LA GAUCHE RECHERCHE UN CHEF DESESPEREMENT

La gauche recherche une tête de liste pour Emerainville, et il semble que les postulants ne se pressent pas trop.

Il s’agira bien évidemment d’une liste politique savamment dosée :

– un grand zeste  de rose,

– une dose moyenne de vert, 

– deux ou trois taches de rouge.

Comme dans  toutes ces sortes de listes, les membres ne s’apprécient pas (ils ne sont pas choisis pour cela) et les conflits personnels sont nombreux.

Ces élus doivent représenter leur parti politique et faire passer, s’il le faut,  les intérêts de la commune en second plan.

De plus, si une bagarre se déclenche au niveau national, les retombées sont immédiates au niveau local et tout le monde le lendemain se fait la gueule.

Nous vivons cela au SAN  et nous l’avons vécu à Emerainville autrefois.

Mais examinons les candidats possibles et connus à ce jour.

le p’tit Jérôme :

 il ne connait rien à notre ville, il ne possède aucune  expérience dans la gestion communale et son seul titre de gloire est d’avoir été élu, uniquement  sur son étiquette de socialiste, conseiller régional du 94.

Ecrire  son nom sur une liste a été son seul effort et son seul titre de gloire.

On est bien peu de chose et c’est nettement insuffisant pour gérer une commune comme la nôtre, d’autant plus qu’il deviendra rapidement un jouet (indemnisé certes, mais jouet quand même) pour la communauté d’agglomération qui fera de lui tout ce qu’elle voudra.

 

 

le grand Jacques :

pendant ses 6 ans d’opposition il n’a pas brillé par ses idées, par ses actions, et à part sa formation professionnelle à la  Rochelle, aux frais de la mairie,  (alors que les mêmes cours étaient donnés à Paris), il n’a guère fait de bruit.

A noter cependant que le sujet se caractérise aussi :

– Par un amour immodéré pour les immeubles conviviaux de 5 à 6 étages qu’il veut faire construire sur notre commun

– Par un rejet total de la liberté d’expression absolue qui l’incite à menacer en permanence les utilisateurs du forum municipal,

– Par une manie visiblement maladive de déposer des plaintes pénales en catimini,

– Par une propension aux discours incompréhensibles.

– Par une qualité de manœuvrier politique hors du commun, qui lui a permis de se retrouver seul et totalement isolé au Conseil Municipal dès le début de la mandature.

– Par un refus de voter la baisse des impôts car il prévoit des dépenses immodérées s’il était élu en 2014

Il est vrai qu’il mérite ce succès car :

– Il a d’abord créé sa propre liste au premier tour des élections municipales, puis sacrifié une partie de ses amis politiques pour faire liste commune au deuxième tour avec son ennemi intime.

– Après l’échec électoral, il a refusé le leadership de sa tête de liste,  divisant ainsi l’opposition et il a enfin dégoutté la seule élue proche de lui qui est venue grossir les rangs de la majorité municipale.

Ces deux personnalités de la gauche nous font rire et pleurer à la fois.

 

Rire, car à l’ULEM, en cas de défaite de notre équipe nous aurions de quoi faire rire (jaune) les emerainvillois, comme nous pouvons le faire aujourd‘hui avec la gauche nationale

 

Pleurer, car certaines décisions sont parfois irréversibles (voir le clos d’Emery cette belle réalisation de la gauche municipale) et 6 ans de gestion avec des personnalités de cet acabit ont de quoi nous épouvanter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *