Une élue très occupée .

L’ULEM s’était interrogée sur la possibilité de certains élus de la communauté d’agglomération, à remplir correctement les multiples mandats dont ils étaient dotés.

Parmi eux, figurait Madame GOBERT qui est :

 

– vice-présidente de la CAVM, chargée de l’insertion  la formation professionnelle, et l’enseignement secondaire et universitaire

– Élue de la  ville de  Champs (PS), et membres des commissions municipales suivantes : 

1 -développement économique commercial et artisanal,

2 – aménagement urbanisme transport et circulation, 

3 – jeunes

– Présidente de l’association Alisep,

– Présidente de l’association MEP,

 

Nous concluions par cette phrase « Pour elle aussi les journées doivent être courtes ».

 

Quelle ne fut donc pas notre surprise en relevant sur un blog de Champs sur Marne, les réactions de Madame GOBERT, s’attaquant directement et personnellement à M. le Maire (dont vous pouvez prendre connaissance à : «http://champs-sur-marne.blogspot.fr/»

Nous pensons intéressant de vous communiquer la réponse d’Alain KELYOR :

Chère Madame,

J’ai lu avec intérêt votre lettre d’humeur (sur votre blog de Champs sur Marne), lettre d’humeur, faisant suite  à un article paru sur le site de l’ULEM

Permettez-moi tout d’abord de vous féliciter de la qualité de vos lectures,

Je suis très flatté que vous m’attribuiez la paternité de l’article incriminé,  mais il ne faut pas voir des Maires partout.

Lorsque je rédige un texte, je le signe.

Je cherche cependant  dans votre texte les réponses à la question, (Avez-vous le temps matériel de remplir vos nombreuses fonctions et responsabilités ?)  posée à tous les élus communautaires dans votre situation.

 Il est vrai que depuis quelque temps, c’est une mode socialiste de ne pas répondre directement aux questions posées.

Vous titrez « mes nuits sont plus  épanouissantes « (sic) que vos journées, cher maire ». Pourquoi me parler de vos nuits ? Un phantasme « strausskanien » ?

Vous m’accusez, aussi de « chercher querelle au SAN uniquement pour remplir ma vie d’un peu d’excitation ».

« Nuits épanouissantes »,…… « excitation », encore ce phantasme !!!!  Mais que puis-je répondre en restant galant homme ?

 Pour redevenir sérieux, il ne vous a pas échappé qu’une opposition était faite pour s’opposer et que les élus d’Emerainville contestaient la gestion du SAN d’une manière totalement démocratique.

Il ne vous pas échappé non plus que ces mêmes élus ont gagné le procès qu’ils ont intenté à l’intercommunalité et  qui portait sur les subventions versées aux associations.

Je pense que comme toute bonne élue vous devriez faire confiance à la justice de votre pays, vous interroger sur les fautes commises et le moyen d’y remédier dans l‘intérêt de tous même si dans le cas d’espèce vous refusez avec la majorité de l’intercommunalité d’appliquer le jugement.

Quant  au « fonctionnement efficace des associations » que vous abordez, permettez-moi de douter de cette efficacité du moins pour  certaines d’entre elles, dont notamment la principale qui coute à notre communauté plus de 2 000 000 d’€ par an et à la nation plus de 4 000 000 € sans compter les différents services rendus gratuitement.

La distribution des subventions est d’une opacité totale et les résultats obtenus avec l’argent des 6 communes sont ignorés complètement.

Mais revenons à l’ULEM  qui s’interroge sur votre emploi du temps en reprenant la liste impressionnante de vos mandats qui s’ajoutent  à votre  carrière professionnelle !

Bigre, quelle vitalité ! Mais où est le crime de lèse majesté ?

– Vous ne touchez pas de jetons de présence, écrivez-vous. Mais encore une fois qui vous a parlé d’argent ? (« cet argent qui corrompt, cet argent qui achète, cet argent qui écrase, cet argent qui tue » comme disait François MITTERRAND, et « cette finance qui sent mauvais, ces banquiers bandits », comme dit notre actuel président)

-on ne peut pas être élue à la CAVM sans être élue d’un conseil municipal m’affirmez-vous doctement. Sans doute, mais on peut être élue d’un conseil municipal sans être vice-présidente à la CAVM.

– on peut être aussi tout cela sans être présidente de l’ALISEP, de la MEP, etc…

Si le parti socialiste local n’a pas, au sein de l’intercommunalité, d’autres élus capables d’exercer une partie des mandats que vous « trustez » avec deux ou trois autres, je ne m’étonne plus alors de voir apparaitre un élu socialiste du 94 pour me disputer la mairie  aux prochaines municipales.

Quoiqu’il en soit, à mon tour de vous rappeler quelques vérités :

– vous trouvez ma commune charmante, moi aussi, et c’est grâce au travail de l’équipe que j’ai l’honneur d’animer depuis 1995.

Je n’en dirai pas autant de Champs sur Marne, sans vous en juger bien évidemment, seule  responsable  A propos veillez à prévoir des moyens de transport pour les petits campésiens de retour de voyage organisé par votre municipalité. Des enfants attendant sous la grêle jusqu’à 1 h du matin cela fait désordre.

Certes une monstrueuse erreur est toujours possible, mais à Emerainville nous avons un système d’astreintes qui fonctionne 24 h sur 24  (élus, technique, sécurité) qui fait que nous aurions « réparé » l’énorme bourde  en moins de temps qu’il faut pour l’écrire et nous pouvons dispenser des cours de fonctionnement aux élus qui le souhaitent.

– en qualité de vice-présidente de la CAVM, vous avez pour mission d’œuvrer pour l’intercommunalité, et pas uniquement pour votre commune d’origine et je ne me souviens pas vous avoir entendu parler de ma ville sinon pour la dénigrer (même si aujourd’hui vous la trouvez charmante.)

Quant à votre conclusion mentionnant « certaines odeurs de diffamation qui pourraient être toxiques », elle m’étonne.

La diffamation étant l’expression de mensonges destinés à nuire, je vous mets au défi d’en trouver le moindre soupçon dans le texte de l’ULEM.

J’ai donc été très déçu, chère Madame, de cette argumentation qui n’est pas digne d’une vice-présidente d’une communauté d’agglomération de plus de 80 000 habitants, d’une élue d’une grande ville, et d’une présidente d’associations importantes.

Votre texte, pourrait être écrit par  une gamine de 16 ans en pleine crise d’adolescence et  violemment frappée par la puberté (cette puberté qui fait bourgeonner, qui donne les cheveux gras, et qui rend agressive envers les grandes personnes ….)

Je suis persuadé que vous saurez faire mieux la prochaine fois,  notamment en respectant votre adversaire

Comme contrairement à vous, je  n’oublie pas la politesse (élément essentiel du savoir et du pouvoir vivre ensemble),  je vous prie de croire à mes cordiales salutations.

 

Alain KELYOR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *