Archives par mot-clé : Ajouter un tag

Compte rendu du Conseil municipal du 25 octobre 2010

 

 

Ce conseil municipal ne mériterait aucunement un article de l’ULEM, compte tenu de son ordre du jour, si Monsieur HULEUX ne s’était pas encore une fois fait remarquer en posant des questions sur des affaires qu’il avait votées au dernier conseil précédent

 

En présence de trois de ses amis dans la salle (dont Monsieur Vesvres, et l’inénarrable Cauvin qui semble encore une fois avoir changé de camp) le premier de « Commune idée », désormais chevalier blanc du Clos d’Emery stupéfia tout le monde.

 

La délibération consistait à permettre au Maire de demander le paiement des subventions prévues pour la réhabilitation de la ZUS (réhabilitation du Clos et construction d’un cœur de ville).

 

Pas de quoi fouetter un chat, mais l’élu s’emporta et déclara qu’il ne connaissait rien au dossier, que personne ne lui en avait parlé, que le dossier n’avait jamais été examiné en commissions …….et qu’il avait été obligé en n’écoutant que son courage, d’aller à Torcy, dans les locaux du SAN, pour obtenir le diagnostic que la mairie avait fait faire compte tenu de ses obligations dans le dossier.

 

Il faut absolument que Monsieur HULEUX, mange du poisson ou se shoote au phosphore, fut la réponse de l’élue chargé de la politique de la ville, Madame Fabrigat, et de Monsieur le Maire qui firent remarquer  à notre écolo fatigué,

 

          Qu’il avait assisté à de nombreuses réunions sur le sujet, et que s’il ne faisait pas personnellement  partie de toutes les commissions, l’opposition était ou devrait être présente dans chacune d’elles  par l’intermédiaire du membre qu’elle a désigné au début du mandat.

          Que la mairie ne peut pas être tenue pour responsable de la zizanie qui règne entre les représentants élus de la gauche emerainvilloise qui ne forment plus un groupe de 6 personnes, mais 6 groupes de 1 personne. Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude

          Que ce qu’il était allé chercher au SAN était à la disposition de tous les élus en Mairie,

          Que le fait d’avoir accompli un voyage aussi long et fatiguant à TORCY, en auto,  pour se procurer le document prouvait qu’il en connaissait l’existence

          Qu’il aurait pu économiser beaucoup d’essence et moins polluer notre planète en venant à pied de chez lui à la Mairie

          Et qu’enfin il avait, au conseil du 27 avril 2010, voté pour une délibération qui autorisait le maire à signer  le contrat pour la réhabilitation de la ZUS. (La délibération du jour étant l’autorisation de demander la mise à disposition des subventions accompagnant ce contrat)

 

Ou Monsieur HULEUX perd la boule, ou il vote n’importe quoi, mais l’élu pris en flagrant délit d’Alzheimer, repris son costume de Zorro, remonta sur son cheval, et expliqua doctement que le projet qu’il avait sous les yeux n’était pas un projet global, qu’il ne comprenait pas son entrée dans le cadre d’une démocratie participative respectant la transversalité alternative qui permet comme chacun sait un naturalisme de bon aloi et une procréation importante chez les pipistrelles

En bref, il revenait à ses discours que nous ne pouvons saisir à notre niveau dans toutes ses subtilités.

 

A la fin, que fait Monsieur HULEUX ? Il vote pour la délibération proposée !

 

Après la disparition des socialistes, qui manquaient singulièrement d’humour, Monsieur HULEUX nous permet, à lui tout seul, de ne pas regretter une soirée passée devant la télévision à regarder un film comique des années 30, lorsque nous allons au conseil municipal,

 

 

Il est beaucoup plus drôle que Monsieur DAURIAC qui ne connaissait pas plus les sujets que lui mais qui intervenait d’une manière  vindicative.

 

Notre nouveau comique est plus dans le genre « comique troupier » : il se fâche, s’énerve puis comme si de rien n’était demande des mesures spéciales pour lui-même.

 

Ainsi il veut être convoqué à toutes les commissions même il ne fait pas partie des membres qui ont été désignés pour les faire fonctionner.

 

Il rend donc la mairie responsable des absences de Monsieur DAURIAC, Madame TALBI et les autres. Il ne se rappelle pas qu’il a fait liste commune avec eux.

 

Il est drôle non ?

Les élus de l’opposition et les élections régionales

On ne peut pas tout savoir, mais il y a des limites à l’incompétence et à la mauvaise préparation.

Dimanche se déroulaient les élections régionales.

La loi indique très clairement que toutes les listes qui se présentent au suffrage des électeurs peuvent avoir des représentants dans les bureaux de vote (ce sont les assesseurs et délégués) dont la liste doit être remise à la mairie au plus tard le vendredi précédent le scrutin avant 18 h.

Tout candidat un jour à une élection a eu connaissance de ces règles.

A Emerainville, nous n’avons pas de chance :

Première surprise : tous les élus de l’opposition figuraient sur la même liste aux municipales, mais aux régionales, à 7, ils ont représentés 3 listes différentes !

1°) L’ETERNEL ETUDIANT

Un  élu émerainvillois se présenta le vendredi matin pour déposer  le nom d’assesseurs dans les bureaux  de votes, au nom d’une association qui s’était présentée aux élections municipales. Il paru très surpris lorsqu’on lui indiqua que seules les listes candidates aux régionales pouvaient avoir des assesseurs. : 1ère ignorance

Il revint peu après pour affirmer qu’il avait enfin trouvé le nom d’une liste candidate aux régionales qui acceptait d’être représentée par lui, mais sans aucun papier attestant ses dires. :  2ème ignorance

Il  re-contacta la fameuse liste qui indiqua par fax que notre élu était son délégué sur la commune. Oui, mais quid des assesseurs ?: 3ème ignorance

Enfin le vendredi soir à 17 h 58, elle nous confirma par fax la liste de ses représentants.

Par contre, l’élu en question était délégué ET assesseur, ce qui est impossible. : 4ème ignorance

La mairie a donc du s’appuyer sur le 1er fax reçu qui l’indiquait comme délégué dans tous les bureaux.

Et ces noms étaient-ils valables pour 1 ou 2 tours. Il fallu appeler le délégué départemental qui ne semblait pas trop savoir. : 5ème ignorance

Notre éternel étudiant ressemblait, ce dimanche, à quelqu’un qui voulait devenir écrivain sans connaître l’alphabet.

 

2°) LA FORCE D’INERTIE

Une autre partie de l’opposition municipale se présenta pour représenter une deuxième liste. En ce qui la concerne, rien à redire. Les choses étaient faites dans les règles et assez tôt pour permettre une bonne organisation.

Mais la surprise vint de l’absence des personnes désignées ! Dans certains bureaux, ni l’assesseur titulaire ni le suppléant ne se sont présentés. Dans d’autres, ils sont arrivés après l’ouverture du scrutin.

Fidèle à elle-même, cette opposition-là ne croulait pas sous le courage.

 

3°) LE DELEGUE FANTOME

Un dernier conseiller d’opposition a été désigné par une 3ème liste en qualité de délégué dans les 5 bureaux.

Personne ne l’a vu nulle part.

Faut-il lancer un avis de recherche ?

 

En conclusion :

Le code électoral est certes complexe (comme tous les codes français). Il est difficile d’en connaître toutes les subtilités.

Par contre, les candidats à une élection devraient au moins connaître un minimum de règles.

 

Les problèmes du Clos d’Emery

                                   

Sur le forum du  site internet d’Emerainville, une rubrique intitulée Projet 2010, mérite une mise au point.

Il s’agit de l’évolution de la zone urbaine sensible et surtout de la gestion du Clos d’Emery

Ce sujet doit être analysé globalement et selon deux angles :

1 – l’angle du droit

Le droit, n’admet pas de zone de non droit, a déclaré la polygamie illégale, combat le trafic de drogues, la délinquance (petite ou grande)

2 – l’angle de la réalité

On constate que dans le Clos, la polygamie est la règle, la couleur de la peau est un viatique pour entrer ou pour sortir du quartier, la police nationale ne s’aventure pas dans les rues sauf accompagnée d’un bataillon de CRS, toute forme d’autorité est combattue surtout lorsqu’elle vient des « blancs ».

Toujours dans la réalité, la copropriété (gérée jusqu’à présent gratuitement par un membre de l’association ADLP) est en quasi faillite, les copropriétaires refusant de régler leurs charges.

Nous sommes dans un village africain, dont les habitants vivent comme ils le feraient au Mali, avec les normes d’hygiène africaines, avec l’éducation des enfants à l’africaine.

Dans ces conditions, que signifient des charges de copropriété ?

L’argent n’est pas la cause principale de ce refus d’assurer l’entretien de sa copropriété.

Les premiers habitants sont venus chercher en France du travail. Ils n’ont jamais voulu s’intégrer mais seulement subvenir à leurs besoins, expédier de l’argent à leur famille restée au pays et se constituer un pécule personnel.

Le salaire, les allocations familiales, la prime de rentrée scolaire, rien de tout cela n’est consacré en totalité à la vie en France et à l’éducation des enfants.

Aujourd’hui la première génération d’occupants atteint l’âge de la retraite et beaucoup désirent rentrer au pays, mais en laissant en France deux épouses sur trois et la totalité des enfants.

Bien évidemment ce sont ces derniers qui posent problème, car souvent en échec scolaire, incapables de trouver un emploi car sans qualification. Ils ne savent pas qui ils sont, d’où ils viennent et où ils vont.

Ils ne peuvent que tomber dans la délinquance et survivre en exerçant des métiers plus ou moins légaux.

Quand nous aurons ajouté l’hypocrisie de l’Etat qui refuse de mettre les moyens nécessaires (en hommes et en moyens financiers) pour résoudre le problème, la lâcheté de nos politiciens qui ne pensent qu’à leur future élection, l’ignorance volontaire et leur parti pris de nos médias, la peur panique que font régner parmi les Français des associations comme SOS racisme, MRAP, nous aurons donné une image à peu près complète du problème.

Bien sur, il s’agit de généralités, car heureusement une petite proportion de copropriétaires paie ses charges, une petite partie des jeunes a réussi ses études. (Malheureusement pour la commune,  ils désirent très rapidement sortir du Clos pour habiter ailleurs.)

Alors que peut faire dans un tel contexte une petite municipalité qui gère une commune de 8000 Habitants ?

Dès leur première victoire électorale de 1995, les élus issus pour la plupart des rangs de l’ULEM sont arrivés à la conclusion que seul le rachat par la Mairie d’une grande partie des immeubles du Clos, le relogement des anciens propriétaires, et la décohabitation permettront de créer une la mixité sociale et de résoudre le problème de cette partie de la ZUS

Mais pour qu’il y ait achat, il faut qu’il y ait vendeur.

Les intéressés, dans un premier temps espérant la bonne affaire,  demandaient un prix de vente exorbitant, alors  qu’actuellement, ils  souhaitent  la plupart du temps vendre occupé, une partie de la famille les femmes et les enfants demeurant comme locataires.

Quant à ceux qui veulent bien libérer l’immeuble, ils ne trouvent pas de logement à louer pour la partie de la famille restant.

Toutes ces demandes, tous ces obstacles, font que toute transaction est très longue, voire parfois impossible.

Une fois la propriété obtenue, que faire avec  le logement ?

                      Le louer…. Très difficile, compte tenu de la réputation du quartier, des jeunes qui ne veulent aucune personne nouvelle et de la couleur de peau qu’il convient d’avoir pour pouvoir espérer vivre tranquille.

                      L’abattre :   il s’agit de maisons de ville construites par bloc de trois ou quatre chacune d’entre elles ayant des murs communs. Pour passer à la destruction il faut donc être propriétaire de l’ensemble du bloc. C’est long très long.

                      Revendre les immeubles achetés à un office d’HLM, ne changera rien, car la préfecture (par l’intermédiaire de l’un de ses scribouillards qui n’a jamais mis les pieds à Emerainville) en profitera pour nous envoyer la totalité de ces cas sociaux ce qui nous ramènera à la case départ

D’ailleurs on peut s’interroger sur la volonté profonde de l’autorité de tutelle de résoudre le problème.

Il y a peu l’office d’HLM (SAVO) qui a construit les maisons du Clos, a été absorbée par une autre société d’HLM, (BATIGERE).

A  cette occasion la mairie qui était volontaire pour acheter la totalité (à l’exception des … hyper sociaux) des logements ainsi transférée a subi un refus de la sous préfecture qui s’est opposée à cette éventuelle transaction, la privant d’un moyen important pour assurer la mixité et introduisant dans le circuit un office d’ HLM à la réputation plus que douteuse.

A ce jour les propriétaires du Clos sont les suivants

            MAIRIE

            BATIGERE

            PRIVE

Il y a peu la sous préfecture a  conseillé à la municipalité la dissolution de l’association « l’ADLP », ce qui a conduit la Mairie à devenir propriétaire du parc immobilier de cette association.

Cette disparition de l’ADLP prive la ville d’une grande rapidité dans la prise de décision, et la possibilité de remplir les fonctions de syndic bénévole de la copropriété, (qui n’a donc plus de syndic actuellement et qui risque de ne jamais en trouver un).

La réhabilitation qui est actuellement à l’étude comprend deux volets :

La construction d’un certain nombre d’infrastructures (Maison des familles, city stade etc.…) financées par le conseil général, le conseil régional, l’Etat, la commune.

Construites dans la ZUS, ces structures seront naturellement à la disposition de tous les habitants de la ville

Une réhabilitation du bâti de clos d’Emery

Pour que ce projet se réalise, il convient d’avoir l’accord de l’ensemble des copropriétaires et une participation financière de chacun d’eux. Compte tenu de ce qui a été écrit ci-dessus, la réalisation peut en être reportée aux calendes grecques.

De toutes les façons les crédits globaux alloués pour l’ensemble de ces deux opérations sont largement insuffisants.

En conclusion, la mairie est seule devant son problème et elle est surveillée par une autorité de tutelle dont il semblerait que le but premier soit d’entraver les efforts communaux, sans chercher à résoudre les conséquences des erreurs de l’urbanisation acceptée en son temps par la Mairie socialiste.

Nos textes nous paralysent, ils sont pour la plupart flous (par exemple qui peut définir la notion d’insalubrité ou désormais de logement indigne ?) et permettent aux différentes administrations concernées de se renvoyer le mistigri.

Seule la reprise par la Mairie des logements concernés résoudra le problème mais il faut beaucoup, beaucoup, beaucoup de temps

 

REPONSE A MONSIEUR DAURIAC SUITE A SON INTERVENTION LORS DU CONSEIL MUNICIPAL DU 17/11/2009

Monsieur,
Lors du débat d’orientation budgétaire qui a eu lieu au conseil municipal du 17/11/2009, vous avez lu une déclaration, à laquelle l’équipe majoritaire désire apporter une réponse technique.
Comme la plupart des majorités nous sommes  inquiet de  la baisse des dotations du SAN, de la Région, du département de la CAF et de l’Etat.
Quoi de plus légitime.
Cela n’implique pas une remise en cause de nos choix politiques nationaux. La plupart d’entre nous sommes persuadés que les décisions du gouvernement actuel sont  beaucoup plus bénéfiques pour notre pays que celles qui auraient été  prises par des élus d’une gauche qui à l’exemple de sa petite sœur emerainvilloise se déchire et n’a absolument aucune idée novatrice sur le plan économique.
Les électeurs d’Emerainville nous ont donné mandat de gérer et défendre les intérêts de notre ville et comme vous avez pu vous en apercevoir,  nous le faisons  sans tenir compte de la couleur politique de l’adversaire car pour nous  la mairie n’est pas un tremplin pour une carrière politique, nous n’avons pas  une mentalité de courtisans et nous n’avons pas été habitués à courber l’échine.
Pour ce qui concerne votre analyse des comptes d’Emerainville, permettez nous de vous apportez sur les chiffres que vous avez retenus,  les réponses suivantes :

DEPENSES :
Frais de fonctionnement 2002 8 200 179,63 €
Frais de fonctionnement 2008 9 487 632,19€     

Soit une augmentation en 7 ans de 1 287 452,56 €, un peu plus de 2 % par an.   
Cette augmentation pour le moins modeste comprend naturellement l’augmentation des frais de personnel qui sont passés de 2002 à 2008 de 4 829 366,57 € à 5 378 296,16 € soit 548 929,59 € de plus,  sur 7 ans, (1,62 %par an)
Cette variation comprend, non seulement les augmentations obligatoires des rémunérations des fonctionnaires en général, mais aussi les salaires des policiers municipaux, dont l’existence même vous pose problème  depuis de nombreuses années en raison sans doute de votre amour de l’insécurité.
Pas de liberté sans sécurité, et la commune est fière de pouvoir dans la mesure de ses modestes moyens participer à la tranquillité des personnes et à la sauvegarde de leurs biens.
Quant au nombre global de salariés de la Mairie, de 159 personnes en 2002, il est passé à 144 en 2008 (police municipale comprise) alors que les services municipaux et les actions proposées aux habitants sont de plus en  plus nombreux  et performants
Le service de PM  ne remet donc pas en cause les grands équilibres financiers de notre  budget, ne vous en déplaise.A noter que dans votre approche on ne peut plus sommaire des comptes vous avez pris en frais pour l’année 2008, 287 663,12 € d’opérations d’ordre, erreur considérable pour un bon gestionnaire.

RECETTES FISCALES :
Recettes de fonctionnement 2002    8 905 424,52 €
Recettes de fonctionnement 2008 10 650 131,88 €


Soit  une augmentation de 1 744 707,36 € 
L’augmentation sur 7 ans est donc en pourcentage  de 19 % (2,72 % à l’année)
Mais là aussi il n’est pas possible de se contenter de votre analyse globale qui vous permet de tirer des conclusions erronées
Les recettes fiscales ci-dessus,   comprennent  de nombreux postes (notamment les droits de mutation pour en 2008,  528 483,12 €) qui ne dépendent pas de la volonté communale
Cependant, comme vous limitez sans doute par erreur de nouveau,  les recettes fiscales aux trois  taxes municipales (TH, TF, TFNB), nous avons  le plaisir de vous rappeler les chiffres qui vous ont été communiqués pour le débat d’orientation budgétaire.

  Taxe d’Habitation(TH) TF TFNB
2002 610 524 3 257 297 15 720
2008 583 965  3 834 271 8 646

Comme vous pouvez le constater, les recettes de TH ont diminué alors que la population augmentait et seule la taxe foncière (payée à plus de 60 % par les entreprises  de la commune) a procuré des recettes supplémentaires
Nos baisses du taux de la taxe d’habitation (23,21 % en 1996, 9,50 % en 2008) (baisses  que vous avez toujours refusées de voter, alors que vous en avez bénéficié en votre qualité d’Emerainvillois) ont permis aux habitants de notre ville une augmentation non négligeable de leur pouvoir d’achat.

Quant  à la taxe foncière son taux a légèrement diminué  (1996 : 39,04 %, 2008 : 38,27 %)
Pour les investissements nous ne pouvons que vous renvoyer aux multiples explications qui vous ont été fournies.
 Par contre une analyse utile et non polémique devrait porter sur les investissements réalisés qui s’élèvent respectivement pour les années considérées à : 

2002

1.112.382,06

2003

493.101,29

2004

1.245.875,17

2005

1.392.084,69

2006

1.907.227,30

2007

2 479 692,91

2008

2 387 764,81

Soit  plus de 20  % des frais de fonctionnement,
Le reste de vos observations porte comme vous l’écrivez sur des « symboles  non significatifs ».
Dans ces conditions pourquoi les aborder ? En quoi les frais de contentieux, de réception, de fêtes et cérémonies, d’indemnités d’élus sont ils symboliques ? Et symboliques de quoi ?
Les frais de contentieux  60 463,07 ne représentent que 0,6 % des frais de  fonctionnement et encore vaut il déduire les gains obtenus (12 027,78 €) lorsque  les tribunaux décident d’indemniser la partie gagnante ce qui malheureusement n’est pas la règle
Ils permettent à la mairie de faire respecter ses droits par le SAN qui outrepasse ses compétences, par le département qui refuse de prendre en charge une partie des frais du gymnase Jacques Anquetil, par les  fournisseurs qui ne nous donnent pas satisfaction, par les vandales qui cassent notre ville ou la défigurent…..
Evidemment le jugement de dieu, les duels  n’étant plus possibles, il convient de porter nos différents  devant la justice, ce qui a un coût
Feriez vous autrement si  vous aviez gagné les élections ?Les frais de mission s’élèvent à  1 273,30 € et nous ne  les justifierons pas  dans cette réponse compte tenu de leur montant ridiculement bas
Les frais de réception (24 697,84 €) les  frais de fêtes et cérémonie (74 778,96 €), (le tout représentant à peine 1 % des frais de fonctionnement) se décomposent comme suit

Frais de réception :
Vœux du maire 17 058 ,08
Anciens combattants 946,00
Fête du personnel  1 785,06

                
Le solde comprenant la fête des crèches, la remise des dictionnaires à nos élèves admis en classe de 6ème   les fleurs remis aux mariés etc.…
Comme vous pouvez le constater ces frais sont réduits à leur plus simple expression et diminueront encore en 2009, les vœux du maire et la fête du personnel étant annulés pour des raisons d’économie
Fêtes et cérémonies :
Les gros postes composants ce compte sont  les suivants

Fête communale 28 180,44
Fête de Noël (parades illuminations….)  37 953,65

Les sommes restantes pour retrouver le montant global du compte, représentent l’achat des œufs de pâques, des fleurs pour les cérémonies du souvenir, etc.…En, conclusion, Le coût des missions est insignifiant, celui des réceptions prouvent à l’évidence que les fonds communaux ne servent pas à faire des « ribouldingues »quant aux fêtes et cérémonies, il  nous semble que vous avez longtemps reproché à la municipalité de laisser notre ville s’endormir.
Par contre nous regrettons  que vous n’ayez pas porté plus en détail, votre « analyse des chiffres »
Car vous auriez pu nous demander de justifier :
Les annonces et insertion s (6 234,42 €), les services bancaires (300,59 €), les autres fournitures stockées (130,33 €)…….
Frais qui sont aussi symboliques que ceux que vous avez retenus et dont les montants sont encore plus faibles.
Pour finir les indemnités d’élus sont prévues pas la loi  (1% des frais de fonctionnement en 2008)
 Elu en 1995, nous nous sommes refusés à percevoir les indemnités qui nous étaient dues jusqu’en 2001 compte tenu de l’état déplorable des finances qui nous avaient été transmis. 
Vous le savez.  Nous ne  recherchons aucun remerciement mais rares sont les élus qui ont eu un reflexe identique
Permettez-nous  d’ajouter qu’à notre connaissance,  le seul maire du Val Maubuée à ne pas avoir de voiture de fonction payée par la Mairie, à ne pas avoir de carte d’essence est le Maire d’Emerainville
Cela est plus que symbolique

Vous comprendrez dans ces conditions que nous supportions  difficilement ce genre de critique, insidieuse voilée et de mauvaise foi, envers  l’ensemble de l’équipe dirigeante dont certains travaillent plus de 8 heures par jour pour une indemnité ridicule et qui de ce fait sacrifient  leur vie privée et familiale, tant protégée par vos élus démissionnaire ou en voie de l’être.
Enfin, l’essentiel est que nonobstant ces critiques infondées et de mauvaise aloi, vous ayez vous et vos colistiers voté l’approbation  du  Budget supplémentaire qui vous a été présenté lors du dernier conseil municipal. Vous avez ainsi accepté l’ensemble des documents financiers 2009,  BP et BS et reconnus que vos critiques n’avaient pas une grande importance. (Ce que nous  vous accordons volontiers)
Bien que votre  discours soit en totale discordance avec le vote, nous avons été très touchés de cette confiance et de votre approbation de la gestion des finances communales et des choix politiques retenus pour l’année 2009.
Nous espérons que pour 2010 vous voterez d’une manière identique pour le budget qui vous est présenté ce soir, d’autant plus que ce document prévoit une augmentation des taxes communales, ce qui devrait vous réjouir puis que vous avez toujours voté contre les baisses successives.
Lorsque nous diminuions le taux des taxes, vous nous accusiez de démagogie qu’allez vous nous dire lorsque nous les augmentons ?

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR HULEUX

                                               

Monsieur,

Mes positions politiques ont toujours été claires pour les électeurs même si vos « amis »  et colistiers tentent périodiquement de me diaboliser en me rejetant  à l’extrême droite.

Je suis un libéral inscrit actuellement à l’UMP et « Emerainville au cœur » est une liste composée à plus de 80 % de conseillers apolitiques.

Pour moi, dans la gestion d’une commune,  seuls comptent  les critères suivants

            Compétences

            Disponibilité

Avec le recul du temps, je constate qu’il n’en était pas de même chez mes adversaires

Ni compétences, ni disponibilité dans l’équipe DAURIAC, très peu de compétences dans votre équipe.

En fait la liste unique n’était qu’une somme de « riens ».

Il ne faut pas s’étonner alors que Madame RONCIN nous ait rejoint sans que nous l’ayons, (comme vous l’affirmez si élégamment)  débauchée.

Ne voyez pas, je vous prie, dans ces termes un peu rudes, la marque d’un mépris quelconque, mais plutôt l’inquiétude d’un citoyen qui constate que des personnes sont assez irresponsables pour se présenter à des élections en sachant qu’elles ne pourront pas remplir correctement leurs tâches en cas de succès.

Vous ne connaissez rien à la vie d’une Mairie et vos colistiers n’ont pas de temps à consacrer à leur mandat,  pris qu’ils sont par « leur vie familiale » comme ils disent.

De plus quand je m’adresse à vous, j’ai beaucoup de difficultés à vous situer :

          Vous n’avez jamais fait état de votre appartenance au PS (Section de Pontault Combault)

          Il existe entre vous et Monsieur DAURIAC (inscrit lui au PS d’Emerainville) une rivalité haineuse que vous avez cachée aux électeurs et qui ne vous a pas empêché de vous fondre dans sa liste au deuxième tour des élections municipales.

          Elu sur la liste commune,  vous quittez vos amis 2 ou 3 mois après les élections pour former un groupe de 2 personnes qui très vite se disloque à son tour pour qu’enfin vous vous retrouviez tout seul.

Qu’en pensent vos électeurs ? Vous êtes quand même un peu tortueux, difficile à suivre et  vos convictions semblent être à géométrie variable

Quant à votre programme, celui que vous désireriez appliquer,  est-il celui de votre liste du premier tour, celui de la liste unique ou un mélange des deux ?

Pour ma part je n’ai rien compris aux actions que voulaient développer Comm’une idée, et j’ai toujours pensé que les actions préconisées par l’autre liste ne tenaient aucun compte des réalités communales, n’étaient en fait qu’un catalogue électoral et une sorte d’attrape gogos.

Je ne vous ai,  par ailleurs,  jamais entendu proposer une action concrète dans n’importe quel domaine que ce soit en finances, en environnement, …..

Vous restez dans les généralités, dans des discours abscons, sans conséquence sur  la réalité.

Pour écrire comme vous ou comme les « intellectuels » qui ont rédigé votre programme électoral,  permettez-moi d’affirmer qu’il n’y a connaissance que du singulier, que les termes abstraits sont des purs produits de l’esprit humain, et que toute idée ou concept général n’est qu’une invention de l’esprit, des mots sans aucune réalité que toute pensée abstraite est inapte à saisir.

Je suis naturellement prêt à discuter avec vous de ces évidences, comme je suis prêt à débattre avec votre ami des philosophes du XVIIIème siècle, mais nous sommes très loin des problèmes communaux qui ne semblent pas être les soucis principaux des deux oppositions emerainvilloises.

Enfin, je suis très surpris qu’avec un tel parcours vous puissiez avoir l’impudence de m’accuser de « manquer à ma parole » (que je ne pouvais pas vous donner compte tenu de mon obligation légale de faire respecter les décisions du conseil municipal)

Pour conclure, mon équipe et moi-même, allons de nouveau et pour une mandature, gérer la commune sans opposition sérieuse.

Je regrette que depuis 2001, les élus de gauche ne fassent pas correctement leur travail, et qu’ils aient ensuite le « culot » de me traiter périodiquement de dictateur alors qu’ils renoncent à leur rôle d’opposant et à toutes les prérogatives qui s’y rattachent.

Je vous donne donc rendez-vous en 2014, où vous, vos amis, ex-amis, ennemis, (mais qui redeviendront vos amis le temps des élections) réapparaitrez de nouveau avec des programmes merveilleux pour capter les voix des amnésiques et des nouveaux arrivants.

Salutations

 

 

 

 

 

LE SAN et SON COMPTE ADMINISTRATF 2008

 

L’établissement du Budget prévisionnel et du Budget supplémentaire donne lieu à de grandes joutes oratoires, car ces documents sont éminemment politiques et traduisent en langage chiffré les actions que l’équipe dirigeante désire mettre en place.

Le compte administratif pour sa part est un bilan qui se borne à constater la réalité des dépenses engagées dans une année donnée. Il permet de connaître la situation réelle de l’entité concernée et de comparer les chiffres prévus et retenus aux Budget Primitif-Budget Supplémentaire avec les chiffres (et donc les actions réalisées) réels.

En bonne logique, les sommes prévues ne devraient pas être trop différentes des sommes dépensées sauf erreurs (volontaires ou non, excusables ou non) de prévision.

Depuis de nombreuses années le SAN est passé maître dans les « erreurs » de prévision.

La dénonciation à tous les Conseils Syndicaux de cette situation inadmissible ne sert à rien, les élus majoritaires n’ayant que mépris pour les chiffres et s’intéressant uniquement à la politique.

Les élus d’Emerainville ont donc décidé de faire connaître leur désaccord par d’autres moyens de communication et de ne plus intervenir lors des conseils, afin de laisser les élus socialistes, communistes et verts, se complimenter à plaisir.

L’intercommunalité du Val Maubuée n’a jamais existé, son principe a toujours été bafoué les communes de droite ont toujours été écartées de tous les centres décisions, par une gauche sectaire qui ne voit même pas ses graves erreurs et lacunes.

Les contribuables des 6 communes paient et continueront de payer cette gestion « à la petite semaine ».

Le Compte Administratif 2008 appelle de notre part les remarques suivantes :

             

                                                                        Prévus                                    réalisé

  Charges locatives et de copropriété          253 900,00                      147 653,03     

  Entretien bois et forêts                              313 614,92                       208 278,45

  Etudes et recherches                                   513 945,94                       234 102,45     

  Comptes divers                                   1 018 149,94                      652 904,38

 

De toutes ces différences,  il ressort que nous sommes en droit de nous poser des questions sur la fiabilité des prévisions figurant au Budget Primitif puis au Budget Supplémentaire.

  • Quelles sont les études qui ont été abandonnées ?
  • Pourquoi les bois n’ont-ils pas été entretenus comme prévu ?
  • A quoi servent les « comptes divers », dont personne ne connaît la composition, sinon à constituer des « matelas  financiers » et ainsi à fausser les documents budgétaires ?

Pour leur part, les charges de personnel ont diminué de 1 189 322,36 € soit un peu plus de 6%. Si cela peut ressortir d’une saine gestion, nous pouvons nous poser la question sur la politique du SAN  en matière de recrutement et d’aborder les deux problèmes principaux :

  • Quelle justification économique peut-elle être donnée pour la diminution du nombre de personnes employées par le SAN qui a notre connaissance n’a pas réduit son activité ?  Existait il un trop plein de personnel avant 2008 ?
  • Cette diminution ne serait-elle pas en contradiction avec tous les discours politiques sur l’emploi des dirigeants socialistes de l’intercommunalité ? Si oui, à quand la délocalisation du SAN dans un pays à bas de niveau de vie comme tous ceux qui ont subi la dictature communiste ?

Les élus d’Emerainville notent avec satisfaction la baisse des charges financières lesquelles malheureusement représentent encore plus de 20 % des dépenses totales de l’intercommunalité :

            Charges à caractères générales :                                      8 057 305,71

            Charges de personnel                                                       17 112 848,64

            Charges financières                                                           13 589 830 ,33

            Atténuation de produits                                                       19 124 063,30

            Charges de gestion courante                                               7 029 297,48

            Charges exceptionnelles                                                                 820,89

Quant aux investissements prévus pour 2008 , sur 53 164 388,65 €  :

  • 34 176 625,37 € ont été réalisés,
  • 7 731 931,39 € sont à réaliser en 2009

      et ….

  • 11 255 831,89 ont été abandonnés définitivement.

Est-ce bien sérieux ?

 

Bulletin de santé …

                                                           

 

 

Janvier 2009

 

Depuis 1995, la gauche municipale est malade à Emerainville. Elle souffre de langueur et de nombreux symptômes nous font croire régulièrement à son agonie, car le mal empire d’année en année.

Il est vrai que tous les six ans pour un mois ou deux, elle retrouve une seconde jeunesse et arrive à tromper un grand nombre d’électeurs qui votent pour elle soit par méconnaissance (nouveaux habitants) soit par esprit de famille, soit par amour de l’utopie et du risque.

Pourtant une analyse médicale objective permet de constater qu’à chaque élection municipale les candidats de gauche sont de moins en moins performants.

Ainsi de 1995 à 2001, les élus d’oppositions firent à peu près leur travail et représentèrent correctement ceux qui avaient mis en eux leur confiance

L’année 2001 vit l’arrivée de M. DAURIAC dans le paysage politique et la désagrégation de la gauche locale. Madame FABRIGAT rejoignit la liste d’Emerainville au Cœur.

De 2001 à 2008 l’opposition a totalement disparu du paysage sauf par l’intermédiaire de tracts mal documentés et erronés pour la plupart (quand ils n’étaient pas calomnieux et insultants) et d’effets de manche au conseil municipal seul lieu où mensuellement, elle apparaissait encore.

En 2008 et pour le mandat à venir (2008-2014), la gauche sombre dans le ridicule.

Un rappel des faits s’impose pour justifier ce jugement sévère mais juste.

– Le premier tour des municipales a eu lieu le  9 mars  et trois listes étaient en présence : deux  de gauche et La liste Emerainville au cœur

– Au deuxième tour les deux listes de gauche fusionnent en prenant les électeurs pour des demeurés. Leur  liste unique est battue et sept seulement de ses membres deviennent conseillers municipaux

– Moins d’un mois après ces résultats, le 11avril 2008, Madame MASSOU (4ème  sur la liste de Monsieur DAURIAC et 6ème sur la liste d’union) démissionne sans donner de motivation. (DAURIAC, toujours DAURIAC et son absolutisme d’après nos informations)

– Lors du Conseil municipal du 23 juin 2008 soit à peine 3 mois après les élections, Monsieur HULEUX  et Madame RONCIN décident de sortir du groupe minoritaire et de reprendre leur liberté au sein de leur ancienne première liste  « Comm’une idée »  (Les causes ? DAURIAC, toujours DAURIAC et sa haine pour HULEUX et tout ceux qui peuvent lui faire de l’ombre dans le parti)

– alors, il boude le DAURIAC et il  disparaît (absent au conseil municipal du 24 novembre 2008 et du 19 décembre 2008, absent des commissions finances du 01aout 2008-12 novembre 2008 et 09 décembre 2008) laissant apparemment son restant de troupe sans consignes et désemparées.

 sous la direction de Monsieur HULEUX et de Madame TALBI, les deux groupes d’opposition se livrent une guerre acharnée (les guerres familiales sont toujours les plus meurtrières).

La liste Emerainville au Cœur que nous soutenons n’est absolument pas une liste politisée. Elle accepte toutes les sensibilités pourvu que cela apporte quelque chose à notre ville.

Tout cela explique les trois succès consécutifs dans une ville qui vote majoritairement à gauche dans les élections nationales.

Nous regrettons que l’opposition n’ait jamais été de taille depuis 2001, à exercer ses prérogatives, à permettre un débat démocratique  sur des idées réalistes, en un mot a faire vivre normalement la démocratie locale.

Nous vous tiendrons naturellement au courant des futures modifications de la gauche locale (prise de pouvoir de Monsieur HULEUX, suicide collectif, coup d’Etat des bolchéviques qui vont finir par être majoritaires, pleurs et crise de nerfs de Madame TALBI et peut être même retour de DAURIAC en chevalier Blanc…).

 

            Informez-vous ! ulem-asso.com/blog

 Janvier 2009

La grève

        

La  grève

 

La grève est un droit reconnu pas la constitution et est, de ce fait, incontestable et légale.

Encore faudrait il savoir pourquoi nous la faisons et j’avoue ne pas connaître les motivations de celle du 29 janvier 2009.

  • Augmentation de salaires ?
  • Réforme de ceci ou de cela ?

Qui le sait ?

Ne serait-ce pas une manifestation contre la crise, la crainte de l’avenir, l’impression que la situation de notre pays se dégrade ?

Une peur panique de l’avenir dans une France qui craint de prendre des risques, qui n’a jamais accepté la mondialisation et la liberté des échanges, qui possède  un parti communiste en activité et fier de son histoire, une extrême gauche qui ne fait pas peur, un  parti socialiste des plus conservateurs qui ne représente pas le peuple, mais la petite bourgeoisie, les nantis.

Quand aurons-nous enfin des syndicats non politisés, non révolutionnaires qui n’attendront pas le Grand Jour, quand aurons-nous enfin une gauche qui ne défendra pas une idéologie dépassée ?

Quel impact peut avoir une grève sur ces problèmes ?

La crise n’est pas d’origine française, européenne. Elle est mondiale.

Ce mouvement généré par des syndicats politisés qui représentent un pourcentage infime des salariés, ce mouvement dans lequel figuraient en majorité des représentants du secteur public qui n’ont rien à craindre pour leur avenir, leur emploi étant garanti à vie, ce mouvement n’aura conduit à rien.

Les grévistes auront encore une fois rendu la vie impossible, non pas à notre Président, non pas à nos gouvernants, mais comme toujours aux salariés les plus modestes qui auront perdu une journée de salaire ou se seront entassés dans de véritables wagons à bestiaux pour se rendre à leur travail.

Allez vous étonner après cela que les employés du secteur privé ne se pressent pas pour prendre leur carte syndicale.

Pourtant, le temps est aux économies et au serrage de coudes ?

La grève a fait perdre à notre pays une journée de production ce qui ne va pas naturellement améliorer la situation globale des français.

Mais hélas !!!  A quand la prochaine ?