Archives de catégorie : Emerainville

sujets relatifs à la vie municipale de la ville d’Emerainville

Délation quand tu nous tiens

La dernière manifestation, la fête de la nature,  qui s’est déroulée au potager a été un succès complet.
De nombreux Emerainvillois étaient  présents et certains ont découvert des lieux de leur ville qu’ils ne connaissaient pas.
L’opposition municipale a fait comme d’habitude acte de présence, (comme elle le fit lors de la grève des parents d’élèves à Jean-Jaurès), mais  toujours sans rien faire d’autre que de se faire voir.
L’un de leur membre est surplombé par un arc-en-ciel, les autres, les subalternes portent une écharpe orange, comme le firent autrefois les membres du  Modem. Personne ne peut les « rater ».
Depuis le second tour des élections municipales, la tactique de ce groupe n’a pas changé et consiste à dénigrer tout ce qui se fait. Il  cherche la faille, l’erreur afin de les dénoncer à l’autorité de tutelle.
Le maire n’était pas présent à la fête : est-ce pénal ? Peut-on porter plainte ?
Saint-Exupéry organise une réunion : les règles de sécurité, sont-elles respectées et peut-on dénoncer les éventuels défauts au procureur de la République ?
La mairie organise des réunions de quartiers : est-ce de la propagande ?
Des travaux vont avoir lieu au cimetière : M. Courtois hante immédiatement ce lieu pour découvrir des squelettes d’êtres humains présumés par lui, assassinés, et pour  dénoncer le tout au procureur de la République.
Peu importe que le crime ait eu lieu en 80 avant JC, le maire actuel est responsable.
Tout ce qui est excessif est ridicule.
L’opposition émerainvilloise, n’a rien a proposé. Elle enrage d’avoir perdu les élections et fautes d’autres moyens, elle se complet dans la délation.
Dans les années 40 à 44,  cette équipe aurait fait un tabac.

Opposition 2

Qui sont les 6 élus de Cap’em.

1- M. Quinion, sous les ordres du maire, a accompli un travail honnête qu’il rejette en totalité aujourd’hui, sans doute pour avoir quelques choses à écrire dans ses tracts.
Depuis son départ et sûrement par coïncidence, les dossiers les plus importants d’Émerainville se sont débloqués (base Garmatex, plaine Nord, etc.).
2- Mme Stocker et M. Le Meur (le génie qui ne veut pas faire partager ses idées) ont fait eux aussi un travail honnête, sous la direction de M. le maire et de M. Antrop qui les posaient sur une chaise en début de séance et les reprenaient à la fin.
3- Mme Favory, socialiste ou apparentée (elle ne s’en rappelle plus elle-même) a, avec panache, accompli « une absence totale de mandat pendant 6 ans ». Il faut le faire car se présenter en sachant qu’il sera impossible de remplir sa tâche est un exploit qui n’est pas à la portée de tout le monde.
Sa mémoire défaillante ne lui avait pas rappelé qu’elle était élue du peuple durant la période de 2014 à 2020, sous la direction de M. IMPILLIZZIERI.
Espérons que cette mémoire est revenue car nous aimons croire aux miracles.
4- M. Courtois, ancien chef de la police municipale d’Émerainville, domicilié chez Mme Stocker, nous pose problème quant à ses motivations profondes.
Que vient faire dans l’équipe Cap’em, ce policier municipal de Lagny qui n’a aucune attache avec notre ville ? A part piller notre service de PM ou se protéger contre des ennuis futurs, nous ne savons pas.
5- Mme TOUCHARD et Mme DESIR sont d’illustres inconnues qui n’ont aucune expérience de la vie communale et du fonctionnement d’une commune.
Nous craignons que Mme TOUCHARD,  dont les demandes de rendez-vous sont « étranges », menaçantes, exigeantes  et jamais suivis d’effet, ne rétablisse l’esclavage pour les élus majoritaires si elle reste dans l’opposition.

Quelles sont les compétences spécifiques des capémistes élus ?  

Finances :
Il suffit d’écouter le débat budgétaire 2020, pour comprendre que non seulement le groupe ne possède aucun financier (il a donc menti sur un de ses tracts) mais qu’il possède aucune des  notions budgétaires nécessaires pour gérer une commune, surtout dans  une période aussi délicate que l’actuelle.
L’urbanisme :
Les choix qui ont été proposés dans le programme ne correspondent pas aux besoins de la commune. La renégociation des prêts est ridicule, la construction d’une salle des fêtes est inutile, etc.
Du travail d’amateurs incompétents ou de politiciens qui promettent n’importe quoi pour leur élection.
Aucune proposition d’importance mentionnée dans leur programme n’est utile à la commune.
La campagne :
Depuis leur trahison les élus de Cap’em ont donné dans l’invective vis-à-vis de leurs adversaires mais aussi dans la nunucherie vis-à-vis de la population et :
– les mercis à répétion pour les éboueurs, pour les infirmières, pour les médecins, pour les poubelles, les trottoirs, la pluie, le beau temps,  pour, pour…,
– les opérations bidons comme « clean ta rue »,
N’ont été faites que pour des raisons électorales et jamais accompagnées d’actions de fond.
Ainsi que pour la grève des parents à Jean-Jaurès le groupe Cap’em était sur les photos mais qu’a-t-il fait ?
Pour solutionner le problème : RIEN  comme d’habitude.
Cap’em est à lui seul, l’exemple même de la déliquescence du monde politique français.
1 ) Son équipe est constituée de membres LR (parti dont il a le soutien),de membres socialistes encore encartés ou non.  Elle a tenté de faire liste commune avec les verts, (liste composée de communistes, d’écologistes qui avait le soutien officiel du PS.).
Il existerait une liste des indépendantistes de Malnoue, une liste du partie d’en rire, une liste des mangeurs de grenouilles, que Cap’em aurait tenté de les incorporer.
A ce melting-pot, il convient d’ajouter quelques personnes revanchardes qui ont tous des comptes à régler avec la mairie ainsi que d’autres membres qui visiblement se sont trompés de liste, par méconnaissance de la réalité émerainvilloise.
2) cette équipe est dans les invectives, les discours, les accusations, le verbiage permanent. Ses dirigeants sont de marchands de mots mais pas des femmes et des hommes d’actions.
Bref  Cap’em représente, tout ce que les Français ne supportent plus de nos différents gouvernements.
Cap’em ne possède pas le candidat nécessaire pour gérer notre ville mais Cap’em remplace cette insuffisance par des articles insipides, tente de montrer des muscles qu’il n’a pas et tente de se vendre comme une vulgaire lessive.
Nettoyer les rues de Malnoue est certes une bonne chose à condition que cette opération se renouvelle régulièrement.  Dans le cas contraire, il s’agit simplement d’un « foutage de gueule », d’une opération publicitaire et d’une insulte vis-à-vis des salariés de la mairie  et  de la communauté d’agglomération qui sont chargés de ce travail.
Il est à noter que Cap’em, attaque en permanence le travail des employés communaux, pensant sans doute que cela rejaillira sur les élus municipaux.
Evidemment, il n’en est rien, les reproches sont pour la plupart non fondés et créent un mécontentement parmi les chefs des différents services qui doivent respecter leur devoir de réserve, mais n’en pensent pas moins.
Cap’em au pouvoir, c’eut été  la mairie décapitée de la plupart de ses cadres.

Opposition 1

Cette opposition, qui souhaite encore devenir majoritaire sur le tapis vert, nous laisse pantois.
Sans vouloir remonter aux dinosaures, l’ULEM a durant sa longue existence, combattu les idéaux ou plutôt les mauvaises idées des différentes équipes socialistes (M. Magagnosc, M. Dauriac, M. Impellizzieri) qui se présentaient contre nos candidats, libéraux sur le plan économique et apolitique sur le plan de la commune.
En quarante ans, malgré notre ton satirique et notre humour au second voire au troisième degré, nous avons fait l’objet d’une seule plainte au pénale que nous avons gagnée par ailleurs.
Par contre les équipes qui s’opposaient à nous étaient respectables, jouaient  le jeu de la démocratie et ne contestaient pas les résultats.
Il a fallu attendre que certains de nos membres trahissent l’équipe majoritaire pour que les élections émerainvilloises deviennent une foire d’empoigne, une guerre civile.
Comment des élus qui furent adjoints au maire, pendant deux mandats, peuvent-ils sans rougir, sans être rejetés par les électeurs, nier tout ce qu’ils ont fait pendant 12 ans.
Comment peuvent-ils vilipender en des termes parfois peu choisis, celui qui les a pris dans son équipe et sous la direction duquel, ils ont travaillé sans manifester aucun désaccord ?
Comment les  Emerainvillois ont-ils  pu voter pour eux, alors que la majorité des Français rejette leur personnel politique parce qu’il a des idées à géométrie variable  et ne pense souvent qu’à sa carrière ?
Ces votes sont des encouragements à l’infidélité, à la trahison, au carriérisme, à la perte de valeurs, au mépris  de la parole donnée.
Emerainvilloises, Emerainvillois vous avez voté pour des candidats qui  renient tout ce qu’ils ont fait, tout ce qu’ils ont dit, tout ce qu’ils ont pensé durant deux mandats.
« Baisse la tête fier SICAMBRE, adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré … »
Cette phrase célèbre prononcée lors du baptême de CLOVIS pourrait s’appliquer à M. QUINION.
Mais QUINION,  n’est pas Clovis, ni Henri IV même si Emerainville  vaut bien une messe.
Un humoriste classait les hommes politiques en trois catégories :
– ceux qui troublent l’eau ;
– ceux qui pêchent en eau trouble ;
– ceux plus doués qui troublent l’eau pour pêcher en eau trouble.

Toute la campagne de CAP’EM a été basée sur cette dernière affirmation.

Imagination

Je ne peux pas m’imaginer que la liste LR patchwork soit tombée aussi bas.
Je ne vois pas l’intérêt qu’elle retire en continuant à nous traîner quotidiennement sur son terrain c’est-à-dire dans la fange.
élections sont terminées. CAP’EM a été battu et cette liste devrait pour le plus grand bien de la commune, peaufiner les nombreuses propositions, qu’une opposition constructive se doit de faire pendant ses 6 ans de purgatoire. Pourtant, le harcèlement se poursuit sans aucun intérêt pour les membres de cette liste mais avec la volonté évidente de travestir la vérité et d’organiser de façon permanente un procès de style Stalinien.
Je n’habite pas la commune : mais où habite M. COURTOIS ? Où paie-t-il ses impôts locaux ? Où doit on lui envoyer son courrier qui revient systématiquement en mairie pour les recommandés ?
Nous sommes trop vieux donc nous sentons mauvais, donc nous n’avons plus notre tête, donc nous allons mourir prochainement.
-Pourtant, chez CAP’EM, 9 candidats ont plus de 60 ans ce qui pour les
Nations -Unies est le début de la vieillesse. Pour certains d’entre-eux nous opterions pour la sénilité précoce.
Le personnel de mairie est recruté selon des critères d’hérédité, voire d’alliance familiale :

-Pourtant  la fille de Mme Quinion, la fille de Mme Stocker ont été chacune employées par la mairie et ont accompli normalement leurs tâches.(nous les remercions d’avoir accepté d’être embauchées par des vieux).
Je suis de nouveau élu Vice-président à l’intercommunalité en présence des principaux membres de CAP’EM venus sans doute fêter mon succès !
Le soir même un article est diffusé pour affirmer  que j’ai été mal élu (ce qui ne veut absolument rien dire). On est élu ou pas !
Un commerçant de notre liste emploie du personnel. 
Ce personnel d’après CAP’EM ou d’après ses supporters n’est pas déclaré. Les logements de la mairie sont donnés en location selon des critères « amicaux ».
Pourtant la fille de Mme RONCIN, et aujourd’hui des personnes figurant sur la liste de CAP’EM ont été et sont logés actuellement  (par des vieux au château du Bourg.

Et tout est à l’avenant.

Fin de campagne, fin des reproches

Les candidats que notre association a soutenus, ont été élus sans grande difficulté, et malheureusement  à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. 
L’équipe des verts fut inexistante sur le terrain au niveau du programme, au niveau des idées et à part la constitution d’une caravane publicitaire qui sillonna la ville en vélo, elle n’apparut nulle part et n’eut même pas le courage d’attaquer en faux et usage de faux l’équipe CAP’EM qui visiblement avait imité la signature du maire de Pontault-Combault.
Ces verts  sont capables de vous faire un procès pour un article de l’ULEM transformant leur nom, mais n’osent pas pour des raisons politiques qui nous sont inconnues de dénoncer un délit pénal.
Résultat : alors que le parti écologique est en pleine progression au niveau national, ensemble pour Émerainville possède désormais deux élus sur 29 au Conseil municipal après avoir perdu 5,96% de ses voix entre le premier et le second tour de scrutin.
L’équipe CAP’EM, dont les fondateurs sont issus d’Émerainville au Cœur, connaissant très bien la qualité du travail fait depuis douze ans, ne pouvait baser sa campagne que sur des médisances, des attaques personnelles voire des attaques physiques.
Les principaux reproches qui furent faits :
1-  le maire n’habite pas la commune, ce qui n’intéresse personne.  La question importante  à poser est la suivante : le maire, est-il au travail pour sa commune tous les jours ? 
Rappelons, par exemple que lors de la pandémie :

-l’équipe CAP’EM et l’équipe ensemble pour Émerainville dont les membres habitent  à 100 m de la mairie, ont totalement disparu alors que les élus majoritaires de l’époque faisaient tourner la boutique tous les jours.

-Monsieur Courtois de la liste CAP’EM a élu domicile chez Mme Stocker, élection de domicile totalement bidon et indigne d’un chef de la police municipale de Lagny. 
2-  les candidats d’Émerainville au Cœur seraient trop vieux et donc  trop sales et destinés à une mort très proche.
Évidemment, honnir les personnes âgées est ignoble, et totalement irresponsable, d’autant plus que peu de jeunes sont intéressés par les fonctions de conseiller municipal qui comportent de nombreuses obligations incompatibles avec l’exercice d’une profession ordinaire et rémunératrice. 
3- Le maire n’aurait pas rempli correctement ses fonctions de vice-président du contrôle interne et d’évaluation des politiques publiques de l’intercommunalité.
Une  telle affirmation venant de gens qui ne connaissent rien à l’intercommunalité, a été contredite  par l’élection de notre maire aux mêmes fonctions que précédemment pour une nouvelle période de 6 ans.
CAP’EM devra nous expliquer les raisons pour lesquelles le Conseil communautaire encore plus à gauche que l’ancien (résultat du  mauvais choix fait par LR de ses candidats aux municipales) a reconduit dans les mêmes fonctions un élu qui n’aurait absolument pas travaillé lors de son précédent mandat.
4- Les élus majoritaires pratiqueraient le favoritisme dans leur politique de logement ou dans le choix des membres du personnel. 
Pourtant des membres de CAP’EM ont bénéficié de ces choix
5- Les procès : notre maire commissaire aux comptes, depuis les années 70 et maire depuis 1995, n’a jamais eu de déboire avec la justice mais  il fallait bien que cela arrive un jour. 
Il a donc été accusé par trois employés de mairie de harcèlement moral. Sur les trois plaintes deux ont fait l’objet d’un non-lieu,  et une seule a été jugée par le tribunal correctionnel qui a acquitté les deux prévenus (M. le Maire et M. ANTROP).
L’affaire aurait dû se terminer mais pour des raisons que nous ignorons le ministère public a fait appel et l’affaire sera de nouveau jugée en février 2021.
L’accusation ne repose sur rien et  il y a de fortes chances pour que la décision de la cour d’appel soit identique à celle du tribunal correctionnel. En résumé : une campagne basée sur du vent, des affirmations péremptoires, des attaques sur la vie personnelle, des mensonges, qui ont abouti à deux plaintes pénales, l’une pour diffamation et l’autre pour agression et deux plaintes supplémentaires à l’étude dont l’une pour faux et usage de faux.
Il était temps que cette campagne s’arrête. 

Premier conseil

Les élections municipales terminées, le premier conseil municipal s’est tenu vendredi 3 juillet 2020 à Guy Drut.
Le choix de cette structure a permis de respecter l’ensemble des règles sanitaires actuellement applicables pour lutter contre la pandémie.
28 élus sur 29 étaient présents, M. LE MEUR étant reparti dans sa maison de campagne a donné pouvoir à M. QUINION.
Le public fut moins nombreux que prévu, les partisans de CAP’EM, leur coup raté, commencent à se disperser.
M. QUINION lu pour la forme afin de ne pas perdre complètement la face, une déclaration dans laquelle, il remettait en cause le résultat des élections et se glorifiait du score réalisé par sa liste.
M. KELYOR  déclarant que la campagne municipal avait été suffisamment rude ne voulut pas répondre et demanda à ce que l’on passe sans discussion à l’ordre du jour, lequel  comprenait notamment :

-l’élection du maire

Résultat :

M. Alain KELYOR  par 21 voix contre 8 est nommé maire de la commune pour 6 ans

-fixation du nombre d’adjoints

Résultat :

Ce nombre est fixé à l’unanimité à 8 adjoints

-fixation du montant des indemnités  de fonction 

Résultats :

Les indemnités de fonction furent fixées en dessous du maximum légal. Cette décision a été prise  à l’unanimité.

                           -pouvoirs du maire

Ils furent acceptés à l’unanimité

-lecture obligatoire de la charte de l’élu local

Monsieur le maire lut les 11 pages de ce document incompréhensible pour le commun des mortels qui n’a pas une formation juridique et qui n’a pas avec lui l’intégralité des codes, (civil, collectivités publiques, travail, sécurité sociale….) différents articles de lois diverses, les décrets et  la jurisprudence du conseil d’Etat.
Le conseil se termina sur cette lecture soporifique, et M. le Maire regretta que cette charte d’une grande importance n’ait pas fait l’objet d’une analyse lors d’un conseil municipal à venir ou lors d’une réunion d’une commission convoquée uniquement à cet effet.
Cette obligation de lecture, s’ajoutant aux autres nouvelles obligations, n’était certainement pas nécessaire.

Discours d’Alain Kelyor chez PVM

 Alain Kelyor, maire d’Émerainville, ne pouvant être présent lors du conseil communautaire du 25 juin, a fait parvenir à l’assemblée  le discours  qu’il devait prononcer. A la demande du premier magistrat émerainvillois celui-ci devait être lu en début de séance. Vous pouvez en prendre connaissance ci-dessous.

« Mesdames, Messieurs, chers collègues,

Je suis désolé, mais les deux élus d’EMERAINVILLE ne seront pas présents ce soir au conseil communautaire.
Nos absences précédentes étaient motivées par des insultes qu’avait prononcées à mon égard monsieur Paul MIGUEL, président de l’intercommunalité lors d’une réunion des maires des douze communes composant PARIS VALLEE DE LA MARNE.
Vous avez pu constater, cependant, qu’à chaque commission de travail un élu d’EMERAINVILLE était présent et qu’aucun dossier de l’intercommunalité ne nous était inconnu.
Compte tenu du contrat de gouvernance, le conseil communautaire n’était plus qu’une chambre d’enregistrement et l’absence des deux voix d’EMERAINVILLE (sur 65 voix) ne posait guère de problème à la bonne marche de notre collectivité.

Notre absence de ce soir se justifie par :

  • Les risques inhérents au coronavirus, l’épidémie étant loin d’être terminée,
  • Notre manque de légitimité actuelle pour représenter notre commune, les élections municipales n’en étant encore qu’au second tour.

Nous ne donnons aucun pouvoir pour nous représenter.
Nous avons déjà fait connaître aux émerainvillois par l’intermédiaire du FACEBOOK « Emerainville au Cœur de PARIS VALLEE DE LA MARNE » notre position sur l’ordre du jour et notamment sur les comptes administratifs.
Nous vous saurions gré de bien vouloir lire cette déclaration dès le début de la séance et de l’inscrire dans sa totalité au procès-verbal. »

Pour plaisanter

Il paraît que je n’habite pas Émerainville mais chacun peut constater que j’y suis tous les jours, que je remplis ma tâche normalement même en période de pandémie.
Tout le reste n’est que foutaise et attaques de personnes venant de deux oppositions lesquelles  ont disparu totalement pendant deux mois.
Ces critiques continuelles prêtent à sourire, lorsque l’on sait par exemple que M. Courtois, nouveau venu sur Émerainville, ne paie pas ses impôts sur la commune, et que M. Bernard Le Meur, parti dans sa maison de campagne depuis 15 jours, va revenir pour les élections puis repartir immédiatement.
Sans vouloir paraphraser CAP’END je pourrais demander qui paie les frais de transport ? 
De plus, un troisième de liste qui disparaît pendant la pandémie, puis qui disparaît quinze jours avant les élections, ne me paraît pas très motivé pour sa ville, comme il ne me semble pas très motivé dans ses fonctions de président de section natation de l’ASE.
Pour pouvoir nous critiquer et nous donner des leçons, encore faut-il être irréprochable. Personnellement, j’aurais eu dans ma liste le délinquant primaire qui a attaqué un candidat de la liste EMERAINVILLE AU COEUR  et un futur troisième adjoint qui  semble se désintéresser complètement de ses fonctions (à part critiquer sur Facebook) j’aurais remplacé rapidement ces personnages.

Cela m’exaspère !

Je me demande ce que peut cacher ou ce qui a produit, la « haine » que les élus de CAP’END ressentent vis-à-vis du château de Malnoue, de ses habitants et de son aménageur-constructeur.
Naturellement campagne municipale oblige, je suis pour ma part pris encore une fois à partie, pour des questions de vices de construction. (Il pleut dans les logements, la peinture,…), vices dénoncés par  les mêmes personnes, supporters de M. QUINION voire inscrit sur sa liste.
Qui puis-je ? Je ne suis pas maçon et je suis incapable de faire les réparations nécessaires, si effectivement elles s’imposent. Que M. QUINION qui dès le départ a été opposé à France Pierre sans raison apparente continue son dénigrement systématique, peut s’expliquer, mais que M. MERCIER qui ne connait rien au Hameau s’en mêle et fasse de l’humour sur des problèmes qui sont peut-être réels m’exaspère.

Dans notre société

Dans notre société dans laquelle l’état joue le rôle de maman mais aussi de père fouettard, nos politiques parce qu’ils veulent notre bonheur, ils  nous aiment de tous leurs petits cœurs (naturellement ils ne pensent jamais à eux), promettent comme à Noël une myriade de cadeaux.
Et si je suis élu, je nettoierais vos rues toutes les semaines.
Et si je suis élu, je vous achèterais des vélos électriques.
Et si je suis élu, la formation pour le permis de conduire, pour le BAFA seront réglés par la mairie.
Et si je suis élu, etc., etc.

Tous ces cadeaux naturellement ne sont pas gratuits mais payés par les contribuables et compris dans leurs impôts locaux, régionaux, nationaux.
Naturellement, la plupart de ces promesses ne seront jamais tenues mais leurs existences inhérentes au système libéral qui place avant l’intérêt collectif, l’intérêt du particulier et  au collectivisme dans lequel le particulier cherche à obtenir de l’État, le maximum tout en faisant le minimum d’efforts.