Amis vers de terre

Un grand économiste des années 60 écrivait dans un de ses ouvrages, que les produits naturels n’étaient pas nécessairement bons pour l’homme.

Ainsi le lait naturel de la vache naturelle s’il n’est pas traité,  peut donner à l’être humain une maladie naturelle mortelle.

La nourriture bio pourrait justifier cette affirmation.

Notons tout d’abord qu’il s’agit d’une nourriture réservée aux riches, (est-ce un moyen supplémentaire pour les faire disparaître ??) puis constatons que dans la région de Marseille, la société Sodexo qui s’occupe des repas de cantine a livré à nos têtes blondes des choux fleurs bio dans lesquels se trouvaient des corps étrangers d’origine animale.

Dix jours plutôt elle avait distribué des brocolis bio avec des chenilles et en novembre 2013 du riz camarguais bio avec des mites.

Sodexo est certes responsable mais, tout cela est logique car les cultures bio n’emploient pas de produits phytosanitaires et s’exposent donc à la prolifération des insectes.

Les élus (verts surtout) ont découvert avec angoisse et souffrance que les paysans qui s’entêtaient à épandre de coûteux produits phytosanitaires sur leurs champs, le faisaient pour éliminer les insectes, vers et autres parasites qui sans cela risquent de se retrouver dans nos assiettes.

Mais d’autres problèmes plus graves ceux- là surgissent :

-que trouvera-t-on dans  la viande de porcs bio, élevés sans antibiotique ? Quelles peuvent être les conséquences sur notre santé ?

-le dogme bio rejette les engrais de synthèse et exige des fertilisants naturels constitués d’excrément animaux et parfois humains. Pourtant, la bactérie la plus dangereuse pour la santé, l’Escherichia coli,  se trouve en abondance dans le fumier de bovins, l’engrais favori de l’agriculture biologique. 

La nourriture bio lorsqu’elle ne contient pas d’insectes ou de vers visibles à l’œil nu recèle sans doute plus de germes potentiellement dangereux pour la santé que toute autre nourriture. Quand s’en apercevra-t-on ?

Au moyen âge toute la population mangeait bio, mais la durée de vie moyenne n’excédait pas 25 ans.

Nos repas de cantine ne sont pas bio à l’exception du pain et le principe de précaution (pour une fois utilisé à bon escient) ne nous incite pas à faire mieux pour l’instant. 

http://www.emerainvilleaucoeur.fr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *