Polémique sur la Police Municipale

Si je ne sais pas où je vais, en me retournant je peux savoir d’où je viens.

L’histoire d’un pays expliquant son présent, permet de le comprendre et il est bon parfois de revenir aux sources, avant de réfléchir sur  l’avenir.

La sécurité à Emerainville a donné  lieu dans le passé récent à de nombreux débats notamment lors de la constitution de la police municipale et plus récemment de la vidéo surveillance.

Des prises de position « extrémistes » ont été prises par des personnalités locales et par des partis politiques qui tous les six ans luttent pour conquérir le pouvoir communal.

Aujourd’hui dans notre commune, si la sécurité n’est pas encore totale, des progrès énormes ont été réalisés dans ce domaine et les mesures prises au tout début de notre premier mandat sont désormais admises par tous.

La police municipale fait l’unanimité et la vidéo surveillance ne pose plus de véritables problèmes ni dans notre commune, ni dans les communes limitrophes (de gauche) qui un jour ou l’autre (mais avec 10 ans de retard) l’installeront sur leur territoire.

Il est seulement regrettable que les subventions étatiques n’existaient pas pour les communes pionnières en la matière et que le SAN continue à nous refuser toute aide financière.

Il  n’en sera peut être pas de même lorsque Lognes, Noisiel, Champs, Torcy, s’équiperont à leur tour. Nous dénoncerons ce favoritisme en son temps .

Mais revenons à notre historique.

La PM a été constituée sur notre commune en 1995 et immédiatement les tracts de l’opposition ont fleuris.

En juillet 2000 : dans leur numéro 19, les communistes déclaraient que le mal de vie ne se combat pas avec un pistolet .

 

En mars 2001 dans leur numéro 21, ils déclaraient, sous la signature de Monsieur Guy BOULLEZ (actuel conseiller municipal sur la liste de Monsieur DAURIAC) la PM comme étant inadaptée

La PM est inadaptée, les pistolets ne combattent pas le mal vivre. Bien mais que proposaient-ils à l’époque et que proposent ils aujourd’hui en 2009 : RIEN, RIEN .

Les communistes pensaient sans doute que les faits divers de violence qui amènent une exaspération de la population étaient dus à la présence de la PM dans notre commune.

Sans police municipale et sans même de police nationale les choses iraient sans doute beaucoup mieux.

Quant aux socialistes ils font très forts et en septembre 2000 la tribune socialiste, nous prend pour des enfants dans ses  « brèves » et nous raconte une histoire à l’eau de rose digne de la comtesse de SEGURE.

Cette tribune  accuse  gravement la police nationale (ce qui lui occasionnera quelques déboires avec les autorités).

En un mot les jeunes délinquants sont  merveilleux mais contrôlés voire agressés par une bande de fachos : les policiers .

 

En octobre 2000, les policiers fachos de septembre ont quand même l’exclusivité pour rétablir l’ordre et la confiance, et la PM a totalement disparu du débat :

 

 « A gauche Emerainville »  de 2001 refuse toute crédibilité aux policiers municipaux :

 

Cet article de Monsieur DAURIAC, explique pour partie ses positions politiques de la campagne électorale de 2008, son désir évident de supprimer ce service, même si pour des raisons électorales il assure le conserver en changeant cependant ses missions, son implantation (le mettre face au clos d’Emery) et en un mot le vider de son sens et lui rendre l’accomplissement de sa tâche impossible.

Ainsi dans un tract pour la campagne municipale de 2008, BVEM par l’intermédiaire pourtant de deux anciens gendarmes (Monsieur DAURIAC et Monsieur Cauvin) fait des propositions (dont certaines complètement saugrenues) et affirme que les missions de la PM devront être revues.

Il conviendra d’analyser dans un futur plus lointain, cette manie de favoriser le délinquant et cette opposition systématique aux pouvoirs de police des dirigeants de gauche et de Monsieur DAURIAC  en particulier, pour Emerainville.

Reste de 68 ? Refus du réel ? Désir de se singulariser ? Appartenance au Parti de l’étranger ? Haine de son pays et de ses habitants ? On se perd en conjectures.

Mais la polémique sur l’existence même de la PM est relayée par une autre polémique sur  la vidéo .

En 2001 le PS Emerainvillois refuse que ses membres soient filmés en permanence  dans leur vie quotidienne :

 

Dans sa propagande électorale pour la campagne 2008, BVEM fait des propositions mais tout indique que la vidéo sera supprimée en cas de victoire électorale sous un prétexte quelconque.

 

Et que dire de la polémique sur l’armement ?

 En 1997 et compte tenu des missions confiées à  la PM, nos policiers reçurent en dotation  des pistolets « Glock »  arme de 1 ère catégorie (dans la plus parfaite légalité à l’époque).

En 1999 , les armes de 1 catégorie furent interdites pour les PM et nous fumes obligés de les échanger contre des armes de 4ème catégorie beaucoup moins fiables et plus dangereuses pour le tireur ou pour son adversaire.

Rappelons que seule la France fait encore ce genre de différence entre les armes de poing et qu’elle est dans l’illégalité vis-à-vis de la législation européenne.

Par la suite et toujours dans le souci de protéger le policier municipal et le délinquant, nous avons acquis des pistolets électriques « Taser ». (En toute légalité, cet instrument n’étant pas considéré comme arme à l’époque de nos acquisitions).

Le parti socialiste par l’intermédiaire du 8èmè adjoint de Lognes, adjoint membre d’un syndicat de police et qui tentait de cacher ses responsabilités politiques monta immédiatement aux créneaux dans un article parut dans le Parisien.

Ci-dessous la réponse à cet article :

                                                                                             

En 2006 les tasers ont été interdits au PM et nous les avons déposés chez notre vendeur afin de les récupérer lorsque la législation changera.

Nous venons d’obtenir (en… 2009) l’accord des autorités de tutelle pour  l’utilisation de ces fameux pistolets qui sont loin d’être la panacée mais qui peuvent permettre de résoudre certaines situations.

Pourtant que de tracts de l’opposition dénonçant ce surarmement de la police municipale d’Emerainville.

En conclusion, depuis 1995, la gauche s’oppose à toute mesure permettant s’assurer la sécurité des personnes et des biens sur Emerainville.

Elle considère avec juste raison qu’il s’agit d’une fonction régalienne de l’Etat, mais ne veut pas tirer les conclusions de la carence de ce même Etat et des conséquences sur le citoyen.

Elle refuse la police Municipale, la vidéo surveillance et même si devant l’opinion des électeurs, elle fait semblant de vouloir la conserver, elle indique qu’elle la modifiera de fond en comble, avec désarmement et changement de ses  missions.

En un mot il ne restera plus rien de la PM actuelle.

Quant à la vidéo,  il n’en restera plus rien non plus.

Pourtant à ce jour, la PM est constituée de 18 Personnes (10 policiers municipaux et 8 ASVP)  correctement armées avec des missions précises entrant naturellement dans leur compétence.

Une convention de coordination avec l’Etat a été signée dès septembre 2000 et est toujours en vigueur à ce jour nonobstant nos demandes régulières de révision.

Un contrat intercommunal de sécurité a été signé le 28 juin 1999.

La police Nationale, la police de la SNCF, travaillent avec notre police municipale à la plus grande satisfaction de chacune.

Tout le monde peut constater que si les résultats sont là, la délinquance n’est toujours pas mâtée totalement dans notre ville.

Nos résultats en matière de sécurité sont meilleurs et de loin que ceux des autres villes environnantes, mais ils ne seront jamais suffisants.

Si ce service coûte cher à la commune,  nous pouvons légitimement nous demander ce que serait la sécurité à Emerainville sans cet effort municipal ?  Les effectifs du commissariat de Noisiel seraient il supérieur ? Qui peut croire une telle chose ?

Nous avons choisi la formule « aide toi et le ciel t’aidera ».

Quant à la vidéo surveillance, notre système qui a été vérifié, par la CNIL (aucune contestation aucune changement demandé) s’étoffe progressivement et 2009 verra l’implantation de nouvelles caméras sur le bourg et sur le hameau.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *