Archives par mot-clé : Boulley

L’ULEM des Poètes

L’ULEM des poètes

 

 

Comme vous le savez, l’ULEM ne  fait depuis 1995 que  répondre  aux attaques contre nos élus

 

Elle est de plus dans l’impossibilité de débattre avec les oppositions municipales (oui, oui elles sont 2 aujourd’hui,  même si elles sont parties seules,  puis se sont réunies, puis se sont de nouveau séparées)  car pour ce faire, il faut être plusieurs à le vouloir ou à le pouvoir.

 

Malheureusement, à peine 6 mois après les élections, l’opposition n’existe plus que sur le papier et ses différents groupes voire sous groupes et même sous-sous groupes ne représentent plus rien

 

 Nous écrivons « malheureusement » car la démocratie locale ne peut plus s’exercer normalement, 

 

Nous n’avons pas compris les 47 % d’électeurs qui ont voté pour une liste fantôme (alors qu’ils savaient qu’elle était composée pour partie d’hommes et femmes qui n’avaient rien fait pendant les 6 ans de leur mandat précédent).

 

Nous nous interrogeons encore sur les motivations profondes de ces emerainvillois (prime à la fainéantise, méconnaissance du sujet, réflexe héréditaire etc.. ?) et nous ne pouvons pas les plaindre de leur déception légitime devant la chienlit actuelle qui règne chez leurs représentants.

 

Tout cela explique que notre association, présente sur le terrain, très active notamment dans son rôle de formatrice de futurs élus, forte d’un nombre d’adhérents important et en progression constante s’ennuie un peu au niveau de la communication.

 

Ce calme nous laisse le temps de relire nos classiques et nous nous permettons de soumettre, à la sagacité de nos lecteurs,  des extraits d’auteurs célèbres.

 

POUR tout gouvernement de gauche comme de droite

 

Ce qu’on doit à César, Sire, il le lui faut rendre

Mais,  plus qu’on ne lui doit Sire, il ne lui faut prendre

Veuillez donc désormais au peuple retrancher

Ce que plus qu’il ne doit sur son dos il supporte

Et ne permettez plus qu’on le mange en la sorte

Car Sire, il le faut tondre et non pas écorcher

 

Olivier de Magny

 

POUR la minorité municipale

 

Oh comme je les hais ces solennels grigous

Ils composent avec leur fiel et leurs dégoûts

Une sagesse pleine et d’ennui et de jeûnes

Et faite pour les vieux osent l’offrir aux jeunes

 

Victor Hugo

 

 

 

 

POUR LAURENCE TALBI

 

0 douleurs, 0 douleurs,  le temps mange la vie,

Et l’obscur Ennemi qui nous ronge le cœur

« Des pleurs que nous versons » croit et se fortifie.

 

Charles BAUDELAIRE

 

 

 

POUR Monsieur HULEUX

 

Car encore faut il  pousser à une porte pour  savoir qu’elle nous est close.

D’où naît cette platonique subtilité que ni ceux qui savent n’ont à s’enquérir car ils savent, ni ceux qui ne savent pas, car pour s’enquérir, il faut savoir de quoi on s’enquiert.

 

Montaigne

 

 

POUR Madame BESSONNIES, Monsieur  BOULLEY et le parti communiste en général

 

Que sont mes amis devenus

Que j’avais de si près tenus

Et tant aimés?……

Ce sont amis que vent emporte;

Et il ventait devant ma porte,

Aussi les emporta……

 

Rutebeuf

 

POUR  Monsieur DAURIAC

 

Il  s’en alla comme il était venu……

Mangea le fonds avec le revenu

Tint les trésors, choses peu nécessaires

Quant à son temps bien le sut  dispenser,

Deux parts en fit, dont il voulait passer

L’une, à dormir et l’autre à ne rien faire

 

                                                            Epitaphe de La Fontaine

 

 

 

Ou encore

 

Oh combien de marins, combien de capitaines

Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines

Dans ce morne horizon se sont évanouis.

Combien ont disparu, dure et triste fortune

Dans une mer sans fonds, par une nuit sans lune,

Sous l’aveugle océan à jamais enfoui

 

Victor hugo

Ou encore,

 

Et je m’en vais

Au vent mauvais

Qui m’emporte

Deçà delà

Pareil à la feuille morte.

Paul Verlaine

 

Nous espérons que  ces rapprochements entre citations et  élus minoritaires emerainvillois ne choqueront pas la sensibilité exacerbée de certains de nos lecteurs de gauche qui nous l’espérons ne retiendront de ce tract que son coté pédagogique.

 

Nous espérons, sans trop  y  croire,  que les nouvelles oppositions auront à défaut d’autre chose le sens de l’humour, et ne considéreront pas nos écrits  comme insultants, antidémocratiques, ignobles, illisibles et mettant en jeu l’intégrité morale des personnes citées.

 

Qu’elles n’y verront  pas non plus un complot de l’extrême droite, ni du grand capitalisme avec ses multinationales oligarchiques,  ni….ni…..ni…..

 

 

La vérité

 

L ‘ULEM s’amuse (par les temps qui courent cela relève de l’exploit) et elle tente dans la mesure de ses faibles moyens de participer  à la renaissance de l’amour que tout être civilisé doit avoir pour  la littérature française.