Compte rendu du Conseil Municipal de juin 2016

 

Une fois n’est pas coutume, seul monsieur Morel ,  (que devient, cet élu qui ne donne pas de pouvoir à ses colistiers ?),  était absent pour l’opposition.

Les questions à l’ordre du jour n’étaient pas d’une importance considérable, et l’intérêt du conseil a résidé dans la crucifixion de notre Neu-neu du champ tortu.

Avant l’ouverture de la séance, le salarié de mairie, mis en accusation par Huleux, qui a demandé la réunion d’un conseil de discipline pour le destituer, a fait une déclaration,  dont nous avons extrait les passages les plus intéressants.

…… cet ardent défenseur (Monsieur HULEUX) des valeurs républicaines, dans sa précipitation et sa volonté d’en découdre avec les collaborateurs de l’autorité territoriale, en aura oublié les valeurs fondamentales qui forgent et caractérisent notre république, à savoir : la présomption d’innocence, ou bien encore le respect de la loi et de la démocratie.

 ……Autant de valeurs qu’un élu du  peuple, si minoritaire soit-il, devrait être le garant et l’exemple.

 ……A ces manquements s’additionnent une méprise des procédures publiques, une ignorance des plus navrantes quant au  fonctionnement de nos institutions  et, surtout une forme constante d’irrespect  basée sur les opinions publiques de ceux qu’ils considèrent, au mépris de leurs fonctions, comme des adversaires.

 ……Avant de vous répandre ici et là en critiques aussi gratuites que malveillantes, je ne saurais que trop  vous conseiller de  fréquenter les différentes manifestations de votre commune, et, ainsi de juger objectivement par vous-même de la qualité et de la satisfaction des nombreux émerainvillois, qui eux les fréquentent.

Monsieur Huleux, rouge comme une tomate Bio, ne répliqua pas. Ce grand vert est capable, sous le coup de l’émotion de devenir plus rouge que Monsieur Impellizziéri sous l’effet de la colère.

En fin de conseil, Monsieur le Maire lut la déclaration suivante :

MONSIEUR HULEUX,

Permettez-moi à la fin  de ce conseil de faire un bref résumé de vos demandes récentes :

  •  Vous avez voulu organiser une fête des voisins  sur un terrain municipal réservé aux enfants  sans même demander l’autorisation au propriétaire  (la mairie) de l’endroit et sans vous préoccuper des règles élémentaires de sécurité. Vous avez par la suite abandonné ce projet sans doute sur demande du sous-préfet ou du commissaire de police que j’avais avertis.
  • Vous avez demandé au service des affaires générales de réunir une commission de discipline pour juger un chef de service.
  • Je vous rappelle que la gestion du personnel appartient uniquement au Maire et qu’il m’est impossible de sanctionner un homme sans aucun motif. Il ne faut pas  être trop pressé, il faut  respecter la présomption d’innocence,  attendre la décision de justice et contrairement à un de vos tracts particulièrement ignoble ne pas confondre mise en examen et condamnation.
  • Je pense que nous serons fixés sur cette affaire avant fin juillet 2016.
  • Aux trocs et puces vous avez contrairement à la parole donnée, contrairement à votre vote au CM du 29 06 2015 qui approuvait le règlement intérieur de cette manifestation,  transformé votre stand en espace politique.
  • Enfin 5 ou 6 jours avant la date de la fête de la musique vous m’avez demandé d’organiser cet évènement arguant que j’avais un nombre de policiers municipaux suffisant pour assurer la sécurité. Si nous avions organisé la manifestation, vous l’auriez su compte tenu de votre qualité de Conseiller municipal et naturellement tout aurait été prévu au minimum 6 ou 7 mois à l’avance . Cette demande était donc inutile et avait sans doute un autre but que la manifestation elle même.
  • Je vous rappelle que vous faites partie de la commission culture, fêtes et cérémonies, et que dans cette structure vous auriez pu proposer cette idée dans les temps nécessaires.

Ces successions de demandes nous interpellent et nous nous interrogeons sur la finalité de vos actions qui cherchent la confrontation surtout avec la PM et  les représentants de l’ordre public.

Dans cette période troublée vos demandes, vos déclarations notamment à l’occasion des cérémonies patriotiques ( vous avez déclaré  devant votre refus de participer au pot de l’amitié : je ne bois pas avec n’importe qui ) ne donne pas une image de l’élu municipal consensuel, ( ce que pourtant vous prônez en permanence ) responsable, respectueux des lois de la République et dont la fonction n’est pas de se faire prioritairement, connaitre politiquement mais de contribuer à la qualité de vie de ses concitoyens.

Croyez que je  le déplore.

 

 

Le conseil vota par la suite, un nouveau règlement du troc et puces, nouveau règlement par ailleurs, que monsieur Huleux ne respectera pas plus que l’ancien.

Lors de la délibération sur les modifications budgétaires, le patron des roses émis de nouveau les mêmes critiques sur le délai laissé à l’élu, entre sa convocation et la tenue la commission.

Monsieur le maire, lui rappela que sur le délai de convocation des commissions municipales, la loi était muette, et qu’à Émerainville, ce court délai  était l’exception.

Pour terminer, le petit Jérôme qui n’en revient pas que Monsieur le Maire ait  osé dire que monsieur Planchou, maire socialiste de Chelles, était allé en prison, a demandé de retranscrire dans le compte-rendu de la séance, la phrase exacte.

Pour la seconde fois, Monsieur le Maire  a reconnu son erreur et a déclaré que monsieur Planchou n’avait certes pas  été reçu dans les maisons d’arrêt  de la République, mais qu’il avait quand même été condamné à  10 mois de prison avec sursis, pour un  délit d’Emploi inutile et fictif.

planchou

Combien aurait pris un « sans dents » pour une  pareille infraction ?

Monsieur le p’tit Jérôme, quand on n’est pas net, il ne faut surtout pas bouger son nez pas propre l

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *