Premier Conseil municipal de la mandature.

Monsieur IMPELLIZZIERI ayant cité MACHIAVEL nous nous permettons de lui dédier cette phrase tirée du fameux bouquin « le prince » :

« Tout le monde voit bien ce que tu sembles, mais bien peu ont le sentiment de ce que tu es »

A l’ULEM nous savons ce qu’il est.

Vendredi dernier, le nouveau conseil municipal s’est réuni avec pour ordre du jour :

1-Election du Maire :

23 voix pour Alain KELYOR, 5 voix pour Jérôme, 1 abstention.  Le p’tit ne fait pas l’unanimité dans son propre camp.

2-Election des adjoints, dont le nombre a été fixé à 8 comme lors du précédent mandat :

Les oppositions ne présentant aucun candidat (elles ne veulent pas travailler) tous les candidats proposés par « Emerainville au cœur » furent élus.

Il s’agit de

Madame MORIN

Monsieur PARIZIA

Madame FABRIGAT

Monsieur CRESSEND

Madame BOTASSO

Monsieur LEMEUR

Madame STOCKER

Monsieur QUINION

La soirée donna lieu à des échanges « musclés » entre IMPELLIZZIERI et la majorité.

Monsieur CRESSEND reprocha au conseiller régional du 94 son attitude et l’attitude de son équipe pendant la campagne. Il affirma que le chiffre historiquement bas du groupe PS à Emerainville en était une des  conséquences.

Le p’tit Jérôme,  le faiseur de mots,  répliqua en affirmant que son équipe et lui-même avaient été irréprochables et que sa défaite provenait d’un rejet passager de la politique gouvernementale  (il a oublié d’ajouter «politique  qui n’était pas comprise par ces idiots de français ») et de la percée du front national.

Monsieur le Maire contesta cette argumentation et expliqua qu’il était difficile de conquérir une ville dans laquelle on a été parachuté trois mois avant les élections. Il constata aussi que le FN n’était pas représenté à Emerainville.  Monsieur KELYOR  a cependant reconnu qu’il fallait un certain courage ou une bonne dose d’inconscience pour oser représenter même sans le crier sur les toits,  un parti qui pourrit actuellement la vie des français et donc des Emerainvillois.

Le maire ajouta que tout cela n’excusait pas la campagne haineuse, les insultes, les mensonges distillés par  Jérôme, TALBI et MOREL, sans parler du reste de l’équipe.

Avant de conclure la séance, Monsieur KELYOR passa la parole à Monsieur IKKENACHE responsable associatif de la salle de boxe salle qui se situe en bordure du clos d’Emery et qui a pour principale vocation d’ « intégrer » par le sport, les jeunes de ce quartier.

Monsieur IKKENACHE accusa le p’tit d’avoir promis n’importe quoi aux jeunes du clos et ainsi d’être responsable pour partie des dégâts que font ces vandales déçus par les résultats électoraux et qui « bêtement » croyaient aux promesses démagogiques de Jérôme.

Les jeunes du clos saccagent actuellement et toutes les nuits deux appartements achetés récemment par la mairie.

Il faut que cela cesse. Le clos ne doit  pas être une zone de non droit livré à des crétins qui cassent tout ou à des bandes de truands qui « dealent » ouvertement dans la rue des montagnes bleues protégés par des guetteurs rémunérés.

La police nationale  ne fait rien sinon des opérations ponctuelles qui ne changent rien au quotidien.

Il accusa également le p’tit d’avoir insulté au clos, le Maire et les élus et d’avoir créé ainsi un climat propice aux actes inexcusables qui se déroulent actuellement

A la suite de cette intervention, le Maire reprit la parole et fit circuler les photos prises à l’intérieur d’un des deux appartements vandalisés, appartement orné de tags à la « gloire » du Maire, du chef de la police municipale et de l’Afrique. Il indiqua que les contribuables locaux devront pour remettre les logements en état,  débourser au moins 30 000 € sans compter le coût de la société de sécurité privée qui va  intervenir, désormais chaque nuit et jusqu’à la fin des travaux et l’emménagement des locataires,  pour éviter des dégâts supplémentaires.

Nous avons mieux à faire avec l’argent des Emerainvillois et ces crétins devraient, s’il y avait une justice dans notre pays être sanctionnés lourdement.

Jérôme niât tout en bloc et sous l’effet de la colère sa peau passa du rose socialiste au rouge communiste, ce qui chez lui entraîne un besoin irrésistible de faire un procès à ses interlocuteurs.

Il sortit donc de la salle en menaçant de demander une saisie judiciaire des bandes enregistreuses du conseil municipal (qui sont pourtant à sa disposition sur simple demande, mais chuuut !!!! il ne le sait même pas)

De combien de procès le p’tit a-t-il menacé les élus majoritaires depuis son arrivée dans notre ville ?

Ce phénomène doit être le résultat psychologique d’un mal vivre, d’un complexe d’infériorité ou d’un dérangement hormonal ?

Pendant 6 ans avec un opposant comme celui là, la justice de Meaux a intérêt à recruter du personnel.

PS

Pendant tout le déroulement du conseil, Monsieur MOREL n’a pas prononcé une parole et notre Talbinounette , celle qui aurait du en cas de victoire devenir la 1ère adjoint du p’tit (aie !! aie !! aie !!),  souriait aux anges et était ailleurs, entre terre et lune. Il faut absolument lui interdire les calmants avant tout conseil municipal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *