Les arguments de campagne

Les verts émerainvillois manquant cruellement d’expérience de la gestion d’une commune font reposer leur campagne sur les dogmes classiques des nouveaux prêtres écologistes sans toutefois proposer pour notre ville (car il s’agit d’une campagne municipale) des mesures concrètes. Pire, ils refusent, comme ils l’ont fait du reste dans le passé, les propositions de la majorité pour améliorer la qualité de l’air, par exemple.
Ils restent donc dans le « il y a qu’à », voire le «y a qu’à » et critiquent tout ce qui a été fait.
CAP’EM se trouve sensiblement dans la même situation que les verts mais ayant participé à la totalité du précédent mandat, il lui est difficile de critiquer les actions entreprises ces douze dernières années sans se déjuger. Les reproches sont donc moins nombreux, plus ciblés et certains font preuves d’une mauvaise foi.
Critiquer le manque de commerces à Malnoue, la circulation routière difficile dans notre ville à certaines heures, les constructions autour du château du Hameau, l’environnement et les mesures écologiques prisent par la majorité. C’est un peu fort de café quand on a été Maire adjoint chargé de l’Urbanisme ou Maire adjoint chargé des Sports ou Maire adjoint chargé de la Culture.
De plus, les deux oppositions font preuve d’innovation, en critiquant désormais le travail du personnel communal.
M. HULEUX reproche au directeur de Saint-Exupéry la procédure d’attribution des salles municipales aux associations alors que bien évidemment la décision appartient au Maire Quant à CAP’EM, insatisfait de tout, il classe  la quasi-totalité des chefs de service dans les incapables après avoir travaillé avec eux pendant douze ans sans s’en apercevoir.
EMERAINVILLE AU COEUR a un programme,
EMERAINVILLE AU COEUR a édité le nom et les photos des membres qui composeront sa liste,
EMERAINVILLE AU COEUR a un bon bilan…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *