LES VOEUX DES MAIRES …

Ce n’est un mystère pour personne : nous sommes en pleine crise financière mondiale, notre pays n’est pas épargné même s’il s’en tire mieux que d’autres, et l’heure est à l’austérité.

 

A Emerainville, comme dans toutes les communes de France, les ressources pour 2010 sont restreintes et les besoins sociaux augmentent.

 

Nous avons donc du faire des choix : soit maintenir des fêtes agréables mais non indispensables soit aider ceux qui, parmi nous ont un besoin crucial de solidarité.

 

Notre choix s’est porté sur la seconde solution.

 

 

Mais sous d’autres cieux, pourtant pas si éloignés de nous, le terme « austérité » n’a pas la même valeur.

 

Ainsi, à Torcy, nous avons appris par Le Parisien que, non seulement le Maire n’avait pas voulu renoncer à ses vœux, mais qu’ils s’étaient déroulés d’une drôle de manière.

 

1°) Tout d’abord Monsieur CHAPRON, Maire de Torcy, Président d’EPAMARNE, n’a pu s’empêcher de transformer une manifestation qui se veut conviviale, en tribune politique lui permettant, sans risque d’être contredit (c’est tellement plus simple) de critiquer allègrement le gouvernement. Le tout, en présence du Sous préfet (représentant du Gouvernement) et du député Madame BRUNEL (qui vote les lois proposées par le Gouvernement) qui ont dû apprécier ainsi le coût de la coupe de champagne qui leur était offerte ! Je regrette que notre Député, même si elle a réagit (un peu tard et par courrier) n’ait pas tout simplement quitté la salle.

 

Ceci me rappelle l’année où j’ai quitté les vœux du SAN pour manifester mon désaccord avec le discours que prononçait Monsieur RICART contre le Président de la République de l’époque.

 

Les élus d’Emerainville n’ont plus jamais participé à cette manifestation depuis, pas plus qu’ils n’assistent aux vœux des autres communes du Val Maubuée puisque ce petit jeu semble être général. L’opposition d’Emerainville me reprochera ensuite de ne pas être présent dans ce genre de manifestations. Tout le monde (sans doute à part eux) peut comprendre pourquoi.

 

2°) Peu importe que le maire de Torcy, à l’image du SAN, pleure sur les difficultés financières de sa commune et, dans le même temps, continue à effectuer des dépenses somptuaires. Le choquant réside dans la ségrégation  qui ne semble pas avoir étonné grand monde.

 

Imaginez qu’à Torcy, ville gérée depuis 15 ans bientôt par la gauche, on fait 2 séances pour la cérémonie des vœux : une première pour les « personnalités », suivie d’une seconde pour « la population » (qui, soit dit en passant, paye cette petite sauterie par ses impôts). Car, à Torcy,  on ne mélange pas les torchons et les serviettes, voyez-vous.

 

Décidément, nos socialistes seine-et-marnais me surprendront toujours. Comment peuvent-ils avoir l’impudence et l’indécence de penser que leurs administrés n’ont pas la qualité requise pour boire un verre dans la même salle que Monsieur RICART ou un haut fonctionnaire ?

 

Nous n’avons vraiment pas les mêmes valeurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *