Notre député Emeric BREHIER

Elu depuis plus d’un an, notre Député Emeric BREHIER,  vient d’éditer le N° 2 de  sa lettre de propagande, non distribuée sur Emerainville. Pourquoi ? Il faut dire que, sauf erreur, nous n’avons jamais reçu le N°1 non plus…

Dans l’introduction, il affirme ne pas pouvoir tenir de permanence à Emerainville, alors qu’il a « oublié » de venir lorsque la mairie lui a réservé un local et qu’il a ensuite toujours refusé les propositions qui lui ont été faites sur le lieu et les dates qui lui ont été proposés

Monsieur BREHIER devrait écrire qu’il ne veut pas venir à Emerainville.

Il est vrai aussi qu’une des rares fois où il a foulé le sol émerainvillois, ce fut pour s’opposer violemment à la police ferroviaire et  menacer du pouvoir de nuisance de ses relations,  ses interlocuteurs qui ne lui demandaient que de respecter les lois de la République.

Le reste de sa parution n’est qu’une vague reprise du programme socialiste et n’aborde pas les problèmes de notre circonscription.

Elle est de ce fait inintéressante et superfétatoire.

Par contre la rubrique « comment ça marche », rubrique figurant en dernière page, permet un certain nombre de réflexions.

1         – Monsieur BREHIER déclare en toute modestie, être investi de « responsabilités importantes ». Quelles sont-elles et quelle possibilité a-t-il de les exercer ? Notre député doit confondre fonctions et responsabilités

 

2         – Son indemnité parlementaire de 5 770 € nette mensuelle (soit approximativement 6 500 € brute) correspond à une rémunération non négligeable et il serait intéressant de connaitre le salaire qu’il percevait avant d’être un élu du peuple (ceci afin de connaitre sa « valeur marchande » réelle)

 

 

3         – Outre ce salaire fort important, il perçoit aussi une indemnité forfaitaire représentative de « frais de mandats » de 5 770 € par mois exonérée d’impôts.

On peut s’interroger sur les raisons qui permettent à nos élus de percevoir des forfaits (dont l’utilisation n’est même pas vérifiée) alors qu’il serait si simple de rembourser sur justificatifs, les députés en fonction de leurs frais réels.

Ainsi le loyer de 2 000 € par mois pour héberger sa permanence semble excessif et on peut affirmer par exemple, que les élus municipaux d’Emerainville auraient pu lui trouver un local pour moins de 600 €.

Quant aux autres frais mentionnés, ils ne peuvent pas, sans exagération, s’élever à 3 770 € mois !

 

4   – il perçoit aussi un crédit collaborateur de 9 504 € par mois qui lui sert à financer l’embauche de 3 collaborateurs  pour le seconder dans ses importantes missions.

On peut se réjouir que ce nombre participe à la réduction du chômage en France, on sait que la plupart des Députés engagent leur femme, leur mère, leur belle-fille, etc…

 

 

Quoiqu’il en soit, votre Député, Monsieur BREHIER coûte chaque mois au contribuable français  :

Salaire                                                  5 770 €

Charges sur salaire (50 %)                2 900 €

IRFM                                                    5 770 €

Crédit collaborateur                             9 504 

Soit au total                                        23 944 €

il faut sans doute ajouter un certain nombre d’avantages dont notamment,

– le régime spécial de retraite : pour 1 mandats de 5 ans, un député perçoit une retraite mensuelle de 1 200 €.

– une carte SNCF gratuite pour tous voyages en 1ère classe

– 80 voyages par an en avion, etc…

– frais de correspondance et de télécommunication à la charge de l’Assemblée

– restaurant et coiffeur à coût ridicule,

Etc…

La démocratie a un coût, mais en France, plus qu’ailleurs.

Notre Assemblée Nationale compte 577 députés : soit un coût de 13 815 688€ par mois (165 778 256€ par an et 828 941 280€ par mandat).

Bien sur, à ces chiffres, il convient d’ajouter les salaires des personnels divers et variés du Palais Bourbon (huissiers secrétaires, etc….) et l’entretien des locaux (immenses…)

N’imaginons même pas ce que nous coûte le Sénat et ses 348 sénateurs qui perçoivent

Indemnité mensuelle  : 5 388,72 € nets par mois.

Indemnité représentative de frais de mandat : 6 240,18 € bruts par mois pour faire face aux diverses dépenses liées à l’exercice de leur mandat (voiture, loyer, frais de réception, d’habillement…).

Avantages : 7 548 € mis à disposition pour rémunérer ses collaborateurs,

– dotation micro-informatique,

– accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1re classe,

– forfait global de communications téléphoniques.

Bref, « L’idéal, c’est quand on peut mourir pour ses idées. La politique, c’est quand on peut en vivre ! »   comme disait Charles Peguy.

 

 

Alors il serait bon que M. BREHIER fasse preuve d’un peu de pudeur dans l’étalage des avantages que ses électeurs lui ont consentis et nous osons espérer que dans une société en crise économique, il ne pense pas augmenter sa rémunération de 30 % comme l’ont fait les socialistes de l’intercommunalité !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *