Conseil municipal du 29 01 2018

Alléluia, Alléluia !

Certes l’ordre du jour, ne posait pas de réelles questions politiques, à l’exception de l’adoption des statuts de Marne la Vallée.

Un conseil municipal votant à l’unanimité, toutes les délibérations proposées, fut quand même, un événement qui n’a jamais eu lieu, depuis 1995.

Le grand vert fit bien quelques remarques sur une résolution et compara une association qui travaille sur la petite enfance à Émerainville à une association financée par  Daech, mais il s’agissait, sans doute d’une boutade, l’humour de Leu Leu pouvant être parfois corrosif.

Le p’tit   Jérôme, depuis la défaite de Bouboule et d’Hamon, ne sait plus politiquement où il habite, et se rapproche de plus en plus de la pensée libérale. (il existe des libéraux de gauche)

Après un acte de contrition public et la reconnaissance de ses erreurs passées, l’Ulem l’acceptera peut-être parmi ses membres.

Deux résolutions ont donné lieu par ailleurs à débat :

  • 1er le vote des statuts de l’intercommunalité

Ces statuts ont été rejetés à l’unanimité, (ils avaient déjà fait l’objet d’un report de vote au précédent conseil municipal). Des conseillers ont déclaré, que le document présenté  par PVM ne correspondait pas à des statuts mais était une simple énumération des compétences de l’interco

Les vrais statuts comportent la description des organes délibérants, comportent la nomination des conseillers, etc., etc.

Une lettre signée des présidents des différents groupes du conseil municipal d’Émerainville, sera adressée au président de l’interco, et publiée sur le site de la mairie, et également sur Facebook rubrique : Émerainville au cœur PVM.

 

  • 2ème Comme à chaque conseil, monsieur Kelyor et madame Fabrigat, conseillers communautaires d’Émerainville répondirent aux questions que les oppositions voulurent bien leurs posées.

Leu Leu  rebondissant sur le projet des statuts (qui n’en sont pas) déclara qu’il avait posé de nombreuses questions, aux élus intercommunautaires de gauche, sans obtenir de réponse sérieuse,  que l’intercommunalité n’était pas gérée et que dans son esprit  c’était un vaste bazar. Le p’tit Jérôme affirma la même chose, en termes différents. Monsieur le Maire approuva et expliqua  qu’à son avis le contrat de gouvernance conclu entre les 32 conseillers de droite et les 33 conseillers de gauche, n’avait rien apporté de positif à l’interco qui continuait à être gérée par l’administration, et deux ou trois élus de gauche.

Il affirma que gérer PVM, sans contrat de territoire (nécessaire notamment pour les lieux d’implantation des différentes structures),  sans programme politique, adopté  à l’unanimité dans le cas d’une gouvernance était une impossibilité, et que dans ces conditions,  les élus cherchaient avant tout et par tout moyen à favoriser leur ville sans s’occuper de l’intérêt communautaire.

Aux questions financières, qui  lui furent  posées, il répondit que  le pré budget établit  à ce jour, nécessitait pour être en équilibre, une augmentation d’impôts de 2 800 000 € au minimum, et ne serait pas en conséquence votée par la totalité des  élus de droite.

Il regretta :

-le manque de transparence qui a présidé à l’élaboration du budget,

-les économies insuffisantes sur les frais généraux (économies faites sans consultation des élus)

-l’importance des investissements

Le complexe nautique devrait se transformer en piscine toute simple et  la transformation du conservatoire de Pontault aurait pu être étalée sur plusieurs années,

Avec ces simples diminutions qui relèvent uniquement de décisions politiques aucune augmentation d’impôt ne serait alors nécessaire.

Il ajouta qu’éventuellement, la rapidité du  désendettement de la collectivité pourrait être également revue à la baisse, les emprunts étant actuellement  à des taux historiquement bas.

Monsieur Kelyor est pour une remise à plat de la gouvernance, et un partage réel du pouvoir

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *