Archives par mot-clé : commun’idée

Les penseurs de « comm’une idée d’Emerainville »

 

La tribune politique du magazine communal a permis à Monsieur HULEUX un certain nombre de remarques sur le programme de rénovation urbaine qu’il a découvert lors d’une réunion du comité de réflexion. Lors de ce comité  (mis en place par l’équipe majoritaire) l’ensemble des élus peut débattre de deux sujets qui devraient être consensuels : la ZUS (zone urbaine sensible) et l’environnement.

Naturellement, personne de la liste de Madame TALBI ne s’intéressant à ces questions, les élus d’ « Emerainville au Cœur » ont expliqué à Monsieur HULEUX l’ensemble du travail réalisé à Emerainville depuis de longues années sur l’environnement et sur les problèmes posés par la ZUS et notamment par la population du Clos d’Emery.

A ce stade de la présente mise au point deux constatations :

1 – rien n’obligeait l’équipe majoritaire à créer ces comités de réflexion, sinon sa volonté de démocratie locale nonobstant l’apathie totale des deux oppositions

2 – la méconnaissance totale des élus d’oppositions sur  les problèmes soulevés et les actions entreprises depuis plus de 10 ans. Comment ont-ils eu l’audace de se présenter aux suffrages des électeurs ?

« Emerainville au Cœur » veut bien dispenser une formation à ses opposants pour contribuer à une certaine démocratie locale, mais encore faut-il que ces derniers fassent preuve d’un minimum de « fair play » et qu’ils ne profitent pas des informations fournies et des explications données pour écrire n’importe quoi en se servant des leçons données et mal digérées.

Nous n’aimons pas nous auto-flageller, nous n’aimons pas demander pardon et nous ne sommes pas masochistes.

Le dernier article de « Comm’une Idée » fait apparaître que Monsieur HULEUX n’a absolument rien compris à nos explications.

Comme d’habitude,

          il demanderait l’avis à tout le monde,

          il convoquerait le ban et l’arrière ban,

          il s’assurerait que le projet est porté par TOUS les habitants,

          il réunirait des commissions de quartier,

          il créerait des outils qui permettraient à chacun de donner son avis et de participer,

tout cela dans « le cadre de la vision et de l’action transversale que doit avoir l’élu sur la vie de sa commune ».  OUF !!!!!!!

En un mot, et derrière ce charabia, il ne ferait rien, car sa méthode le condamnerait  à l’impuissance.

Il oublie que les intérêts des personnes en cause sont différents (propriétaires occupants, locataires, offices d’HLM), il oublie que la commune n’est pas seule et que le projet regroupe l’ETAT, par l’intermédiaire de l’ANAH, de l’ANRU, la DDE, la Région, le conseil général, le SAN.

Jamais il ne pourra obtenir l’accord unanime de tous ces participants, transversalité ou pas, agenda 21 ou pas.

Il n’a pas compris que rien n’est commencé et que nous en sommes qu’au pré-projet

Bien sûr et même si nous n’avons pas sa hauteur d’esprit nous tiendrons informés les intéressés et nous organiserons des débats sur le sujet.

Monsieur HULEUX de grâce, vous dont le projet a été rejeté par les Emerainvillois, vous qui avez avec votre acolyte DAURIAC trompé les électeurs sur une liste bidon, vous qui aujourd’hui êtes seul au conseil municipal, (votre colistière nous ayant rejoint pour pouvoir travailler concrètement et ne plus se perdre dans les idées abstraites), ne profitez pas de la volonté de collaborer de l’équipe majoritaire, comprenez la réalité des problèmes et, avant d’écrire n’importe, quoi tournez votre plume 7 fois entre vos doigts.

Nous savons que vous-même et vos semblables, cherchez à inventer une nouvelle forme de « « gouvernement participatif » qui nous conduira nécessairement à la catastrophe.

Votre démocratie participative c’est :

          je n’ai pas d’idée : donnez m’en, car l’incompétence assure la démocratie.

          Tout le monde a sa chance puisque tout le monde a le droit d’avoir un avis sur tout.

          Et tous les avis se valent puisque nous sommes tous égaux

Mais malheureusement, « J’écoute les gens, j’écoute les gens, je vais écouter les gens », n’est pas un programme.

Il faut avoir des idées et tenir compte des opinions, mais le chef se doit de fixer la ligne (Claude Allègre, la défaite en chantant)