Les « mathématiques socialistes »

On connaissait le calcul intégral, le calcul matriciel, l’algèbre de Boole , les imaginaires ou plus récemment encore les mathématiques fractales.

 Dans le cadre de la promotion des innovations, les « mathématiques socialistes » viennent d’enrichir ce domaine !

Dans un premier temps, le Premier Sinistre déclare que le gouvernement réduit le train de vie de l’état avec 14 milliards d’économies.  En fait il ne réduit pas le train de vie de la fonction publique, mais limite l’impact de son accroissement …

Premier et unique principe : Une augmentation moins forte devient une diminution !

Plus récemment, les chiffres publiés par l’Insee montrent le nombre de chômeurs en augmentation de 0,5% entre octobre et novembre.

Bercy y voit « un plateau », le Président « l’inversion de la courbe du chômage » et enfin Sapin qui doit avoir des nœuds à la place des yeux, malgré qu’il y ait eu 17800 inscrits de plus à pole emploi y voit « une diminution » !

Malgré que le nombre de chômeurs continue d’augmenter, l’application du premier principe des mathématiques socialiste fait que comme il y a diminution de l’augmentation, nous sommes bien en face de la diminution promise !

En mathématique de père de famille, celle que la plupart d’entre nous ont appris, s’il y a plus d’un seul nouveau chômeur inscrit, la courbe croissante actuelle du nombre de chômeurs présente toujours une pente dans le sens de l’accroissement.

Pour qu’il y ait un plateau, il faut et il suffit que le nombre de chômeurs reste constant d’un mois sur l’autre.

Et pour qu’il y ait inversion de la courbe, il faut que le nombre de chômeurs total diminue ne serais ce que d’un chômeur d’un mois sur l’autre. 

Le Sinistre du travail , chiffre en main devant la presse incrédule se persuade du contraire …Pourtant, Il le dit lui-même, en novembre il y a 17800 chômeurs de plus. C’est malheureusement un fait, et il n’y a pas d’inversion de la courbe du chômage… Méthode Coué ?

A Emerainville les écolos nous ont largement prouvé qu’ils étaient fâchés avec les chiffres. Ils ont même écrit comme point positif semble t’il que « dans la gestion d’une commune il n’y avait pas que des chiffres ».

Malheureusement pour eux et surtout risqué pour nous, dans la gestion d’une commune il y a des chiffres !

Quand il s’agit de tromper les citoyens, la gauche que ce soit les écolos ou le PS nous le démontrent chaque jour, ils ne reculent devant rien ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *