.

 

 

C – Motion 

La motion est la spécialité du SAN. Elle ne sert rigoureusement à rien, mais permet des débats interminables  sur la nullité de notre Président de la République, de notre gouvernement, sur le retour à une économie du type soviétique, etc.…

Il faut dire que dans ce domaine, les élus de gauche sont très forts. Ils ressassent sans se lasser toujours les mêmes demandes et pensent que cela faisant, ils transforment  notre société et résolvent  tous les problèmes.

La motion présentée refusait la disparition de la taxe professionnelle.

Nous avions établi une autre motion  qui analysait le problème sous deux angles :

          Le secteur privé : pour lequel la suppression de cette taxe et son remplacement par une contribution était une bonne chose pour de multiples raisons

          Le secteur public : pour lequel nous regrettions la précipitation gouvernementale et sans doute l’insuffisance de débats (ce qui fait qu’aujourd’hui les communes, les intercommunalités etc.…. naviguent à vue et se posent des questions sur leurs rentrées fiscales à partir de 2012)

Cette analyse objective a permis à un élu communiste de Champs,  qui, comme d’habitude n’a sans doute rien compris, de nous affirmer que nous avons rejoint le camp du grand patronat et que nous trahissions notre parti politique.

Impossible de lui faire comprendre depuis des années qu’ au SAN nous sommes des élus, que notre appartenance à un parti n’a pas à rentrer en considération dans notre mission auprès de l’intercommunalité et que tous les représentants d’Emerainville ne sont  pas UMP

Ce qu’il y a de merveilleux dans les hommes de gauche, c’est leur discipline. Chez eux la parole n’est pas libre, la critique du parti interdite sous peine d’exclusion et autrefois de goulag

Rien  ne ressemble plus à l’armée que ces partis anti-militaristes que sont le PS et le PC

Pour terminer un élu socialiste de Champs, Monsieur FAURE, isolé dans un coin de la pièce, très loin des autres élus de sa ville, après nous avoir tenu un discours abracadabrantesque et déclaré que même les élus les plus archaïques (qui visait-il ?) pourraient voter notre motion sous réserve d’une ou deux modifications.

Ce grand démocrate ne fut pas suivi et la motion présentée par la majorité, motion qui occulte complètement les retombées sur les entreprises a été acceptée



 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *