La Droite Européenne

 

A – L’état des lieux

Au sein de l’Union, les  majorités de droite sont aux commandes de presque tous les gouvernements nationaux.

Trois raisons historiques permettent de comprendre la perte de vitesse de la gauche sociale démocrate :

1- la globalisation qui expose les travailleurs à des pressions économiques accrues

2- l’épuisement de l’Etat providence qui réduit ses capacités protectrices

3- le vieillissement de la population avec ses effets idéologiques telle la montée en puissance de thèmes comme la sécurité, l’immigration….

L’histoire ferme la porte du pouvoir à la gauche et la crise de la dette la verrouille à double tour.

La gauche peut encore gagner quelques élections par ci par là, mais elle n’a plus d’idée propre pour gouverner  alors que  la réduction des dépenses publiques et donc du périmètre d’intervention de l’Etat est aujourd’hui  une nécessité.

De plus, l’abus du recours au crédit étant désormais impossible et la gauche ne pouvant  pas  vis-à-vis de ses électeurs, reprendre à son compte un programme d’austérité, perd sa raison d’être.

 

B- l’avènement de l’ethno- socialisme

Dans ce contexte apparaît un nouveau courant de pensée : le populisme, qui traduit le droitisation des classes populaires que les partis socialistes ont abandonnées.

Les ouvriers se détournent des sociaux démocrates qui ne parviennent plus à les protéger contre la globalisation (problème de l’Etat) et  contre l’immigration.(universalisme des partis de gauche qui leur interdit de préférer les ouvriers nationaux aux ouvriers étrangers )

Ainsi les nouveaux  partis populistes ont suscité l’adhésion des classes populaires en proposant la préférence nationale.

Il apparaît de plus en plus clairement que le vieux clivage droite-gauche laisse la place à une confrontation opposant la droite aux populistes

 

C- Le combat droite-populisme

La droite ne peut pas trouver son intérêt dans une complicité même discrète avec les populistes qui prospèrent en enlevant des électeurs aux partis de gouvernement de gauche comme de droite

De plus elle risque de perdre une partie de ses électeurs modérés qui ne peuvent soutenir une politique aux accents populistes trop prononcés

Elle va devoir identifier ses nouveaux adversaires, déterminer les conséquences de cette nouvelle donne sur sa doctrine, son gouvernement, son système d’alliance….

Les partis populistes ont trouvé une formule efficace.  Ils articulent une proposition de défense du niveau de vie, menacé par la globalisation, avec une proposition de défense du style de vie menacé par l’immigration et le multiculturalisme. Ce sont les seuls à prendre en compte politiquement toutes les dimensions de l’existence. (Les autres partis se contentant du niveau de vie)

La droite devra à son tour tenir compte de la défense du style de vie.

 

D- le programme :

La droite doit prendre appui sur un ensemble d’idées simples :  

1 – garantir la sécurité des biens et des personnes qui est la premières des justices sociales

2 – améliorer la qualité de l’école par notamment l’autonomie des établissements, pour satisfaire la demande de réussites sociales des familles

C-réguler l’immigration

3 –  sur le plan économique réactiver les mécanismes du marché

4 – garantir la propriété

5- le lien entre les générations étant en cours de politisation, proposer un pacte intergénérationnel fondé sur une redistribution plus favorable aux jeunes qu’elle ne l’est aujourd’hui.

6- promouvoir un écologisme progressiste en transformant l’impératif environnemental en opportunité historique ouvrant sur une intensification de l’innovation, la créations de nouveaux marchés, de nouveaux secteurs,  de nouveaux emplois et contrecarrer ainsi l’écologisme de gauche pris dans ses contradictions en raison notamment de l’effort fait par certains pour faire de l’écologie un nouvel anti capitalisme

 

Lecteurs de l’ULEM que pensez-vous de ce texte ?

 

Extrait de l’article de Dominique REYNIE  paru dans « commentaire »  d’automne 2011 qui présentait son interprétation personnelle du rapport proposé par le fondation pour l’innovation politique, rapport qui a abouti à la rédaction de  10 études portant chacune sur un pays européen,   chaque étude étant intitulé  « ou en est la droite »

Après la mort du communisme, la sociale démocratie est en passe de disparaître.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *