Compte rendu du Conseil Municipal du 4 avril 2014

Ordre du jour :

1- pouvoir général à donner au Maire

La délibération proposée était la même que celle de 2008, seuls  certains seuils ont été augmentés.

Adoptée à l’unanimité.

2- constitution des commissions de travail

Avec trois oppositions (une de 4 membres, et deux de 1 membre chacune) la majorité aurait pu le plus légalement du monde refuser la présence d’élus minoritaires dans les commissions.

Les membres d’Emerainville ont par amour de la démocratie mais aussi sans doute pour rire permis aux oppositions d’être représentées afin que chaque sensibilité politique puisse participer au travail municipal.

L’ULEM sourit, car au dernier mandat l’opposition, à part Monsieur HULEUX, n’a jamais fréquenté les commissions de travail (assistanat est un mot de gauche mais pas mais travail).

Nous pensons que comme en 2001, comme en 2008, l’opposition socialiste disparaîtra progressivement et  que dans un an au plus, Jérôme aura regagné le 94, Madame TALBI se consacrera de nouveau à sa petite famille, et Monsieur MOREL prendra une retraite bien méritée et combien nécessaire vu son état intellectuel.

Reste Madame FAVORY que nous ne connaissons pas assez pour nous faire une opinion sur sa valeur.

Les premiers signes avant-coureurs de ces probables disparitions successives ont  été donnés vendredi soir.

Le groupe socialiste, le plus nombreux de l’opposition a refusé de participer aux commissions suivantes :

CCAS :  1 poste proposé

CLSPD : 1 poste proposé

RESTAURATION : 3 postes proposés aux oppositions

TRAVAUX : 3 postes proposés aux oppositions

ECOLOGIE DEVELOPPEMENT DURABLE ENERGIE : 3 postes proposés aux oppositions

SPORT VIE ASSOCIATIVE FETES ET CEREMONIES : 3 postes proposés aux oppositions

DELEGATION SERVICE PUBLIC : 3 postes proposés aux oppositions

Au motif qu’il préfère peu travailler (ça nous le savions déjà) mais travailler bien (ça c’est à prouver).

Des domaines aussi importants que les investissements municipaux, l’écologie en générale, la vie associative et le sport seront donc ignorés par les socialistes qui ne pourront pas voter sérieusement les délibérations présentées sur ces sujets, car il y a peu de chance, compte tenu de l’ambiance qui règne entre les trois oppositions, qu’elles se rencontrent régulièrement pour échanger des informations.

Jérôme- Gaétan qui nous en avait fait des tonnes sur le secteur associatif et qui méprise la commission « sports et vie associative »  sera sans aucun doute pire que Jean Francis. Il l’a déjà été pendant la campagne municipale et dans le score ridicule qu’il a réalisé.

Socialistes locaux, il ne vous reste plus qu’à vous faire HARA KIRI.

3- vote des indemnités des élus

Il faut à chaque conseil subir une intervention de Monsieur MOREL.

A un conseil précédent, il a comparé le budget 2014 avec celui de 2013 mais sans tenir compte du Budget supplémentaire voté en cours d’année.

Erreur de débutant, conclusions ridicules, mais bon effet de scène pour les personnes qui ne connaissent rien à la matière (Madame TALBI était aux anges)

Vendredi, il s’attaqua aux indemnités proposées pour les élus, indemnités qui pourtant sont demeurées,  rigoureusement identiques à celles qu’ils  perçoivent depuis 2001.

Il reprocha au maire son article contre l’augmentation de 30 % des indemnités du Président et des vices présidents de la communauté d’agglomération.

Le Maire fit remarquer que dans le cas d’espèce il ne proposait pas d’augmentation mais une simple reconduction du montant des indemnités que lui-même, ses adjoints et les conseillers délégués perçoivent depuis de nombreuses années (compte tenu des révisions légales) et que Monsieur MOREL lors du mandat précédent a accepté (CA du 07/04/2008)

Monsieur KELYOR a demandé à l’élu socialiste s’il proposait une diminution des indemnités, et Monsieur MOREL toujours aussi « étrange » a affirmé que non.

Va comprendre CHARLES ?

Dans la même réponse, Le Maire a fait un bref rappel de l’évolution de ces fameuses indemnités dont le montant est rarement connu des Emerainvillois.

A son arrivée en 1995, l’équipe majoritaire a supprimé toutes ces indemnités compte tenu de l’état financier de la commune.

Elle a par la suite et en fonction du redressement communal augmenté progressivement ces  indemnités.

Actuellement le maire perçoit net  par mois      1 599,79

Un adjoint………………………………………………  583,74

Un conseiller délégué …………………………………184,34

Un conseiller municipal………………………………     0

Ce n’est pas dans une mairie que la politique nourrit son homme.

Le maire s’est engagé en cas de problèmes financiers que la commune pourrait connaître par suite des baisses des dotations de l’Etat socialiste, de la communauté d’agglomération socialiste, de la région et du département socialistes, mais aussi par suite des charge que le gouvernement socialiste imposeraient au municipalités, de réduire les indemnités des élus même si ce geste ne pourra qu’être symbolique pour les grands équilibres des comptes.

4- En fin de conseil et sans doute pour faire monter l’ambiance, Monsieur le Maire, reprocha au p’tit, les promesses démagogiques qu’il a fait aux jeunes du clos, promesses qui liées à son échec aux élections ont  créé un sentiment de frustration, responsable en partie du climat actuel dans ce quartier et des évènements gravissimes qui se sont produits dans notre commune.

Tous les lendemains d’élections municipales ont donné lieu dans notre ville depuis 2001, à des « révoltes » de certains jeunes du clos.

Plutôt que faire des promesses d’irresponsables,  Jérôme, Gaétan, peut-il nous dire combien le clos coûte à la commune et à l’Etat français en général ?

Ou sont les remerciements ?

Les socialistes locaux et les gauches dans leur ensemble, par tiers-mondisme, snobisme ou par haine de leur propre culture, tentent à chaque scrutin de conquérir par tous les moyens les voix de la population jeune du quartier difficile.

Ils mécontentent en cela les classes moyennes et laborieuses, c’est-à-dire  tous ces électeurs qui aujourd’hui écœurés de la protection organisée pour les assistés permanents et les délinquants,  votent désormais pour le FN.

Combien aurait obtenu le Front national à Emerainville s’il avait proposé une liste ?

Beaucoup plus que Jean Luc, plus que Jacques et plus que Gaétan.

La gauche et ses valeurs bidons, nous aura laissé économiquement dans une situation digne d’un pays sous développé, et nous aura fait cadeau politiquement du Front national dont elle aura fait le deuxième parti politique de France après l’UMP

Comme quoi les mots et les beaux discours ne suffisent  pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *