Compte rendu du conseil municipal du lundi 19 juillet 2018

Présents :

Opposition socialiste : sur 4 élus, 1 présent (sans pouvoir de ses copains) et 3 absents.

Opposition verts : personne.

Heureusement que la majorité n’a pas besoin d’eux pour le quorum.

La vie est belle pour la majorité et pour son maire que les opposants n’hésiteront pas cependant et le moment des élections venu, à traiter de dictateur.

Un dictateur refuse toute opposition et  dans le cas d’espèce notre maire réclame une opposition (sérieuse et constructive de préférence).

Les affaires communales continuent même durant les vacances et les électeurs qui ont voté à gauche ont droit à un certain respect. Les absences répétées de trois socialistes élus sur quatre devraient être sanctionnées et eux-mêmes, s’ils avaient le sens de la mesure et un peu d’honneur,  démissionneraient.

Leur attitude est une insulte aux électeurs.

Nous espérons qu’ils ne se représenteront pas en 2020 ne serait-ce que par pudeur et pour éviter de nous faire rire à leurs dépens.

Le conseil a été convoqué en cette période estivale pour des raisons techniques pour  l’approbation de certains marchés (petite enfance notamment) et pour des  autorisations à donner au Maire en matière des subventions à recevoir.

  • Nous eûmes droit aux éternels reproches du leader de la gauche qui trouve que sa pensée profonde n’est jamais mise en valeur dans les comptes rendus des conseils municipaux.

Les pensées profondes du p’tit et  celles de son ennemi mortel M. HULEUX nous échappent totalement.

En ont-ils une ?

– Nous eûmes droit  aux interventions systématiques, à chaque résolution proposée, de ce solitaire qui semble ne plus bénéficier de la confiance de ses partenaires lesquels  ne lui donnent plus de pouvoir pour voter en leur nom.

– Nous eûmes droit à son vote négatif sur tous les points qui donnèrent lieu à la réunion de la commission d’appel d’offres, au motif que les socialistes (dont 3 ne viennent-jamais), n’étaient pas membre de cette commission (ce qu’ils avaient accepté du reste lors des nominations en début de mandat, indiquant par ailleurs qu’ils préféraient être membres de peu de commissions mais faire un travail sérieux dans chacune d’elle).

Ne rions pas !!!!!!

La séance s’anima à la fin de la réunion lorsque JEROME déclara :

– Qu’il ne se représentera sans doute pas aux prochaines municipales car les mairies n’auront alors plus aucun pouvoir à cause de ses amis politiques (ce que le maire actuel répète à l’envie depuis plusieurs années).

– Que si la sécurité est désormais assurée sur Emerainville, la délinquance avait augmenté considérablement de 1995 à 2000 lors de l’arrivée au pouvoir municipal des libéraux

Monsieur le Maire lui fit remarquer que les jeunes étaient très petits en 1995 et  qu’à l’adolescence,  ils deviennent plus turbulents et pour certains dangereux pour la société.

Mais il vrai que son interlocuteur n’a pas élevé d’enfant pour comprendre cette évidence.

De plus il ne faut pas se tromper de responsables et cette zone de non droit est l’œuvre consciente de l’équipe socialiste au pouvoir municipal  dans les années 1980. Cette équipe  qui a encouragé la construction du Clos  a également refusé de créer une PM pour assurer la sécurité des habitants.

Notre socialiste réutilisa les « marronniers classiques » que la gauche nous ressert à chaque élection  et indiqua qu’il avait à l’époque tenu un rôle considérable dans le domaine du social, créé une association, fait du théâtre et en un mot favorisé les enfants du Clos.

-que le gouvernement actuel (qu’il n’a pas l’air de porter dans son cœur) allait prendre des mesures qui d’après lui  bloqueraient  les futurs budgets des villes et qu’il fallait donc dépenser tout, tout de suite, afin de préserver l’avenir.

Cet homme (partisan ou ancien partisan de HAMON, on s’y perd) est déroutant, mais reste dans la plus pure tradition socialiste : dépenser, dépenser toujours dépenser, puis  au bord de la faillite demander aux contribuables un effort fiscal pour réparer les erreurs de gestion commises par incompétence ou par je m’enfoutisme après avoir naturellement augmenté la dette que le même contribuable devra également éponger.

C’est d’un classique !!!

Monsieur le Maire, lui répondit qu’effectivement il craignait une mise sous tutelle des communes et des intercommunalités, tutelle due à une volonté politique de l’exécutif actuel.

Par contre, dans l’état actuel, de notre ville, la trésorerie est saine, l’endettement faible, les investissements représentent  chaque année 20 % du budget de fonctionnement et Il n’y a donc pas péril en la demeure pour Emerainville actuellement.

La seule inquiétude à avoir, est évidemment les mesures à venir du gouvernement mais surtout l’état financier de l’intercommunalité après les  futures élections de 2020.

Il faudra payer les erreurs de gestion de cette collectivité non dirigée réellement.

Le conseil se termina sur des demandes de M. BITBOL, qui voulait :

– Le rétablissement de l’éclairage au Clos, sans savoir semble-t-il que cet éclairage est détruit systématiquement dans les 2 jours qui suivent sa réparation et qu’il en est de même pour le bois de la gare sous gestion de l’intercommunalité laquelle devant ces détériorations a décidé qu’elle ne réparerait plus rien.

La mairie soucieuse des finances publiques a décidé de faire de même pour les rues dont elle assure l’entretien.

  • aucune herbe dans les allées du cimetière (phénomène de mode actuellement).

Monsieur le Maire lui conseilla d’acheter du vinaigre et de réaliser une partie de l’entretien lui-même avec ce procédé miracle, que de nombreux plaisantins recommandent sur Facebook sans jamais bien sur venir faire une démonstration éblouissante.

Plus sérieusement le premier magistrat, expliqua  à l’élu que la non utilisation des produits phyto sanitaires, compliquait le travail des services techniques, que la gestion de la commune ne permettait pas qu’un employé soit affecté 35 h par semaine à l’entretien du cimetière et qu’entre deux entretiens, les herbes poussaient et apparaissaient sur les allées.

Notre cimetière est champêtre :

– Il possède des arbres, qui en automne se débarrassent de leur feuilles pour l’hiver.  Ces feuilles tombent à terre et  peuvent être glissantes,

– Il possède des allées sur lesquelles  l’herbe pousse plus ou moins vite selon les conditions climatiques

– Tout-cela n’est pas sale, pas révoltant et surtout ne fait pas la preuve d’un non entretien.

Cette polémique est ridicule, et  peut-être faudrait-il pour ne plus avoir de reproches couper tous les arbres, et remplacer les allées par des voies bétonnées. Cette solution supprimerait le coût de l’entretien et  serait bénéfique pour le budget communal.

La même solution pourrait être appliquée au bois de Malnoue, au bois  de Célie et à tous les espaces boisés de notre commune.

Une consultation populaire s’impose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *