UN PEU D’HISTOIRE LOCALE

Pendant la campagne 2008 la désinformation portait sur :

– des affirmations qui n’étaient que d’affreux mensonges :

– rien n’était fait pour les jeunes, les seniors, les sportifs, l’environnement

– La commune présentait dans les medias et les établissements étatiques ou paraétatiques un aspect uniquement négatif.

– Notre maire n’était pas gentil avec ses partenaires, criait trop fort, osait tout revendiquer pour sa ville et ne se contentait jamais de ce qu’on lui donnait.

Il y a fort à parier que les mêmes arguments vont être de nouveau employés

– des informations stupides mais qui font peur

– Le hameau de Malnoue allait sentir la crevette suite à l’arrivée d’une entreprise de stockage de surgelés

– Le préfet allait installer sur notre territoire une aire de grand rassemblement des gens du voyage

– Le SAN, sous l’action de la gauche emerainvilloise, allait créer une piscine sur la plaine de Gibraltar

– Le conseil général réfléchissait à la construction, toujours sur la même plaine, d’une caserne de pompiers (tract ULEM Janvier 2008)

– des promesses fallacieuses et ignobles :

-La gauche emerainvilloise avait des logements pour les familles du Clos qui devaient décohabiter (ces logements ont disparu après les élections) (ULEM 08 2007)

– des non dits

– Officiellement nos adversaires étaient « pour » une police municipale à Emerainville, mais en réalité ils refusaient toutes les mesures permettant de la mettre en place allant jusqu’à déclarer que son installation encouragerait la police nationale à se désengager de notre commune (ULEM 2007)

– les Verts et les roses d’Emerainville étaient « pour » un environnement de qualité mais ils refusaient les silencieux pour les avions (Conseil municipal du 27-11-200), l’achat par la commune du terrain composant la réserve naturelle (Conseil municipal du 29-12-1999), l’agenda 21 (Conseil municipal du 26-02-2001), le classement de la plaine nord en zone agricole protégée (Conseil municipal du 24-02-2003) et pour finir ils n’ont pas soutenu la mairie contre l’élargissement de la francilienne

Comme les Verts l’écrivent sur leur blog : voici des faits.

Les socialistes d’Emerainville sont des mauvais joueurs et des mauvais perdants.

En 1995, ils perdent les élections. En 2001 ils « jettent » comme un malpropre leur ancienne tête de liste (Yvon MAGAGNOSC, Maire sortant) et appellent une diva parachutée par le parti (Jean-Francis DAURIAC). Ils sont certains de la victoire et reperdent encore.

En 2008, ils se trouvent deux leaders qui se battent l’un contre l’autre comme des chiffonniers avant de faire cause commune (Jean-francis DAURIAC et Jacques HULEUX). Ils rereperdent, mais tentent de gagner sur le tapis vert et demandant en justice l’annulation des élections et ils rerereperdent

Fidèles à leur tradition qui remonte à 2001, faisant fi de leurs valeurs (les fameuses valeurs de la gauche) et après une succession de démissions, ils disparaissent de la mairie 6 ou 7 mois après les élections prouvant par là qu’ils sont plus motivés par le pouvoir que par la défense de leurs idées et des intérêts de leurs électeurs.

Le maire (qu’ils dénoncent à chaque élection comme étant un dictateur) se marre et leur rappelle qu’un dictateur est un personnage qui détruit son opposition alors que dans notre ville l’opposition se saborde toute seule.

Pas besoin de goulag à Emerainville, après chaque échec, les pseudos « hommes et femmes de progrès » retournent à leurs tâches ménagères, se calfeutrent dans leur maison en attendant six ans pour pouvoir de nouveau se présenter au suffrage populaire, avec comme seul titre de gloire leur appartenance au PS ou aux Verts

Mais la vie étant un éternel recommencement, un scénario identique nous est présenté en 2014.

Tout y est.

– Une nouvelle diva est venue du 94, le p’tit Jérôme-Gaétan (arrivé sur la commune en décembre 2013)

– une lutte à mort entre Verts et roses, (elle a déjà commencé et l’amour que se portent Jérôme-Gaétan et le grand Jacques fait plaisir à voir, ils ne se saluent même pas quand ils se croisent !)

– la résurrection d’élues disparues comme Madame TALBI, pour composer sans honte, une liste socialiste qui semble avoir un certain mal à se constituer compte tenu des résultats de ce parti depuis qu’il gouverne la France (il en est de même pour les Verts)

– une union bidon au second tour est prévisible

– puis une disparition est probable en cas d’échec.

Ca devient lassant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *