Imagination

Je ne peux pas m’imaginer que la liste LR patchwork soit tombée aussi bas.
Je ne vois pas l’intérêt qu’elle retire en continuant à nous traîner quotidiennement sur son terrain c’est-à-dire dans la fange.
élections sont terminées. CAP’EM a été battu et cette liste devrait pour le plus grand bien de la commune, peaufiner les nombreuses propositions, qu’une opposition constructive se doit de faire pendant ses 6 ans de purgatoire. Pourtant, le harcèlement se poursuit sans aucun intérêt pour les membres de cette liste mais avec la volonté évidente de travestir la vérité et d’organiser de façon permanente un procès de style Stalinien.
Je n’habite pas la commune : mais où habite M. COURTOIS ? Où paie-t-il ses impôts locaux ? Où doit on lui envoyer son courrier qui revient systématiquement en mairie pour les recommandés ?
Nous sommes trop vieux donc nous sentons mauvais, donc nous n’avons plus notre tête, donc nous allons mourir prochainement.
-Pourtant, chez CAP’EM, 9 candidats ont plus de 60 ans ce qui pour les
Nations -Unies est le début de la vieillesse. Pour certains d’entre-eux nous opterions pour la sénilité précoce.
Le personnel de mairie est recruté selon des critères d’hérédité, voire d’alliance familiale :

-Pourtant  la fille de Mme Quinion, la fille de Mme Stocker ont été chacune employées par la mairie et ont accompli normalement leurs tâches.(nous les remercions d’avoir accepté d’être embauchées par des vieux).
Je suis de nouveau élu Vice-président à l’intercommunalité en présence des principaux membres de CAP’EM venus sans doute fêter mon succès !
Le soir même un article est diffusé pour affirmer  que j’ai été mal élu (ce qui ne veut absolument rien dire). On est élu ou pas !
Un commerçant de notre liste emploie du personnel. 
Ce personnel d’après CAP’EM ou d’après ses supporters n’est pas déclaré. Les logements de la mairie sont donnés en location selon des critères « amicaux ».
Pourtant la fille de Mme RONCIN, et aujourd’hui des personnes figurant sur la liste de CAP’EM ont été et sont logés actuellement  (par des vieux au château du Bourg.

Et tout est à l’avenant.

Fin de campagne, fin des reproches

Les candidats que notre association a soutenus, ont été élus sans grande difficulté, et malheureusement  à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. 
L’équipe des verts fut inexistante sur le terrain au niveau du programme, au niveau des idées et à part la constitution d’une caravane publicitaire qui sillonna la ville en vélo, elle n’apparut nulle part et n’eut même pas le courage d’attaquer en faux et usage de faux l’équipe CAP’EM qui visiblement avait imité la signature du maire de Pontault-Combault.
Ces verts  sont capables de vous faire un procès pour un article de l’ULEM transformant leur nom, mais n’osent pas pour des raisons politiques qui nous sont inconnues de dénoncer un délit pénal.
Résultat : alors que le parti écologique est en pleine progression au niveau national, ensemble pour Émerainville possède désormais deux élus sur 29 au Conseil municipal après avoir perdu 5,96% de ses voix entre le premier et le second tour de scrutin.
L’équipe CAP’EM, dont les fondateurs sont issus d’Émerainville au Cœur, connaissant très bien la qualité du travail fait depuis douze ans, ne pouvait baser sa campagne que sur des médisances, des attaques personnelles voire des attaques physiques.
Les principaux reproches qui furent faits :
1-  le maire n’habite pas la commune, ce qui n’intéresse personne.  La question importante  à poser est la suivante : le maire, est-il au travail pour sa commune tous les jours ? 
Rappelons, par exemple que lors de la pandémie :

-l’équipe CAP’EM et l’équipe ensemble pour Émerainville dont les membres habitent  à 100 m de la mairie, ont totalement disparu alors que les élus majoritaires de l’époque faisaient tourner la boutique tous les jours.

-Monsieur Courtois de la liste CAP’EM a élu domicile chez Mme Stocker, élection de domicile totalement bidon et indigne d’un chef de la police municipale de Lagny. 
2-  les candidats d’Émerainville au Cœur seraient trop vieux et donc  trop sales et destinés à une mort très proche.
Évidemment, honnir les personnes âgées est ignoble, et totalement irresponsable, d’autant plus que peu de jeunes sont intéressés par les fonctions de conseiller municipal qui comportent de nombreuses obligations incompatibles avec l’exercice d’une profession ordinaire et rémunératrice. 
3- Le maire n’aurait pas rempli correctement ses fonctions de vice-président du contrôle interne et d’évaluation des politiques publiques de l’intercommunalité.
Une  telle affirmation venant de gens qui ne connaissent rien à l’intercommunalité, a été contredite  par l’élection de notre maire aux mêmes fonctions que précédemment pour une nouvelle période de 6 ans.
CAP’EM devra nous expliquer les raisons pour lesquelles le Conseil communautaire encore plus à gauche que l’ancien (résultat du  mauvais choix fait par LR de ses candidats aux municipales) a reconduit dans les mêmes fonctions un élu qui n’aurait absolument pas travaillé lors de son précédent mandat.
4- Les élus majoritaires pratiqueraient le favoritisme dans leur politique de logement ou dans le choix des membres du personnel. 
Pourtant des membres de CAP’EM ont bénéficié de ces choix
5- Les procès : notre maire commissaire aux comptes, depuis les années 70 et maire depuis 1995, n’a jamais eu de déboire avec la justice mais  il fallait bien que cela arrive un jour. 
Il a donc été accusé par trois employés de mairie de harcèlement moral. Sur les trois plaintes deux ont fait l’objet d’un non-lieu,  et une seule a été jugée par le tribunal correctionnel qui a acquitté les deux prévenus (M. le Maire et M. ANTROP).
L’affaire aurait dû se terminer mais pour des raisons que nous ignorons le ministère public a fait appel et l’affaire sera de nouveau jugée en février 2021.
L’accusation ne repose sur rien et  il y a de fortes chances pour que la décision de la cour d’appel soit identique à celle du tribunal correctionnel. En résumé : une campagne basée sur du vent, des affirmations péremptoires, des attaques sur la vie personnelle, des mensonges, qui ont abouti à deux plaintes pénales, l’une pour diffamation et l’autre pour agression et deux plaintes supplémentaires à l’étude dont l’une pour faux et usage de faux.
Il était temps que cette campagne s’arrête. 

Premier conseil

Les élections municipales terminées, le premier conseil municipal s’est tenu vendredi 3 juillet 2020 à Guy Drut.
Le choix de cette structure a permis de respecter l’ensemble des règles sanitaires actuellement applicables pour lutter contre la pandémie.
28 élus sur 29 étaient présents, M. LE MEUR étant reparti dans sa maison de campagne a donné pouvoir à M. QUINION.
Le public fut moins nombreux que prévu, les partisans de CAP’EM, leur coup raté, commencent à se disperser.
M. QUINION lu pour la forme afin de ne pas perdre complètement la face, une déclaration dans laquelle, il remettait en cause le résultat des élections et se glorifiait du score réalisé par sa liste.
M. KELYOR  déclarant que la campagne municipal avait été suffisamment rude ne voulut pas répondre et demanda à ce que l’on passe sans discussion à l’ordre du jour, lequel  comprenait notamment :

-l’élection du maire

Résultat :

M. Alain KELYOR  par 21 voix contre 8 est nommé maire de la commune pour 6 ans

-fixation du nombre d’adjoints

Résultat :

Ce nombre est fixé à l’unanimité à 8 adjoints

-fixation du montant des indemnités  de fonction 

Résultats :

Les indemnités de fonction furent fixées en dessous du maximum légal. Cette décision a été prise  à l’unanimité.

                           -pouvoirs du maire

Ils furent acceptés à l’unanimité

-lecture obligatoire de la charte de l’élu local

Monsieur le maire lut les 11 pages de ce document incompréhensible pour le commun des mortels qui n’a pas une formation juridique et qui n’a pas avec lui l’intégralité des codes, (civil, collectivités publiques, travail, sécurité sociale….) différents articles de lois diverses, les décrets et  la jurisprudence du conseil d’Etat.
Le conseil se termina sur cette lecture soporifique, et M. le Maire regretta que cette charte d’une grande importance n’ait pas fait l’objet d’une analyse lors d’un conseil municipal à venir ou lors d’une réunion d’une commission convoquée uniquement à cet effet.
Cette obligation de lecture, s’ajoutant aux autres nouvelles obligations, n’était certainement pas nécessaire.

Discours d’Alain Kelyor chez PVM

 Alain Kelyor, maire d’Émerainville, ne pouvant être présent lors du conseil communautaire du 25 juin, a fait parvenir à l’assemblée  le discours  qu’il devait prononcer. A la demande du premier magistrat émerainvillois celui-ci devait être lu en début de séance. Vous pouvez en prendre connaissance ci-dessous.

« Mesdames, Messieurs, chers collègues,

Je suis désolé, mais les deux élus d’EMERAINVILLE ne seront pas présents ce soir au conseil communautaire.
Nos absences précédentes étaient motivées par des insultes qu’avait prononcées à mon égard monsieur Paul MIGUEL, président de l’intercommunalité lors d’une réunion des maires des douze communes composant PARIS VALLEE DE LA MARNE.
Vous avez pu constater, cependant, qu’à chaque commission de travail un élu d’EMERAINVILLE était présent et qu’aucun dossier de l’intercommunalité ne nous était inconnu.
Compte tenu du contrat de gouvernance, le conseil communautaire n’était plus qu’une chambre d’enregistrement et l’absence des deux voix d’EMERAINVILLE (sur 65 voix) ne posait guère de problème à la bonne marche de notre collectivité.

Notre absence de ce soir se justifie par :

  • Les risques inhérents au coronavirus, l’épidémie étant loin d’être terminée,
  • Notre manque de légitimité actuelle pour représenter notre commune, les élections municipales n’en étant encore qu’au second tour.

Nous ne donnons aucun pouvoir pour nous représenter.
Nous avons déjà fait connaître aux émerainvillois par l’intermédiaire du FACEBOOK « Emerainville au Cœur de PARIS VALLEE DE LA MARNE » notre position sur l’ordre du jour et notamment sur les comptes administratifs.
Nous vous saurions gré de bien vouloir lire cette déclaration dès le début de la séance et de l’inscrire dans sa totalité au procès-verbal. »

Pour plaisanter

Il paraît que je n’habite pas Émerainville mais chacun peut constater que j’y suis tous les jours, que je remplis ma tâche normalement même en période de pandémie.
Tout le reste n’est que foutaise et attaques de personnes venant de deux oppositions lesquelles  ont disparu totalement pendant deux mois.
Ces critiques continuelles prêtent à sourire, lorsque l’on sait par exemple que M. Courtois, nouveau venu sur Émerainville, ne paie pas ses impôts sur la commune, et que M. Bernard Le Meur, parti dans sa maison de campagne depuis 15 jours, va revenir pour les élections puis repartir immédiatement.
Sans vouloir paraphraser CAP’END je pourrais demander qui paie les frais de transport ? 
De plus, un troisième de liste qui disparaît pendant la pandémie, puis qui disparaît quinze jours avant les élections, ne me paraît pas très motivé pour sa ville, comme il ne me semble pas très motivé dans ses fonctions de président de section natation de l’ASE.
Pour pouvoir nous critiquer et nous donner des leçons, encore faut-il être irréprochable. Personnellement, j’aurais eu dans ma liste le délinquant primaire qui a attaqué un candidat de la liste EMERAINVILLE AU COEUR  et un futur troisième adjoint qui  semble se désintéresser complètement de ses fonctions (à part critiquer sur Facebook) j’aurais remplacé rapidement ces personnages.

Cela m’exaspère !

Je me demande ce que peut cacher ou ce qui a produit, la « haine » que les élus de CAP’END ressentent vis-à-vis du château de Malnoue, de ses habitants et de son aménageur-constructeur.
Naturellement campagne municipale oblige, je suis pour ma part pris encore une fois à partie, pour des questions de vices de construction. (Il pleut dans les logements, la peinture,…), vices dénoncés par  les mêmes personnes, supporters de M. QUINION voire inscrit sur sa liste.
Qui puis-je ? Je ne suis pas maçon et je suis incapable de faire les réparations nécessaires, si effectivement elles s’imposent. Que M. QUINION qui dès le départ a été opposé à France Pierre sans raison apparente continue son dénigrement systématique, peut s’expliquer, mais que M. MERCIER qui ne connait rien au Hameau s’en mêle et fasse de l’humour sur des problèmes qui sont peut-être réels m’exaspère.

Dans notre société

Dans notre société dans laquelle l’état joue le rôle de maman mais aussi de père fouettard, nos politiques parce qu’ils veulent notre bonheur, ils  nous aiment de tous leurs petits cœurs (naturellement ils ne pensent jamais à eux), promettent comme à Noël une myriade de cadeaux.
Et si je suis élu, je nettoierais vos rues toutes les semaines.
Et si je suis élu, je vous achèterais des vélos électriques.
Et si je suis élu, la formation pour le permis de conduire, pour le BAFA seront réglés par la mairie.
Et si je suis élu, etc., etc.

Tous ces cadeaux naturellement ne sont pas gratuits mais payés par les contribuables et compris dans leurs impôts locaux, régionaux, nationaux.
Naturellement, la plupart de ces promesses ne seront jamais tenues mais leurs existences inhérentes au système libéral qui place avant l’intérêt collectif, l’intérêt du particulier et  au collectivisme dans lequel le particulier cherche à obtenir de l’État, le maximum tout en faisant le minimum d’efforts.

Résumé d’une campagne indigne

  • Liste verte, socialiste, communiste, etc. : Totalement inexistante, mais réalise quand même 23,68 % portée par la vague écologiste.
  • Liste LR qui n’ose pas dire son nom et qui comprend des socialistes renégats, des éléments d’extrême droite… Elle obtient 32,30 %, par des mensonges, des dénigrements, des attaques physiques personnelles et professionnelles.

Les programmes :

  • pour les verts, un programme national inadapté et inadaptable à la ville.
  • Pour LR, copie conforme du programme d’Émerainville au Cœur, programme pompé sans vergogne.

Les compétences

  • Les verts : Totalement  inconnues.
  • LR : Les premiers de la liste ont travaillé avec nous, n’ont pas brillé particulièrement dans leurs domaines respectifs, mais assistés  par le maire et des chefs de service de valeur, ont réussi à avoir un bilan positif. Par contre, ils ne savent pas qu’un n° 5 – un n°6 – un n° 7,  ne fait pas nécessairement un bon n° 1.

La morale : Trahir son camp, renier tous ses anciens compagnons de travail, cracher sur les résultats obtenus, les qualités fondamentales de nos judas ne sont  pas la reconnaissance, la fidélité, l’honnêteté intellectuelle.

« Se fier à un perfide c’est lui donner moyen de nuire » Montaigne. Attention donc.

La communication : Avec un pseudo-programme basé sur des statistiques bidon et en  niant la réalité  du bilan des 6 dernières années, la seule attitude possible est le harcèlement accompagné de dénonciations rappelant les  heures sombres de notre histoire.

Les dénonciations : Les délateurs n’ayant aucune base juridique sérieuse, place leur dénonciation sur le plan de la morale, ce qui est naturellement le comble. Personne n’échappe à ces apprentis « corbeaux », ni les élus, ni le personnel municipal.

Le travail accompli : Depuis sa constitution, le groupe Cap’em soumit aux ambitions d’un seul homme, n’a accompli aucune action pour la commune. Sa disparition totale, lors de la pandémie, mais aussi lors de la reprise scolaire a été particulièrement remarquée par l’ensemble des émerainvillois. Pour faire semblant d’exister, M. Quinion et les siens, sont passés pour nettoyer les rues du Hameau et du Bourg (ces rues sont propres) confondant ainsi le rôle d’élus et le travail du personnel communal ou intercommunal.

Les motivations : Les verts veulent faire acte de présence et peut-être participer aux grands projets écologiques qui sont financièrement déjà engagés.  Le groupe CQ est constitué autour d’un homme dont la principale motivation est l’ambition politique. Ce groupe ne forme pas une équipe. Il est composé de plusieurs politiciens adhérents à des partis différents, de personnes arrivées par hasard ou convaincues par les mensonges qui leur ont été assénés et enfin quelques revanchards mécontents des décisions prises par la mairie à leur encontre, et même pour l’un deux des conséquences possibles et  judiciaires de ses actes passés.

Aspect juridique :

  • A ce jour une plainte a été déposée pour tract diffamatoire.
  • Une plainte a été déposée pour attaque physique sur la personne.
  • une plainte sera peut-être déposée pour faux (imitation de signature) concernant le maire de Pontault-Combault.

Chronique d’une campagne à oublier très vite

-Au début un tract de Cap’em, diffamatoire et insultant (mais ce ne sont pas eux, MM. LEMEUR, QUINION et Mmes FAVORY ET STOCKER l’ont signé sans le lire). Résultat : 1 plainte au pénal.

-Peu de temps après une photo truquée de moi-même se retrouve sur le Facebook de Cap’em (mais ce ne sont pas eux, ils n’ont pas vu l’article). Naturellement je prends note mais je dédaigne.

Pendant le confinement une attaque physique sur un membre de notre liste (mais ce n’était que justice car la victime connaissait un jeune qui déchirait les affiches de Cap’em ce que ce groupe à la moralité irréprochable ne fait pas. Non mais !). Résultat : 1 seconde plainte pénale.

En milieu de campagne une fausse lettre du maire de Pontault qui assurait M. QUINION de son soutien, alors qu’il avait fait de même pour M. HULEUX comme lui avait dicté son parti. Le faux est évident mais les verts pour des raisons que nous ignorons mais qui doivent avoir un rapport certain avec une magouille politique, ne portèrent pas l’affaire sur la place publique. Eux aussi peuvent donner des cours de moralité !

En juin 2020,  la date de début de campagne ne fut pas respectée ni par Cap’em, ni par la gauche et les deux têtes de listes eurent des déboires avec la PM, après qu’elles se sont dénoncées mutuellement auprès de cette dernière. De  ces deux candidats au poste de maire l’un menaça le chef de la police municipal et tenta de faire usage de son titre d’élu pour se faire communiquer  des documents dans lesquels il était nommé, l’autre conseilla au même chef de service de rentrer dans sa « guérite ».
Et ils veulent devenir, chef des fonctionnaires municipaux !

Les choix des membres de leur liste et leurs actions de campagne, laissent à désirer.
Pour les candidats !

-Les verts présentent d’illustres inconnus ou des vieux chevaux de retour présents sur la liste depuis des générations et toujours perdants  

-les LR présentent  
-des socialistes qui ne savent plus où ils en sont et qui trahissent leur parti,
-des anciens membres d’Emerainville au Cœur qui ont trahi leur ancienne liste,
-des mécontents pour des raisons personnelles qui n’ont rien à voir avec la gestion communale et même une personnalité qui n’a jamais payé ses impôts à Emerainville.

Pour les actions  

Il ne faut pas confondre campagne et guerre civile avec attentat à la clé, comme il ne faut pas confondre campagne et défilés publicitaires.
Les verts sont passés dans toutes les rues en vélo, avec un hautparleur comme le fait le cirque PINDER, et les Capémiens ont ramassé les rares papiers qui jonchaient nos rues risquant de créer des licenciements dans le personnel de mairie, et du Sietrem.
Pour  être efficace cette opération devrait être renouvelée chaque dimanche, mais les électeurs ne sont pas dupes et savent qu’il s’agit d’une opération publicitaire réalisée par des politiques prêts à toutes les bassesses pour être élus.
Cette campagne a montré le vrai visage des candidats aux élections et ce fut triste.

Et si nous conservions Kelyor !

Il suffit de lire les tracts des deux oppositions pour constater que tout le monde se positionne par rapport à notre maire. Il a tous les torts, mais il semble indispensable à ses adversaires qui sans lui, sans programme et sans compétence deviendraient totalement muets.
Les principaux fondateurs de CAP’EM, lui doivent le peu de chose qu’ils savent, ce qui ne fait pas oublier leur traîtrise.
Ils ne font ceci que parce que Kelyor le fait ou ne le fait pas.
Pour les verts et le restant des socialistes, communistes etc.. qui ne sont pas passés chez CAP’EM, la référence est également KELYOR qui depuis 4 mandats aurait tout fait mal y compris les tracts de l’ULEM qui ne sont pas du goût de M. HULEUX, lequel a été débouté de toutes ses plaintes pénales contre cette association.
Les discours et les grandes envolées lyriques ne remplacent pas l’action et les résultats qui vont avec.
En fin  de campagne, les deux oppositions qui ne savent pas où elles habitent, (est-ce dans la maison socialiste, la maison communiste, la maison LR, voire même dans  la maison du borgne) après avoir tenté un rapprochement impossible et indigne, s’entredéchirent.

Nous plaignons les transfuges comme :

  • M. MERCIER, Mme FAVORY, partis sur une liste libérale avec l’accord de leur ancienne tête de liste aux municipales, disparue de la circulation mais toujours employé d’une ville socialiste et qui doit toute sa carrière professionnelle  au parti.

Olivier FAURE, le patron des socialistes devra, sans doute, prendre des mesures et augmenter d’une unité le chômage dans notre pays.

  • M. QUINION, cadre chez LR,  qui n’ose plus le faire savoir, et qui a été obligé pour constituer sa liste de prendre avec lui outre des têtes brulées, des socialistes, dont une est le numéro 2.

Christian Jacob et Valérie Lacroute doivent se retourner dans leur mairie et en cas de défaite électorale à Emerainville ils devront nécessairement se séparer d’un cadre de leur parti.

N.B. : que faut-il faire pour devenir cadre chez LR ? Savoir lire ? Écrire ?

Quelle est la nature des cours donnés ?  Existe-t-il des cours de politique générale ou d’économie expliquant les différents régimes économiques ? Explique-t-on aux « élèves » la différence entre le socialisme partisan d’une économie planifiée, et les différents systèmes libéraux ?

Le trotskiste des verts, M. VESVRE l’explique fort bien mais après avoir tenté un rapprochement uniquement à but electoraliste.