Archives de catégorie : Emerainville

sujets relatifs à la vie municipale de la ville d’Emerainville

L’affaire Bernard

On ne devient pas conseiller municipal pour satisfaire son égaux, pour valoriser sa carte de visite, pour briller en société mais pour servir les habitants de sa ville. Certes, la fonction n’est pas rémunérée convenablement et est particulièrement chronophage.

À Émerainville au Cœur, nous considérons qu’une absence à une commission ou encore mieux au conseil municipal ne peut s’excuser que par un évènement important (problèmes familiaux, changement de situation professionnelle, maladie…).

M. Bernard Le Meur est un retraité (bien bronzé) qui possède une résidence dans le sud de la France dans laquelle il passe six mois de l’année, ce qui limite considérablement ses possibilités d’être présent dans les nombreuses réunions municipales.
Il n’en demeure pas moins que même dans le sud de la France tout le monde connaissait la date des élections départementales et régionales, M. Le Meur ne pouvait pas ne pas savoir :

– que les conseillers municipaux étaient dans l’obligation, sur demande de la mairie, de tenir les bureaux de vote,

– que les élections régionales et départementales se faisant le même jour le nombre de bureaux de vote tenus par trois personnes, passait de cinq à dix (donc 30 personnes) et que la mairie était obligée de demander à la totalité des élus (29) de les tenir.

M. Quinion, tête de liste Cap’em avait déclaré lors d’une réunion qu’il refusait de demander à ses élus de tenir les bureaux de vote. A la suite de ce refus une lettre recommandée lui fut envoyée lui signifiant de participer aux bureaux de vote. M. Le Meur ne pouvait pas ignorer tous ces échanges sauf à croire qu’il n’y a aucune communication entre les élus de Cap’em et leur chef de file.
Deux élus Cap’em n’ont donc pas tenu les bureaux de vote : M. Courtois qui travaillait ce jour-là et M. Le Meur qui n’avait aucune excuse.

Ce refus de respecter la loi a donc été transmis au tribunal administratif de Melun lequel a déclaré M. Le Meur démissionnaire.


La sanction est exécutoire immédiatement et l’appel n’est pas suspensif. Les cris d’orfraie poussés par M. Quinion rendant la mairie responsable de la décision du tribunal sont totalement aberrant, les élus se trompant visiblement de cible et émet des doutes sur la neutralité et la probité de la justice française qui donne tort systématiquement dans tous les jugements à Cap’em.

Notons par ailleurs que M. Le Meur, sans doute préoccupé par douce vie de retraité n’a pas établi de mémoire de défense et ne s’est même pas présenté au tribunal le jour du jugement.
Allez  savoir pourquoi ?

L’ULEM est toujours là

Il est important de regarder périodiquement  derrière soi, et de relire des articles anciens pour juger de leur véracité à l’épreuve du temps.

Échec aux :

  1. Élections Municipales 1er tour 
  2. Élections Municipales 2ème tour                                       
  3. Échec pour :

3- Plainte en annulation des élections                               
4- Plainte pénale pour utilisation des moyens de la mairie :      
5- Plainte déposée par M.  Courtois  pour des problèmes au cimetière.                                        
En bref, depuis sa création Cap’em a tout perdu et risque de se voir condamné sur trois points :

Diffamation– attaque sur personne– faux et usage de faux.

Bien sûr, au jour de notre parution nous ne pouvions  pas savoir que :
– Mme Stocker après voir porté plainte allait se désister. 
Et il reste encore des affaires en cours pour en terminer avec les élections et ses séquelles.

Le conseil municipal a voté la protection fonctionnelle pour le maire et une nouvelle plainte pour diffamation a été  diligentée par la ville.

Évidemment cela ne sera pas facile car Cap’em qui actuellement se dégonfle comme une baudruche, avait comme seul programme : salir le maire.

La ville, les Émerainvillois, tout cela était secondaire du moins pour les premiers de liste.

Dans cette optique, la composition de l’équipe n’avait donc aucune importance et les colistiers, choisis sans formation, ne savaient pas la galère dans laquelle ils s’engageaient, ne savaient pas qu’un mandat de conseiller dure 6 ans, et qu’il  exige une présence sur place et un  travail considérable.

La réussite électorale, nécessite un programme sérieux et une équipe municipale capable de l’appliquer, car dans le cas contraire l’électeur s’aperçoit très vite qu’on le « gruge ».

Il convient aussi de respecter ses propres valeurs et ne pas en changer comme on change de chemises. Les traîtes n’ont jamais obtenu de grands succès. Brutus, Judas  ont eu chacun une fin lamentable.

L’équipe Cap’em n’a pas intégré la totalité de ces paramètres et les résultats sont là.

Qu’on en juge :

– Mme Désir démissionne sans que nous n’ayons jamais entendu le son de sa voix dans une réunion quelconque.

– M. Mercier ne veut pas remplacer Mme Désir et démissionne pour cause de déménagement en banlieue parisienne. Où est l’impossibilité d’exercer son mandat, sa nouvelle demeure est plus proche d’Émerainville que celle (la réelle) de M. Courtois.

L’amour de la ville transparaît. C’est je gagne et mon égo est comblé, je perds alors je m’en vais ailleurs.

  • M. Le Meur est révoqué, par le tribunal de Melun pour n’avoir pas respecté ses obligations d’élu, ce qui permet de penser que son épouse, Mme Biasotto (30ème de liste), est également hors circuit.

– Que fera son remplaçant, M. David Fabre  (9ème de liste) ?

– Que fera M. Simonneau ( 15ème de liste), socialiste et suppléant des élus de gauche au département, si la lutte politique droite-gauche s’amplifiait ?

– Que feront Mme Favory (2ème de la liste Cap’em, mais également 2ème de la liste socialiste lors du dernier mandat) et son mari M. Favory (29ème) ?

– Que fera Stéphane Denard (19ème de liste) en cas de condamnation dans son procès pour crachat sur un élu d’Émerainville au cœur en pleine période de pandémie et devant plusieurs membres de sa liste qui bien évidemment n’ont rien vu.

– Que fera M. Courtois qui n’a aucun centre d’intérêt à Émerainville,  quand il comprendra qu’il est dans l’opposition pendant encore 5 ans, période très longue pour justifier sa domiciliation bidon chez Mme Stocker ?

En un mot que nous réserve cette équipe composée de trois couples (Quinion, Le Meur, Favory), de personnalités de doctrines politiques totalement différentes, de personnes qui se sont inscrites sur la liste, sans doute, dans un moment d’égarement ou pour faire plaisir à une connaissance ?

Il court de nouveau des bruits de déménagement de certains dont une personne logée par la commune. PS : Le site de l’ULEM mérite d’être consulté comme le forum d’Émerainville, même si l’opposition préfère cracher son venin sur un site de Pontault-Combault, dont j’attends toujours la visite promise du président.   

Il y a 75 ans la paix retrouvée

Pour ce second 8 mai confiné (sur les 27 que j’ai eu l’honneur de commémorer avec la population) la participation du public, du personnel de mairie, des élus, des anciens combattants ne devait pas dépasser 10 personnes, (je n’y suis pour rien mais il y a beaucoup de choses à dire sur ce nombre).
L’administration municipale avait donc demandé aux oppositions le nom d’un de leur membre pour les représenter.
Cap’em, ne répondit pas et les verts n’étaient pas disponibles. Dont acte.
La commémoration se déroula normalement sans élu de l’opposition.
Par contre, 5 ou 6 personnes du groupe Cap’em, dont le leader, se réunir sur la place de l’Europe côté commerçant, tandis que M. Courtois, (un élu) se glissait lui, entre les voitures pour surveiller de près les évènements.
Tous ces conseillers municipaux n’avaient sans doute pas envie de se joindre aux élus et voulaient montrer leur différence.
Ce non-respect de la cérémonie en hommage au sacrifice des victimes de la guerre 39-45 ne grandit pas notre opposition la plus virulente dont par ailleurs la plupart des membres écoutèrent l’hymne national avec désinvolture et les bras croisés.
Je tiens à remercier le candidat socialiste aux départementales, M. Smaïl Djebarra  qui est venu avec son binôme assister à la cérémonie, comme je tiens à remercier l’ancien maire de Pontault,  Mme Monique Delessard qui nous a rejoints à la fin de la commémoration.

HYMNE A LA GLOIRE DE CAP’EM

1- Élections Municipales 1er tour                    BATTU
2- Élections Municipales 2ème tour                 BATTU
3- Plainte en annulation des élections           BATTU
Le tribunal n’a retenu aucun des reproches invoqués.
4- Plainte pénale pour utilisation des moyens de la mairie :    BATTU
La plainte a été classée.
5- Plainte déposée par M.  Courtois pour des problèmes au cimetière. Le procureur n’a pas donné suite                        BATTU.
A ce jour Cap’em a tout perdu et risque de se voir condamné sur trois points :
– diffamation
– attaque sur personne
– faux et usage de faux
Comment peut-on expliquer un tel comportement de la part d’une opposition municipale d’une ville de 8 000 habitants ?
Seules, la haine des vaincus pour leurs vainqueurs et l’ambition démesurée  d’un homme, qui fut un temps persuadé de la victoire, peuvent permettre de comprendre cette attitude, qui est en contradiction totale avec la démocratie laquelle  implique le respect du vote populaire.
Évidemment ces procès à répétition ne sont pas sans influence sur la gestion de la commune. Ils créent une perte financière importante et pire un mécontentement du personnel qui participe à ces procès à titre de témoins.
Mais Cap’em s’intéresse-t-il à la commune ?    

Des tigres de papier

Comme prévu, nos tigres de papier au conseil municipal se sont transformés sur leur FB, lu par une petite dizaine de personnes qu’ils ont fort mal représenté, en dragons crachant le feu.
Sans parler de hargne ou de haine (qui sont leur moteur essentiel), sans parler de mensonges ou de d’erreurs (dues à l’incompétence probable du rédacteur) nous ne voulons pas répondre point par point.
Nous relevons que sur 10 résolutions proposées au conseil, 9 furent votées à l’unanimité (une seule donna lieu à 2 abstentions qui ne constituent pas un vote négatif et 6 refus).
Les Émerainvillois peuvent désormais visionner les conseils municipaux dès leur mise sur le site de la mairie.
Comment les élus de Cap’em peuvent-ils critiquer des résolutions qu’ils ont acceptées librement ?
Comment peuvent-ils expliquer cette tactique qui consiste à dire oui au conseil pour ensuite crier non sur Facebook ?
Comment se fait-il que l’adjointe au maire chargée de la petite enfance soit prise particulièrement et en permanence  à partie.
Ne serait-ce pas parce que la rédactrice en chef  de Cap’em est une ancienne délégués à la Petite Enfance ? Jalousie ?
Mme Butul remplit parfaitement sa tâche, ses rapports avec l’ensemble du personnel des crèches municipales, ainsi qu’avec celui des crèches privées, sont excellent ce qui ne fut pas le cas autrefois pour l’ancienne élue à ce poste.
Par contre, il est nécessaire que les élus de l’opposition comprennent les résolutions qui leur sont proposées et ne posent pas des questions qui n’ont rien à voir avec les textes présentés s’ils désirent une réponse.
De plus, en vertu du « plus c’est gros plus ça passe », affirmer que le maire a refusé la candidature d’un acheteur éventuel pour y « placer un ami » est une diffamation publique qui ne restera pas impunie.

Le bilan est lourd

Nombre de morts en France suite à des attentats islamistes.
Dans les années 1980 : 17  (rue des Rosiers, Copernic, Rennes).
Dans les années 1990 : 13   (Marignane, rue Myrha, gare St Michel)
Dans les années 2000 : Aucun.
Dans les années 2010-2020 : 270   (dont Charlie hebdo, Hyper cacher, Bataclan, la belle équipe, promenade de Nice, préfecture de police, basilique de l’assomption à Nice).
Il ne s’agit que du nombre de morts sans compter les blessés.
On se sent protéger, un peu comme pour le Covid mais sans excuse d’une méconnaissance cette fois-ci.
Tous les attentats cités ci-dessus l’ont été par des islamistes (état islamiste, al Qaïda).
Pendant des années et des années les bien-pensants de gauche, les professeurs, les artistes, les philosophes, les partis politiques, les associations du style SOS racisme, droits de l’Homme, touche pas à mon pote … ont refusé de voir la réalité et ce sont entêtés à nier le réel au nom de leur  doctrine.
Celui qui osait prononcer l’expression intégrisme islamiste faisait immédiatement l’objet d’une plainte pénale.
Ces gens de gauche qui au nom de liberté de penser et d’écrire attaquent les religions sont les premières victimes de leur refus du réel. Ils ont le droit de traîner dans la boue qui ils veulent mais est-ce bien nécessaire ?
En Israël, la religion n’est jamais brocardée et la presse est, sans doute, beaucoup plus libre que la nôtre.
Il en demeure pas moins, qu’au XXIème siècle il est impensable de supporter ces exécutions d’un autre âge. Paris n’est pas en Arabie Saoudite ou au Yémen et les Français ne sont pas des moutons qu’on égorge.
Alors après un mea culpa de la classe dirigeante de gauche (qui n’a rien fait par naïveté) et de droite (qui n’a pas eu le courage de faire quelque chose) que va nous proposer notre gouvernement en dehors de ses pleurs, ses discours merveilleux, et éventuellement ses remises de médailles à titre posthume.
Plus de 300 morts dans notre pays, 19 910 dans le monde, on fait quoi ? la guerre ou on se laisse décapiter ?
Il nous faut un plan avec réforme de notre code pénal, réforme de notre législation sur l’émigration et qu’importe les règles de l’Europe, qu’importe les traités internationaux qui semblent nous bloquer et dont pas un seul ne vaut la vie d’un être humain.
Il nous faut des chefs courageux qui prendront les décisions difficiles sans discourir.

Délation quand tu nous tiens

La dernière manifestation, la fête de la nature,  qui s’est déroulée au potager a été un succès complet.
De nombreux Emerainvillois étaient  présents et certains ont découvert des lieux de leur ville qu’ils ne connaissaient pas.
L’opposition municipale a fait comme d’habitude acte de présence, (comme elle le fit lors de la grève des parents d’élèves à Jean-Jaurès), mais  toujours sans rien faire d’autre que de se faire voir.
L’un de leur membre est surplombé par un arc-en-ciel, les autres, les subalternes portent une écharpe orange, comme le firent autrefois les membres du  Modem. Personne ne peut les « rater ».
Depuis le second tour des élections municipales, la tactique de ce groupe n’a pas changé et consiste à dénigrer tout ce qui se fait. Il  cherche la faille, l’erreur afin de les dénoncer à l’autorité de tutelle.
Le maire n’était pas présent à la fête : est-ce pénal ? Peut-on porter plainte ?
Saint-Exupéry organise une réunion : les règles de sécurité, sont-elles respectées et peut-on dénoncer les éventuels défauts au procureur de la République ?
La mairie organise des réunions de quartiers : est-ce de la propagande ?
Des travaux vont avoir lieu au cimetière : M. Courtois hante immédiatement ce lieu pour découvrir des squelettes d’êtres humains présumés par lui, assassinés, et pour  dénoncer le tout au procureur de la République.
Peu importe que le crime ait eu lieu en 80 avant JC, le maire actuel est responsable.
Tout ce qui est excessif est ridicule.
L’opposition émerainvilloise, n’a rien a proposé. Elle enrage d’avoir perdu les élections et fautes d’autres moyens, elle se complet dans la délation.
Dans les années 40 à 44,  cette équipe aurait fait un tabac.

Opposition 2

Qui sont les 6 élus de Cap’em.

1- M. Quinion, sous les ordres du maire, a accompli un travail honnête qu’il rejette en totalité aujourd’hui, sans doute pour avoir quelques choses à écrire dans ses tracts.
Depuis son départ et sûrement par coïncidence, les dossiers les plus importants d’Émerainville se sont débloqués (base Garmatex, plaine Nord, etc.).
2- Mme Stocker et M. Le Meur (le génie qui ne veut pas faire partager ses idées) ont fait eux aussi un travail honnête, sous la direction de M. le maire et de M. Antrop qui les posaient sur une chaise en début de séance et les reprenaient à la fin.
3- Mme Favory, socialiste ou apparentée (elle ne s’en rappelle plus elle-même) a, avec panache, accompli « une absence totale de mandat pendant 6 ans ». Il faut le faire car se présenter en sachant qu’il sera impossible de remplir sa tâche est un exploit qui n’est pas à la portée de tout le monde.
Sa mémoire défaillante ne lui avait pas rappelé qu’elle était élue du peuple durant la période de 2014 à 2020, sous la direction de M. IMPILLIZZIERI.
Espérons que cette mémoire est revenue car nous aimons croire aux miracles.
4- M. Courtois, ancien chef de la police municipale d’Émerainville, domicilié chez Mme Stocker, nous pose problème quant à ses motivations profondes.
Que vient faire dans l’équipe Cap’em, ce policier municipal de Lagny qui n’a aucune attache avec notre ville ? A part piller notre service de PM ou se protéger contre des ennuis futurs, nous ne savons pas.
5- Mme TOUCHARD et Mme DESIR sont d’illustres inconnues qui n’ont aucune expérience de la vie communale et du fonctionnement d’une commune.
Nous craignons que Mme TOUCHARD,  dont les demandes de rendez-vous sont « étranges », menaçantes, exigeantes  et jamais suivis d’effet, ne rétablisse l’esclavage pour les élus majoritaires si elle reste dans l’opposition.

Quelles sont les compétences spécifiques des capémistes élus ?  

Finances :
Il suffit d’écouter le débat budgétaire 2020, pour comprendre que non seulement le groupe ne possède aucun financier (il a donc menti sur un de ses tracts) mais qu’il possède aucune des  notions budgétaires nécessaires pour gérer une commune, surtout dans  une période aussi délicate que l’actuelle.
L’urbanisme :
Les choix qui ont été proposés dans le programme ne correspondent pas aux besoins de la commune. La renégociation des prêts est ridicule, la construction d’une salle des fêtes est inutile, etc.
Du travail d’amateurs incompétents ou de politiciens qui promettent n’importe quoi pour leur élection.
Aucune proposition d’importance mentionnée dans leur programme n’est utile à la commune.
La campagne :
Depuis leur trahison les élus de Cap’em ont donné dans l’invective vis-à-vis de leurs adversaires mais aussi dans la nunucherie vis-à-vis de la population et :
– les mercis à répétion pour les éboueurs, pour les infirmières, pour les médecins, pour les poubelles, les trottoirs, la pluie, le beau temps,  pour, pour…,
– les opérations bidons comme « clean ta rue »,
N’ont été faites que pour des raisons électorales et jamais accompagnées d’actions de fond.
Ainsi que pour la grève des parents à Jean-Jaurès le groupe Cap’em était sur les photos mais qu’a-t-il fait ?
Pour solutionner le problème : RIEN  comme d’habitude.
Cap’em est à lui seul, l’exemple même de la déliquescence du monde politique français.
1 ) Son équipe est constituée de membres LR (parti dont il a le soutien),de membres socialistes encore encartés ou non.  Elle a tenté de faire liste commune avec les verts, (liste composée de communistes, d’écologistes qui avait le soutien officiel du PS.).
Il existerait une liste des indépendantistes de Malnoue, une liste du partie d’en rire, une liste des mangeurs de grenouilles, que Cap’em aurait tenté de les incorporer.
A ce melting-pot, il convient d’ajouter quelques personnes revanchardes qui ont tous des comptes à régler avec la mairie ainsi que d’autres membres qui visiblement se sont trompés de liste, par méconnaissance de la réalité émerainvilloise.
2) cette équipe est dans les invectives, les discours, les accusations, le verbiage permanent. Ses dirigeants sont de marchands de mots mais pas des femmes et des hommes d’actions.
Bref  Cap’em représente, tout ce que les Français ne supportent plus de nos différents gouvernements.
Cap’em ne possède pas le candidat nécessaire pour gérer notre ville mais Cap’em remplace cette insuffisance par des articles insipides, tente de montrer des muscles qu’il n’a pas et tente de se vendre comme une vulgaire lessive.
Nettoyer les rues de Malnoue est certes une bonne chose à condition que cette opération se renouvelle régulièrement.  Dans le cas contraire, il s’agit simplement d’un « foutage de gueule », d’une opération publicitaire et d’une insulte vis-à-vis des salariés de la mairie  et  de la communauté d’agglomération qui sont chargés de ce travail.
Il est à noter que Cap’em, attaque en permanence le travail des employés communaux, pensant sans doute que cela rejaillira sur les élus municipaux.
Evidemment, il n’en est rien, les reproches sont pour la plupart non fondés et créent un mécontentement parmi les chefs des différents services qui doivent respecter leur devoir de réserve, mais n’en pensent pas moins.
Cap’em au pouvoir, c’eut été  la mairie décapitée de la plupart de ses cadres.

Opposition 1

Cette opposition, qui souhaite encore devenir majoritaire sur le tapis vert, nous laisse pantois.
Sans vouloir remonter aux dinosaures, l’ULEM a durant sa longue existence, combattu les idéaux ou plutôt les mauvaises idées des différentes équipes socialistes (M. Magagnosc, M. Dauriac, M. Impellizzieri) qui se présentaient contre nos candidats, libéraux sur le plan économique et apolitique sur le plan de la commune.
En quarante ans, malgré notre ton satirique et notre humour au second voire au troisième degré, nous avons fait l’objet d’une seule plainte au pénale que nous avons gagnée par ailleurs.
Par contre les équipes qui s’opposaient à nous étaient respectables, jouaient  le jeu de la démocratie et ne contestaient pas les résultats.
Il a fallu attendre que certains de nos membres trahissent l’équipe majoritaire pour que les élections émerainvilloises deviennent une foire d’empoigne, une guerre civile.
Comment des élus qui furent adjoints au maire, pendant deux mandats, peuvent-ils sans rougir, sans être rejetés par les électeurs, nier tout ce qu’ils ont fait pendant 12 ans.
Comment peuvent-ils vilipender en des termes parfois peu choisis, celui qui les a pris dans son équipe et sous la direction duquel, ils ont travaillé sans manifester aucun désaccord ?
Comment les  Emerainvillois ont-ils  pu voter pour eux, alors que la majorité des Français rejette leur personnel politique parce qu’il a des idées à géométrie variable  et ne pense souvent qu’à sa carrière ?
Ces votes sont des encouragements à l’infidélité, à la trahison, au carriérisme, à la perte de valeurs, au mépris  de la parole donnée.
Emerainvilloises, Emerainvillois vous avez voté pour des candidats qui  renient tout ce qu’ils ont fait, tout ce qu’ils ont dit, tout ce qu’ils ont pensé durant deux mandats.
« Baisse la tête fier SICAMBRE, adore ce que tu as brûlé, brûle ce que tu as adoré … »
Cette phrase célèbre prononcée lors du baptême de CLOVIS pourrait s’appliquer à M. QUINION.
Mais QUINION,  n’est pas Clovis, ni Henri IV même si Emerainville  vaut bien une messe.
Un humoriste classait les hommes politiques en trois catégories :
– ceux qui troublent l’eau ;
– ceux qui pêchent en eau trouble ;
– ceux plus doués qui troublent l’eau pour pêcher en eau trouble.

Toute la campagne de CAP’EM a été basée sur cette dernière affirmation.

Imagination

Je ne peux pas m’imaginer que la liste LR patchwork soit tombée aussi bas.
Je ne vois pas l’intérêt qu’elle retire en continuant à nous traîner quotidiennement sur son terrain c’est-à-dire dans la fange.
élections sont terminées. CAP’EM a été battu et cette liste devrait pour le plus grand bien de la commune, peaufiner les nombreuses propositions, qu’une opposition constructive se doit de faire pendant ses 6 ans de purgatoire. Pourtant, le harcèlement se poursuit sans aucun intérêt pour les membres de cette liste mais avec la volonté évidente de travestir la vérité et d’organiser de façon permanente un procès de style Stalinien.
Je n’habite pas la commune : mais où habite M. COURTOIS ? Où paie-t-il ses impôts locaux ? Où doit on lui envoyer son courrier qui revient systématiquement en mairie pour les recommandés ?
Nous sommes trop vieux donc nous sentons mauvais, donc nous n’avons plus notre tête, donc nous allons mourir prochainement.
-Pourtant, chez CAP’EM, 9 candidats ont plus de 60 ans ce qui pour les
Nations -Unies est le début de la vieillesse. Pour certains d’entre-eux nous opterions pour la sénilité précoce.
Le personnel de mairie est recruté selon des critères d’hérédité, voire d’alliance familiale :

-Pourtant  la fille de Mme Quinion, la fille de Mme Stocker ont été chacune employées par la mairie et ont accompli normalement leurs tâches.(nous les remercions d’avoir accepté d’être embauchées par des vieux).
Je suis de nouveau élu Vice-président à l’intercommunalité en présence des principaux membres de CAP’EM venus sans doute fêter mon succès !
Le soir même un article est diffusé pour affirmer  que j’ai été mal élu (ce qui ne veut absolument rien dire). On est élu ou pas !
Un commerçant de notre liste emploie du personnel. 
Ce personnel d’après CAP’EM ou d’après ses supporters n’est pas déclaré. Les logements de la mairie sont donnés en location selon des critères « amicaux ».
Pourtant la fille de Mme RONCIN, et aujourd’hui des personnes figurant sur la liste de CAP’EM ont été et sont logés actuellement  (par des vieux au château du Bourg.

Et tout est à l’avenant.