Compte Rendu du Conseil Municipal du 26 juillet 2010

             

 

Principales résolutions proposées au vote :

          Vote du budget supplémentaire 2010

          Autorisation donnée au Maire de signer le marché pour la mise en œuvre de la future infrastructure réseau multiservices et du système de téléphonie assisté

          Validation des changements d’opérations inscrites dans le cadre du contrat départemental  C3D

L’opposition était représentée par Messieurs BOULLEY et MOREL et détenait un pouvoir de Monsieur GAMET

Messieurs HULEUX, DAURIAC, et Madame TALBI étaient absents non excusés

A noter que Madame TALBI, n’a pas mis les pieds au conseil municipal depuis le CM du 24 Juillet 2009 et donc qu’elle était absente le 24 Juillet, le 12 Août, le 19 octobre, le 17 Novembre, le 21 Décembre, puis en 2010, le 22 Février, le 22 mars, 21 juin et 26 juillet sans aucune excuse par ailleurs et (pour faire ressortir la solidarité des membres de l’opposition) en ne donnant aucun pouvoir pour la représenter

Ils sont vraiment solidaires et ils ont l’esprit d’équipe !……..

Après un débat sur le prix exorbitant de l’eau sur le Val Maubuée et l’incapacité du SAN à connaître le détail du prix de revient de ce précieux liquide, le conseil passa aux votes.

1 – BUDGET SUPPLEMENTAIRE :

L’ensemble des élus majoritaires connaissant le document présenté, et les deux survivants de l’opposition,  (qui ne participent pas  aux commissions finances),  étant totalement ignares en la matière, le débat fut réduit (comme d’habitude en pareille matière où les effets de manches sont impossibles) à sa plus simple expression.

Voté à la majorité (3 voix contre)

2 – RESEAU MULTISERVICES :

Les deux élus de l’opposition n’étaient pas présents aux diverses commissions d’appel d’offres et d’urbanisme, travaux,  environnement. Ils ne connaissaient rien au dossier et furent, malgré leur bonne volonté, incapables d’engager un débat constructif.

Monsieur BOULLEY, conformément au crédo communiste indiqua qu’il était contre tout système de vidéo protection. En réalisant lui-même le manque de crédibilité de ses arguments, il voulu terminer sur une pirouette en reprochant à un adjoint (professionnel en matière de transmission) de trop bien connaître le sujet. Il paraît, selon lui, que ce n’est pas le travail des élus. C’est du moins comme ça que ça se passe à la mairie de Champs où est employé M. BOULLEY !

La résolution fut votée à l’unanimité puisque les élus de gauche, mal à l’aise dans leurs baskets, (comme toujours quand ça concerne la sécurité publique) a « courageusement » préféré s’abstenir !

3 – C3D

Il s’agissait d’accepter la nouvelle programmation du contrat départemental de développement durable, contrat qui a été signé le 03 octobre 2008

La programmation initiale doit désormais être articulée avec le contrat de rénovation urbaine signé avec la Région

Messieurs MOREL et BOULLEY ne connaissaient pas ces divers contrats qui ont été examinés dans des commissions de travail (qu’ils ne fréquentent pas), et nous avons assisté non pas à une discussion mais à un cours magistral donné par Madame FABRIGAT et Monsieur le Maire au profit de l’opposition.

L’exposé ayant sans doute été bon, la résolution a été votée à l’unanimité

Nous recherchons une véritable opposition, nous recherchons des élus de gauche qui feraient leur travail. Est-ce trop demander ?

Heureusement lors d’une interruption de séance décidée par Monsieur le Maire, le public  avait lui des propositions intéressantes et des questionnements qui ont permis de ne pas s’assoupir.

Mais où sont les conseils municipaux d’antan, lorsque la gauche au pouvoir avait toutes les peines du monde, six mois après son élection à obtenir le quorum, pour tenir la réunion ?

Où sont les conseils municipaux d’antan, durant lesquels une opposition déchaînée et connaissant tous les dossiers, se moquaient des élus en place et de l’administration communale qui les menait par le bout du nez ?

La majorité de l’époque était nulle. Devenue minorité elle l’est restée ce qui n’est pas sans conséquence sur l’exercice normal de la démocratie locale rendue impossible par l’absence de l’opposition aux réunions de travail et  sa résultante : la  méconnaissance des dossiers,

 

 

 

 

           

           

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *